Twitter s’associe à AP et Reuters pour lutter contre la « désinformation »

Par Jack Phillips
5 août 2021
Mis à jour: 5 août 2021

Twitter a annoncé lundi qu’il allait s’associer aux agences de presse Associated Press et Reuters pour lutter contre la soi-disant « désinformation », bien que la manière dont elle sera déployée ne soit pas claire.

Dans un billet de blog, la société basée à San Francisco a déclaré que le partenariat avec Reuters et AP élargira ses « efforts pour identifier et mettre en valeur les informations crédibles sur Twitter ». Cela affectera la section « tendances » du site de médias sociaux, l’onglet « explorer », la fonction de recherche, les étiquettes et bien d’autres choses encore, selon l’entreprise.

Le billet de blog de Twitter indique également que l’entreprise « contextualisera » les conversations émergentes et tentera d’anticiper les conversations avant même qu’elles ne commencent.

Avec cette initiative, Twitter a déclaré que l’un de ses objectifs est de « fournir de manière proactive un contexte sur les sujets suscitant un intérêt généralisé, y compris ceux qui pourraient potentiellement générer des informations trompeuses. Plutôt que d’attendre que quelque chose devienne viral, Twitter contextualisera le discours en cours au rythme de la conversation publique ou en l’anticipant ».

La décision de Twitter de cibler les soi-disant « fausses informations » ne manquera pas de susciter des critiques de la part de certains de ses utilisateurs. Les conservateurs ont déclaré que Big Tech et les entreprises de médias sociaux ont injustement ciblé des utilisateurs importants pour avoir publié du contenu jugé politiquement sensible ou mettant en lumière un certain candidat ou politicien sous un jour négatif.

Vers la fin du cycle électoral de 2020, un rapport explosif du New York Post sur les transactions commerciales à l’étranger de Hunter Biden et le contenu de son ordinateur portable a été bloqué par la société de médias sociaux, bien que le PDG Jack Dorsey ait écrit plus tard qu’il avait été traité de manière incorrecte. Le NY Post, quant à lui, a été bloqué de son compte pendant plusieurs jours, ce qui a donné lieu à des appels à la censure.

Facebook et Twitter ont également supprimé les rapports qui spéculaient sur l’origine du foyer initial de Covid-19 dans un laboratoire de haute sécurité à Wuhan, en Chine, Facebook allant même jusqu’à bloquer et supprimer de tels messages. Les conservateurs et les militants chinois des droits de l’homme ont alors accusé les sociétés de médias sociaux de protéger le Parti communiste chinois (PCC), qui a catégoriquement nié que le virus ait fui du laboratoire de Wuhan.

Plus tard, cependant, certains responsables américains, dont le président Joe Biden, ont reconnu que l’hypothèse de la fuite du laboratoire de Wuhan était crédible. Plus tôt dans l’année, Joe Biden a annoncé que la Communauté du renseignement américain, composée de 17 agences, remettrait un rapport sur les origines du virus dans plusieurs mois.

Le mois dernier, l’ancien président Donald Trump a annoncé le lancement d’une action collective contre Twitter, Facebook et YouTube, propriété de Google, accusant les entreprises de nier ses droits à la liberté d’expression. Twitter, Facebook et Google ont annoncé en janvier qu’ils avaient suspendu M. Trump pour avoir affirmé que l’élection du 3 novembre avait été volée et pour avoir contribué aux violences du 6 janvier.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ