Tuidang (Quitter le Parti) : un mouvement qui peut dissoudre le PCC de l’intérieur

Par Sherry Qi
23 avril 2021
Mis à jour: 30 avril 2021

Le 20 avril, le nombre de personnes ayant publié leurs déclarations de retrait du Parti communiste chinois (PCC), de la Ligue de la jeunesse et des Jeunes pionniers a dépassé 376 millions. Ce chiffre dépasse le nombre de personnes qui se sont retirées du Parti communiste soviétique avant l’effondrement de l’Union soviétique en 1991. Un expert de la Chine a déclaré que ce mouvement populaire Tuidang (Quitter le Parti) qui a débuté en 2004 pourrait également déclencher la désintégration du PCC d’ici 5 ans.

Le retrait du PCC, de sa Ligue de la jeunesse et ses Jeunes pionniers est également appelé « les trois retraits » par les Chinois. Selon le site web Tuidang, où sont publiées les trois déclarations de retrait, au 21 avril, 376 084 836 personnes avaient posté leurs trois déclarations de retrait, ce qui représente environ 27 % de la population totale de la Chine.

En d’autres termes, au moins un Chinois sur quatre a déclaré publiquement son opposition au PCC et a démissionné des organisations liées au PCC.

Les 3 organisations du PCC et leurs promesses funestes

Dans le système communiste, en plus du Parti communiste, il y a la Ligue de la jeunesse communiste et les Jeunes pionniers.

En Chine, l’école primaire est obligatoire. Les enfants commencent l’école primaire à l’âge de 6 ans et la terminent à l’âge de 12 ans. Le PCC exige que presque tous les élèves de l’école primaire rejoignent les Jeunes Pionniers, et rejoindre les Jeunes Pionniers est considéré comme un badge d’honneur.

Les écoles primaires organisent régulièrement une cérémonie d’engagement au cours de laquelle les enfants lèvent leur poing droit vers le drapeau rouge des Jeunes Pionniers et jurent : « Je suis membre des Jeunes Pionniers de Chine. Sous le drapeau des Jeunes Pionniers, je m’engage à aimer le PCC, la patrie et le peuple ; à bien étudier, à faire de l’exercice, et à être prêt à tout moment à contribuer de toutes mes forces à la cause du communisme. »

En d’autres termes, dans le cadre du système communiste, les enfants, dès l’âge de 6 ans, doivent prêter le serment d’être prêts à contribuer « de toutes leurs forces » au communisme avant d’avoir la moindre idée de ce que cela veut dire.

Lorsque les enfants entrent à l’école secondaire, on leur demande de rejoindre la Ligue de la jeunesse communiste sur une base semi-obligatoire. Là encore, les étudiants doivent lever le poing droit et faire un serment :

« Je m’engage à rejoindre volontairement la Ligue de la jeunesse communiste chinoise. Je soutiens fermement la direction du PCC, je me conforme à la constitution de la Ligue de la jeunesse, j’applique ses résolutions, je remplis ses obligations en tant que membre, je me conforme strictement à sa discipline, j’étudie assidûment, je travaille activement, je fais des contributions et je subis des épreuves avant les autres, je laisse les autres prendre les avantages avant moi, et je m’efforce de défendre la cause du communisme. »

Le serment d’adhésion au PCC est également quelque peu similaire à celui de l’adhésion à la Ligue de la jeunesse, mais avec une fin différente, qui jure de « tout sacrifier ».

La version actuelle, qui a été établie en 1982, se présente comme suit :

« Je m’engage à adhérer volontairement au PCC, à respecter les directives du Parti, à me conformer à la constitution du Parti, à remplir mes obligations en tant que membre, à exécuter les décisions du Parti, à respecter strictement la discipline du Parti, à garder les secrets du Parti, à être loyal envers le Parti, à travailler activement, à lutter pour le communisme toute ma vie, à être prêt à tout sacrifier pour le Parti et le peuple à tout moment, et à ne jamais trahir le Parti. »

Le PCC étant le parti au pouvoir en Chine, les membres du PCC peuvent bénéficier de nombreux avantages. Par conséquent, le nombre de personnes qui peuvent être approuvées pour rejoindre le PCC est faible.

Actuellement, le nombre de membres du PCC en Chine est inférieur à 100 millions sur une population de 1,4 milliard d’habitants, et le pourcentage de membres du Parti dans la population est inférieur à 7 %.

Cependant, plus de 95 % des Chinois ont rejoint les Jeunes Pionniers, ce qui signifie que sur une population de 1,4 milliard d’habitants, le nombre maximum de personnes susceptibles de faire une déclaration de trois retraits est de 1,3 milliard.

Un mouvement déclenché par la série éditoriale des Neuf Commentaires sur le Parti communiste

Le mouvement Tuidang, également appelé mouvement des Trois Retraits, a été déclenché par la série d’éditoriaux Neuf commentaires sur le Parti communiste, publiés pour la première fois dans l’édition en langue chinoise d’Epoch Times le 19 novembre 2004.

Les Neuf commentaires sur le Parti communiste exposent en détail l’histoire sanglante du PCC et analysent en profondeur la nature trompeuse, violente, sectaire et dévoyée du PCC dans différents domaines de l’histoire, de la politique, de l’économie, de la culture et de la foi.

La septième partie, intitulée « L’histoire meurtrière du Parti communiste chinois », indique que « sous le règne du PCC, 60 à 80 millions de Chinois innocents ont été tués, laissant derrière eux des familles brisées ».

Ce chiffre dépasse le nombre total de morts des deux guerres mondiales réunies.

Depuis 1949, le PCC a persécuté plus de la moitié de la population chinoise.

Le 12 janvier 2005, Epoch Times a publié une déclaration appelant les Chinois à se retirer du PCC et des deux organisations qui lui sont liées.

Le 22 février 2005, plus de 10 organisations, dont le groupe de presse Epoch Times, l’Alliance Farewell to the CCP, la Coalition mondiale pour traduire Jiang [Zemin] en justice et le site Web Nine Commentaries, ont uni leurs forces pour créer le Global Service Center for Quitting the CCP, une organisation de services à but non lucratif qui aide les personnes à effectuer les trois retraits.

Le PCC étant une dictature, les Chinois sont soumis à un contrôle strict. Pour des raisons de sécurité, de nombreuses personnes ont choisi de publier leur déclaration des Trois Retraits en utilisant des pseudonymes. Ils croient que Dieu voit le cœur des gens et qu’ils peuvent annuler les engagements funestes qu’ils ont pris envers le PCC en les désavouant.

Lorsque les personnes soumettent leur déclaration, un numéro unique est créé pour elles par le Centre de service mondial pour le retrait du PCC. Les personnes peuvent suivre l’état d’avancement de leurs déclarations en utilisant ce numéro unique.

Des bénévoles du Centre de service mondial pour l’abandon du PCC vérifient l’authenticité des déclarations avant de les publier en ligne.

Une fois la déclaration publiée, un certificat en anglais et en chinois peut être téléchargé et imprimé par l’auteur de la déclaration.

Les hauts responsables du PCC choisissent également de démissionner

Un phénomène notable au cours des premières étapes du mouvement Tuidang a été qu’un nombre important des Trois Retraits provenait des échelons supérieurs du PCC, notamment des responsables du Conseil d’État, des ministères, de l’Assemblée nationale populaire, de l’École centrale du Parti et des cadres provinciaux et municipaux.

Par exemple, une personne du Conseil d’État a utilisé le nom de Hua Tianming pour soumettre une déclaration le 27 décembre 2004. La déclaration dit : « C’était contre ma volonté d’être un homme de main. Je veux m’excuser auprès du peuple chinois. J’espère seulement que le PCC pourra être éliminé plus tôt. »

Sa signature indiquait qu’il était membre d’un certain bureau du Conseil d’État.

Il y avait également des cadres supérieurs des départements de la sécurité publique et de la justice, notamment du ministère de la Sécurité nationale, du ministère de la Justice, et de l’Armée, notamment de la Marine et de la région militaire de Pékin.

Dans une déclaration publiée sous le nom de Li Bochun le 22 décembre 2004, on peut lire : « Je suis un cadre technique de la défense nationale à la retraite, avec 43 ans d’expérience militaire et plus de 30 ans d’appartenance au Parti. J’avais l’habitude de croire tout ce que disaient mes supérieurs, mais ce n’est qu’après avoir pris ma retraite que j’ai vraiment compris la nature maléfique du PCC. »

Une autre déclaration publiée le 22 décembre 2004 sous le nom de Li Linying affirme : « J’étais autrefois un cadre militaire ; j’ai été trompé et j’ai cru au PCC. Cependant, la vérité nue de la nature diabolique du culte du PCC a maintenant été complètement exposée. J’ai suivi de près ce culte maléfique pendant plus de dix ans. Bien que je n’aie rien fait de mal, je lui ai néanmoins donné du pouvoir. Aujourd’hui, je comprends enfin. Par la présente, je déclare solennellement mon retrait de la secte [que représente le] communisme. »

Une déclaration d’un journaliste de la télévision centrale chinoise (CCTV) dit : « Trop, c’est trop. Aujourd’hui, je me désolidarise officiellement de toute relation avec eux. J’ai été reporter pour la chaîne de télévision pendant de nombreuses années, et je vois clair dans leur hypocrisie. […] J’ai été trompé par le Parti sous la propagande des mensonges, et aujourd’hui je me dissocie officiellement de toutes les relations avec eux. »

Un spécialiste de la Chine : le PCC se dissoudra de l’intérieur

Le 25 décembre 1991, l’Union soviétique, le premier régime communiste du monde, s’est effondré. Le dernier président de l’Union soviétique, Mikhaïl Gorbatchev, a démissionné et cèdé le pouvoir au président russe Boris Eltsine.

À la fin de 1989, les nations de la République qui avaient fait partie de l’Union soviétique ont déclaré leur indépendance, et le président américain George H.W. Bush et Gorbatchev ont conjointement déclaré la fin de la guerre froide.

En raison de la longue période d’autocratie et de corruption, le Parti communiste de l’Union soviétique a connu une vague de démissions avant sa dissolution, et plus de 20 % de ses membres ont fini par quitter le Parti.

De même, le mouvement Tuidang en Chine a permis à environ 27 % de la population chinoise de rejeter le PCC d’une manière ou d’une autre jusqu’à présent.

Le nombre actuel de Chinois qui ont rejeté le PCC est supérieur aux 20 % de membres communistes qui ont quitté l’Union soviétique avant son effondrement. Alors pourquoi le PCC n’est-il pas encore tombé ? L’expert de la Chine Shi Shan a dit à Epoch Times qu’il y a de nombreuses raisons, mais que les deux principales sont les suivantes :

Premièrement, le PCC est le groupe dirigeant le plus puissant de l’histoire de l’humanité en termes de contrôle du peuple. Aucun autre régime dans l’histoire ou dans le monde n’était comparable au PCC, qui contrôle non seulement l’endroit où les gens peuvent vivre grâce à un système d’enregistrement des ménages, mais aussi les croyances et les pensées des gens, leurs emplois, leur vie de famille et même le nombre d’enfants qu’ils peuvent avoir.

Avec l’aide de la haute technologie, le PCC utilise aujourd’hui les méthodes de surveillance les plus invasives pour contrôler la vie quotidienne de chacun. Le régime communiste est comme une cocotte-minute à haute pression, qui rend les gens à l’intérieur incapables de bouger.

Deuxièmement, le PCC utilise le marché continental comme appât, en liant l’économie à la politique pour attirer les investissements internationaux en Chine, qui apportent de nouveaux nutriments et du sang au corps gravement malade du PCC, lui permettant de continuer à survivre.

Cependant, Shi Shan a ajouté que la marée du mouvement Tuidang a déjà commencé à démanteler le PCC de l’intérieur. Bien que de nombreuses personnes n’aient pas révélé ouvertement leur véritable identité lorsqu’elles se sont retirées et qu’elles travaillaient toujours extérieurement pour le PCC, elles se sont essentiellement séparées du PCC dans leur cœur. Lorsque l’environnement externe changera, cette force d’opposition interne contribuera à l’effondrement rapide du PCC.

Shi Shan a noté que sur la base du rythme actuel des Trois Retraits, il y a au moins 50 000 personnes qui se retirent par jour. Cela signifie plus de 20 millions en un an. Dans cinq ans, plus de 100 millions de personnes se seront retirées. Le nombre actuel étant de plus de 376 millions, d’ici 2026, le nombre total de retraits pourrait atteindre 500 millions, ce qui représente 35 % des 1,4 milliard de personnes.

Cela signifie également qu’au moins une personne sur trois se sera retirée.

Selon lui, « à ce moment-là, le PCC se désintégrera de l’intérieur, tout comme le Parti communiste soviétique ».

Jennifer Zeng et Sherry Qi sont des collaboratrices indépendantes d’Epoch Times.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ