Un Africain élevé en famille d’accueil devient père célibataire lorsqu’il adopte 3 garçons blancs

Par Lori C. Summers
22 avril 2020
Mis à jour: 22 avril 2020

Barry Farmer a passé du temps dans le système de placement familial pendant son enfance et n’était pas étranger aux difficultés. Ayant été élevé par sa grand-mère depuis l’âge de 4 ans, il lui attribue le mérite d’avoir élevé l’adulte accompli qu’il s’est révélé être. Aujourd’hui, il est fier d’être le père célibataire de trois enfants adoptés.

Tout jeune, Barry a été placé dans une forme de placement familial, appelé « placement dans la parenté » à Richmond, en Virginie. Pendant des années, il a vécu dans des familles différentes, car ses parents n’étaient pas en mesure de s’occuper de lui. « J’allais de maison en maison, je vivais avec des amis de mes parents. Et ce n’était pas stable », se souvient-il, selon CBS News.

(Avec l’aimable autorisation de Barry Farmer)

À 4 ans, sa grand-mère, Cora, l’accueille. La stabilité qu’elle lui a offerte en grandissant allait continuer à façonner son avenir. « Devenir famille d’accueil était comme un hommage à ma grand-mère, car je ne pouvais pas la rembourser, mais j’étais absolument capable de le faire », explique-t-il, pour People.

Barry a posé sa candidature pour devenir parent d’accueil alors qu’il n’avait que 21 ans, en 2010. Et un an plus tard, il s’est alors vu attribuer son deuxième placement, Jaxon, un garçon de 8 ans. Et au début, il a eu du mal à se faire à l’idée de la différence culturelle. « Je ne savais pas qu’il était censé être blanc, personne à l’agence ne le savait. J’ai été très surpris qu’il soit blanc, je n’avais jamais travaillé avec des enfants blancs », dit-il.

(Avec l’aimable autorisation de Barry Farmer)

Le nouveau père a tout de même accueilli l’enfant, et le lien père-fils s’est renforcé à un point tel qu’en 2013, lorsque Jaxon a eu l’occasion d’être adopté, il a plutôt demandé à Barry Farmer de devenir son père pour de bon. « Nous avons suivi tout le processus. Au tribunal, nous sommes allés voir le juge et nous nous sommes assis à la table, et j’ai dit au juge que je serai responsable de lui », se souvient Barry, selon WTVR.

Un an après l’arrivée de Jaxon, l’opportunité s’est présentée d’accueillir un deuxième garçon, Xavier, alors âgé de 8 ans. Et quelques années plus tard, en 2013, Barry l’a également adopté officiellement.

(Avec l’aimable autorisation de Barry Farmer)

La famille s’est agrandie en 2014 lorsqu’elle a accueilli Jérémie, alors âgé de 4 ans, pour une prise en charge temporaire. « Ils l’ont accueilli à bras ouverts, tout comme moi, et nous l’avons donc aussi adopté », se souvient Barry.

Se retrouver père célibataire de trois enfants blancs adoptés alors qu’il avait à peine 30 ans n’est pas quelque chose que Barry aurait pu prévoir. « Je me regarde tout le temps dans le miroir, et si vous m’aviez dit il y a dix ans que cela arriverait, je ne vous aurais pas cru », a-t-il déclaré. « J’ai souhaité être père, mais ce n’était pas aussi tôt. »

(Avec l’aimable autorisation de Barry Farmer)

Barry documente ses expériences de père célibataire sur son blog personnel et est un fervent défenseur de l’adoption d’enfants plus âgés. Il a également écrit un compte-rendu de son histoire passionnante pour Love What Matters.

« Vous pouvez considérer les enfants plus âgés comme de simples diamants bruts. Même un diamant qui est dans la terre est toujours un diamant. Ils ont juste besoin d’aide, d’être polis, et une fois que vous les tenez à la lumière, ils sont toujours le même diamant, ils sont juste un peu plus raffinés maintenant », a-t-il souligné de façon poignante.

Saviez-vous que nous sommes indépendants ?

Epoch Times est indépendant de toute influence des entreprises, des gouvernements ou des partis politiques. Notre seul objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations précises et d’être responsables envers le public.

RECOMMANDÉ