Twitter verrouille le compte d’un site d’information en raison d’un reportage sur un adolescent mort après avoir été vacciné

Par Jack Phillips
23 juin 2021
Mis à jour: 23 juin 2021

Twitter a bloqué le compte du National File, un site d’information conservateur, après qu’il a publié le tweet d’une femme affirmant que son neveu de 13 ans est mort après avoir reçu une deuxième dose du vaccin Covid-19 de Pfizer.

Un porte-parole de Twitter a confirmé aux médias que le compte du National File avait été bloqué pendant 12 heures « par erreur ». Le compte a depuis été rétabli, mais le média a maintenant déclaré que le géant des médias sociaux « a maintenant suspendu » le journaliste Jack Hadfield « pour s’être réjoui publiquement de la décision de Twitter d’annuler la suspension » de la publication.

Epoch Times a contacté Twitter pour obtenir des commentaires.

Selon le National File, le rapport qui a déclenché l’action de Twitter comprenait les affirmations d’une femme, Tami Burages, qui a déclaré que son neveu était mort après avoir reçu le vaccin.

« Notre famille est dévastée. J’ai lutté pour mettre cela sur Twitter. Je suis pro-vaccins. Nous avons vacciné mon propre fils de 14 ans dès qu’il a été disponible. Je sais que c’est *sécuritaire en général*. Mais Jacob est mort maintenant », a-t-elle écrit dans un tweet maintenant supprimé.

Le guide des vaccins publié sur le site de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) stipule que la plupart des vaccins Covid-19 ne doivent pas être administrés aux enfants, bien qu’un groupe consultatif ait conseillé en mai aux Centers for Disease Control and Prevention que le vaccin de Pfizer pouvait être administré aux enfants âgés de 12 ans et plus.

« Les enfants ne doivent pas être vaccinés pour le moment », indique en gras la page de l’OMS sur les vaccins Covid-19.

Un porte-parole de l’OMS a déclaré mardi à Epoch Times que « davantage de preuves sont nécessaires sur l’utilisation des différents vaccins Covid-19 chez les enfants pour pouvoir faire des recommandations générales sur la vaccination des enfants contre le Covid-19 ».

« Les essais de vaccins pour les enfants sont en cours, et l’OMS mettra à jour ses recommandations lorsque les preuves ou la situation épidémiologique justifieront un changement de politique », a déclaré le porte-parole.

En mai, la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a déclaré que le vaccin Covid-19 de Pfizer était sûr pour les enfants dès l’âge de 12 ans, même si, lors d’une réunion du comité consultatif de la FDA à la mi-juin, les experts n’étaient pas d’accord sur la question de savoir si les vaccins Covid-19 devaient être administrés aux enfants.

Certains membres du comité qui se sont montrés réticents à l’égard de l’administration du vaccin aux enfants ont déclaré qu’ils étaient préoccupés par les conclusions de chercheurs israéliens faisant état d’un nombre élevé de myocardites, ou d’inflammations cardiaques, chez les hommes âgés de 16 à 30 ans ayant reçu le vaccin Pfizer.

« Nous avons certainement besoin d’un vaccin pédiatrique, ce n’est pas la question dont nous discutons aujourd’hui, la question est de savoir à quel moment nous aurons suffisamment de données […] Il y a quatre hospitalisations pour un million d’enfants, ce n’est pas une urgence et c’est un taux d’hospitalisation très faible », a déclaré Cody Meissner, professeur de pédiatrie à la faculté de médecine de l’université Tufts.

Tout en faisant état de préoccupations quant au lien possible entre les vaccins à ARNm, tels que ceux fabriqués par Pfizer ou Moderna, et la myocardie chez les enfants, M. Meissner a déclaré que la FDA devrait attendre.

« Avant de commencer à vacciner des millions d’adolescents et d’enfants, il est tellement important de découvrir quelles sont les conséquences », a-t-il souligné lors de la réunion du panel, ajoutant : « Je ne pense pas que nous puissions justifier [une autorisation d’utilisation d’urgence] en incluant les enfants. »

Il y a plusieurs semaines, le compte Twitter de l’ancienne aide de campagne du président Bill Clinton, Naomi Wolf, a été définitivement suspendu. Twitter a expliqué son raisonnement aux médias que Wolf, selon l’entreprise, a partagé des informations erronées sur les vaccins Covid-19.

Au cours des derniers mois, Twitter et son PDG, Jack Dorsey, ont suscité d’importantes critiques concernant ses politiques et ses décisions de bannir des utilisateurs de premier plan, dont l’ancien président américain Donald Trump.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ