Les tweets du régime chinois niant « le travail forcé » dans le Xinjiang ne violent pas les règles de Twitter, affirme ce dernier

Par Tom Ozimek
17 janvier 2021
Mis à jour: 17 janvier 2021

Un porte-parole de Twitter a déclaré jeudi sur Fox News que les récents tweets du régime communiste chinois niant l’existence du travail forcé dans la province du Xinjiang et accusant les États-Unis d’inventer des mensonges sur les violations des droits de l’homme qui y sont documentées, ne violent pas les règles de la plateforme des médias sociaux.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, a posté jeudi une série de tweets, affirmant que la déclaration concernant l’existence du travail forcé « est le plus grand mensonge du siècle visant à restreindre et à supprimer les autorités et les entreprises chinoises concernées et à contenir le développement de la Chine ».

Mais selon un rapport d’enquête très répandu, les autorités communistes chinoises ont intensifié leur répression contre les minorités ethniques ouïgoures dans la région du Xinjiang. Cela comprend l’internement massif d’environ un million de personnes, des programmes de « rééducation » obligatoires, une surveillance humaine et numérique très intrusive, la suppression de la religion, la stérilisation forcée des femmes et le travail forcé.

Une enquête approfondie menée par The Associated Press, qui comprenait des entretiens avec une trentaine d’anciens détenus, a révélé que les autorités communistes chinoises ont soumis des centaines de milliers de femmes ouïgoures à des contrôles de grossesse et les ont obligées à subir des procédures de stérilisation et des avortements.

Le régime chinois a rejeté ces accusations et a prétendu que les camps étaient des centres de formation professionnelle et que les programmes associés étaient destinés à freiner l’extrémisme religieux et à prévenir le terrorisme.

On estime qu’un million de Ouïghours et d’autres minorités, majoritairement musulmanes, seraient détenus dans un réseau de camps d’internement du Xinjiang, mais la Chine n’a donné aucun chiffre et décrit ces installations comme des « centres de formation professionnelle » visant à éloigner les personnes de l’extrémisme. Photo par GREG BAKER / AFP / Getty Images.

L’un des tweets de Chunying accusait également les États-Unis d’inventer des mensonges et de prendre des « mesures flagrantes » pour violer les règles du commerce international et « de nuire aux intérêts des entreprises et des consommateurs du monde entier, y compris ceux des États-Unis » .

Par ailleurs, une vidéo de propagande avec une musique joyeuse a accompagné les tweets de Chunying, mettant en scène des ouvriers souriants dans des usines du Xinjiang, parlant de la façon dont « beaucoup de nos habitudes de vie ont été modifiées et améliorées ».

Cette vidéo rappelle le type de matériel de propagande produit par le régime chinois pour blanchir ses actions répressives dans le Xinjiang. La BBC a fait un reportage sur ces efforts de désinformation après s’être vu accorder un accès orchestré à plusieurs camps d’internement en 2019.

« Nous avons été emmenés dans des endroits qui semblaient avoir été soigneusement aménagés – avec des images satellites révélant qu’une grande partie de l’infrastructure de sécurité avait récemment été enlevée », a écrit John Sudworth de la BBC dans le reportage. Il a décrit les détenus, avec des « sourires figés », parlant de leur volonté de voir leurs « pensées transformées » et d’exécuter des chorégraphies de musique et de danse destinées à faire comprendre aux journalistes que des détenus auparavant « corrompus par l’extrémisme » renaissaient grâce à leur internement.

Un porte-parole de Twitter a déclaré sur Fox News que les tweets du ministère chinois des Affaires étrangères n’enfreignaient pas les règles de l’entreprise.

Epoch Times a contacté Twitter pour obtenir des commentaires, mais n’a pas reçu de réponse avant la publication de cet article.

Twitter a récemment supprimé un post de l’ambassade américaine de Chine affirmant que les femmes ouïgoures ont été déradicalisées, « émancipées » de l’extrémisme et ne sont plus des «  machines à fabriquer des bébés ». Le poste est lié à un article du journal China Daily, porte-parole de l’État, qui nie les allégations de stérilisation forcée dans le Xinjiang.

Twitter a déclaré que l’article avait « violé les règles de Twitter », mais n’a pas fourni de détails supplémentaires.

Le secrétaire d’État Mike Pompeo au ministère des Affaires étrangères à Washington le 4 janvier 2021. (Charlotte Cuthbertson/Epoch Times)

Le secrétaire d’État Mike Pompeo a critiqué le tweet de l’ambassade chinoise qui prétendait que les femmes ouïgoures étaient « émancipées ».

« Les femmes ouïgoures ne sont pas ‘émancipées’ par les avortements et les stérilisations forcés », a écrit Mike Pompeo dans son tweet.

La conduite de Twitter en matière de restriction du contenu sur sa plateforme est sous les feux de la rampe depuis des années, y compris les préoccupations concernant ce que certains considèrent comme un double standard.

Récemment, Twitter a fermé le compte du président américain Donald Trump à la suite des manifestations violentes au Capitole la semaine dernière, suscitant des allégations de suppression de la liberté d’expression et exacerbant les divisions partisanes. La société a allégué que Trump avait incité à la violence.

Le PDG de Twitter, Jack Dorsey, dans un tweet du 13 janvier, a reconnu que la décision de l’entreprise de supprimer Trump était source de division et créait un dangereux précédent.

« Le fait de devoir prendre ces mesures fragmente la conversation publique. Elles nous divisent. Elles limitent le potentiel de clarification, de rédemption et d’apprentissage. Et cela crée un précédent que j’estime dangereux : le pouvoir qu’un individu ou une entreprise a sur une partie de la conversation publique mondiale », a écrit Dorsey sur Twitter.

« Je ne me réjouis pas et je ne suis pas fier que nous ayons dû bannir [Trump] de Twitter, ni de la façon dont nous en sommes arrivés là. Après avoir clairement averti que nous allions prendre cette mesure, nous avons pris une décision en nous basant sur les meilleures informations dont nous disposions concernant les menaces à la sécurité physique, tant sur Twitter qu’en dehors. Est-ce que c’était correct ? » a poursuivi M. Dorsey.

« Je pense que c’était la bonne décision pour Twitter. Nous avons été confrontés à une circonstance extraordinaire et intenable qui nous a obligés à concentrer toutes nos actions sur la sécurité publique. Le préjudice hors ligne résultant des discours en ligne est manifestement réel, et c’est ce qui motive avant tout notre politique et son application », a-t-il écrit.

La décision de Twitter d’interdire Trump a été critiquée par les dirigeants mondiaux, notamment le président français et le chancelier allemand.

Élections américaines – Deuxième impeachment contre Trump

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ