La Turquie condamne des militants des droits de l’homme pour terrorisme

Par Epoch Times
4 juillet 2020
Mis à jour: 4 juillet 2020

Un tribunal turc a condamné 4 militants d’Amnesty International à des peines allant de 2 à 6 ans de prison pour terrorisme lors d’un procès très médiatisé vendredi 3 juillet, que le groupe des droits de l’homme a qualifié de « parodie de justice aux proportions spectaculaires ».

Le président honoraire d’Amnesty International Turquie, Taner Kilic, a été condamné à 6 ans et 3 mois de prison pour être membre d’une organisation terroriste, tandis que l’ancien directeur du groupe İdil Eser a été condamné à 2 ans et 1 mois pour avoir aidé une organisation terroriste.

Günal Kursun et Özlem Dalgiran, membres d’Amnesty International, ont également été condamnés à 2 ans et 1 mois de prison pour avoir aidé un groupe terroriste.

Le groupe de défense des droits de l’homme nie toutes les accusations et affirme que chaque allégation contre ses membres a été « exposée de manière exhaustive comme une insulte sans fondement ».

Sept autres accusés ont été acquittés. Les 11 militants des droits de l’homme avaient été arrêtés et inculpés pendant l’été 2017 pour terrorisme.

CORONAVIRUS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

Les accusés ont le droit de faire appel devant la Cour d’appel, c’est ce qu’ils feront selon les tweets d’Amnesty Turquie. « Comme nous l’avons dit avant le procès, nous n’accepterons pas qu’un seul de nos amis soit condamné. Nous continuerons à suivre l’affaire devant les tribunaux supérieurs », a-t-il déclaré.

Les quatre militants ne seront pas emprisonnés dans l’attente de leur appel. La procédure d’appel pourrait prendre des mois, voire des années.

Andrew Gardner, d’Amnesty International, a déclaré dans un communiqué : « Aujourd’hui, nous avons été témoins d’une parodie de justice aux proportions spectaculaires. Ce verdict est un coup dur non seulement pour Taner, Özlem, İdil, et Günal, et leurs familles, mais aussi pour tous ceux qui croient en la justice et en l’activisme des droits de l’homme en Turquie et ailleurs. »

« La décision de la cour est stupéfiante. Au cours de 12 audiences, chaque allégation a été exposée de manière exhaustive comme une insulte sans fondement. Le verdict du tribunal défie la logique et affiche ce procès de 3 ans comme la tentative politiquement motivée de faire taire les voix indépendantes, et cela fut le cas dès le premier jour », a ajouté M. Gardner.

Le membre le plus en vue du groupe, Taner Kilic, a été accusé par le procureur d’être membre du réseau de l’intellectuel musulman turc, apatride Fethullah Gulen, que le gouvernement turc considère comme une organisation terroriste.

Taner Kilic nie être membre de l’organisation, dirigée par le prédicateur américain Gulen, que la Turquie accuse d’être à l’origine de la tentative de coup d’État de 2016, au cours de laquelle environ 250 personnes ont trouvé la mort.

Taner Kilic a également été accusé d’avoir téléchargé une application de messagerie appelée ByLock utilisée par l’organisation, ce qu’il nie.

Les dix autres accusés, dont l’ancien directeur d’Amnesty International Turquie, M. Eser, ont été arrêtés séparément dans un hôtel de l’île de Büyükada, au large d’Istanbul, où ils participaient à un atelier sur la sécurité numérique.

Ils ont été accusés d’avoir participé à une réunion secrète, dirigée par Taner Kilic, dans une affaire localement surnommée le « procès de Büyükada », selon Amnesty International.

Selon Human Rights Watch, « les accusations de terrorisme ont continué à être largement utilisées » depuis l’échec de la tentative de coup d’État et de nombreux procès pour terrorisme en Turquie « manquent de preuves irréfutables d’activité criminelle ».

La pratique consistant à maintenir en détention préventive prolongée des personnes accusées d’infractions terroristes « a suscité des inquiétudes : son utilisation est devenue une forme de punition sommaire », a-t-il déclaré.

Il s’agit de la deuxième affaire judiciaire récente en Turquie impliquant d’éminents militants des droits de l’homme, ce qui met en lumière le maintien en détention de militants plus de 3 ans après la tentative de coup d’État de 2016.

Le verdict intervient quelques mois seulement après que l’éminent philanthrope Osman Kavala a eu un bref aperçu de la liberté lorsqu’il a été acquitté lors des manifestations de 2013 dans le parc Gezi d’Istanbul, puis arrêté à nouveau quelques heures plus tard pour ses liens présumés avec le coup d’État.

M. Kavala était l’un des nombreux militants acquittés pour leur participation aux manifestations du Gezi Park il y a sept ans, qui avaient commencé par un projet visant à transformer un petit parc du centre d’Istanbul en centre commercial. Les manifestations se sont rapidement transformées en rassemblements antigouvernementaux de plus grande envergure dans toute la Turquie.

Mais les réjouissances pour les militants acquittés ont été de courte durée après que les procureurs ont annoncé que Kavala resterait en détention.

Milena Buyum, la militante turque d’Amnesty International, a déclaré dans un communiqué que la décision était empreinte de « cruauté délibérée et calculée ».

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ