Ukraine: une responsable de la présidence arrêtée pour corruption

Par Epochtimes.fr avec AFP
13 novembre 2019 Mis à jour: 13 novembre 2019

Une responsable de la présidence ukrainienne a été interpellée pour avoir perçu un pot-de-vin, une affaire illustrant l’ampleur de la tâche pour le nouveau président ayant fait la promesse de déraciner la corruption

Elle a été interpellée mardi en flagrant délit avec plusieurs complices, dont une ex-vice-ministre de la Culture, au moment où elle percevait 150.000 dollars, a indiqué le bureau anti-corruption (Nabu) dans un communiqué.

Selon les enquêteurs, il s’agissait de la première moitié d’un dessous-de-table de 300.000 dollars (270.000 euros) réclamée par cette responsable pour faciliter la nomination d’une personne au sein de Naftogaz, une compagnie énergétique publique du pays.

La corruption doit être déracinée partout ou elle est

« Pour le chef de l’Etat, il n’y a pas de différence entre ses (équipes) et les autres. La corruption doit être déracinée » partout où elle est, a déclaré la présidence dans un communiqué.

Selon les médias, la haute fonctionnaire en question travaille à la présidence depuis dix ans et occupait le poste de directrice du département chargé de répondre aux requêtes des citoyens.

Elle affirmait « pouvoir régler tout problème de part ses contacts à la présidence », écrit le site en ligne Ukraïnska Pravda citant une source au sein de forces de l’ordre.

Volodymyr Zelensky, lutte contre une corruption qui gangrène le pays

Le nouveau président ukrainien, Volodymyr Zelensky, qui était comédien jusqu’à son élection à la présidence en avril, a écrasé à la présidentielle son prédécesseur Petro Porochenko, notamment en raison de son bilan abyssal en matière de la lutte contre la corruption qui gangrène cette ex-république soviétique.

Depuis son arrivée au pouvoir, la législation anti-corruption a été renforcée et des poursuites engagées contre plusieurs hauts responsables, anciens et actuels. Certains détracteurs accusent cependant le pouvoir de chercher à écarter ainsi des proches de l’ex-président.

Dans son dernier rapport publié en janvier et portant sur la perception de la corruption en 2018, l’ONG Transparency International a classé l’Ukraine 120e sur 180 pays. C’est mieux que la Russie voisine (138e) et que le classement de Kiev en 2014 (142e), mais loin derrière ses voisins de l’Union européenne, à laquelle le pays espère adhérer.

 

RECOMMANDÉ