Un ancien directeur du Figaro cité dans le «carnet noir» d’Epstein

Par David Vives
31 août 2019
Mis à jour: 31 août 2019

La mort de Jeffrey Epstein, multimillionnaire déchu accusé de trafic sexuel, ne clôt pas les investigations sur son entourage. Plusieurs Français sont cités dans le carnet noir du milliardaire, dont un représentant permanent des Hauts de Seine. Jeffrey Epstein avait enregistré un grand nombre de contacts personnels. Le majordome du financier l’avait subtilisé au financier en 2015 et après avoir été réquisitionné par la justice, son contenu s’était retrouvé sur le site américain Gawker.

Parmi les noms présents sur le carnet noir d’Epstein figure Jean-Paul Mulot, proche de Xavier Bertrand – depuis 30 ans. Représentant permanent des Hauts de Seine au Royaume Uni, son nom était connu d’Epstein, comme celui de sa femme Annie Verdin, une personnalité du milieu du luxe. M.Mulot est directeur délégué de la rédaction du Figaro depuis 1998, et également le Vice-Président de la Fondation des Parcs et Jardins de France depuis 2000.

Dans le carnet, pas moins de 6 numéros de téléphone sont notés à côté des deux noms.

Suffisant pour demander à l’intéressé ses liens éventuels avec Epstein. Patrick Edery, membre de l’opposition, croit avoir reconnu un digicode du château de Puisieux, propriétés des époux.

Relancé par les journalistes après un moment de silence, M.Mulot a finalement raconté les circonstances durant lesquelles il a rencontré Epstein : « J’ai rencontré Jeffrey Epstein une fois il y a une quinzaine d’années lors d’un repas à l’Orangerie à Paris. Il était affreusement mal élevé, odieux avec les serveurs. Et a exigé du poulet en criant “Chicken chicken” ! Je suis resté une trentaine de minutes (…) »

Sur les réseaux sociaux, M.Mulot dénonce une joute politique de ses adversaires et s’est défendu dans une interview accordée à Dailynord de toute collusion avec le multimillionnaire déchu.

« Mon épouse a fait ses études à Oxford – où elle est née – avec Ghislaine Maxwell. Il n’y a jamais eu de digicode à Puisieux-en-Clanlieu. L’assimilation avec un pédo-criminel est une dégueulasserie. A travers moi, c’est Nicolas Sarkozy et Xavier Bertrand que l’on vise » écrit-il notamment sur Facebook.

On devrait en savoir rapidement plus sur les liens des uns et des autres et sur la raison de leur présence sur ce carnet, accidentelle ou non.

Le parquet de Paris, dans la foulée des révélations autour de l’affaire Epstein, a ouvert une enquête pour «viols» et « agressions sexuelles sur mineurs ».

«Les investigations, confiées à l’Office central de répression des violences faites aux personnes, auront pour objet de mettre au jour d’éventuelles infractions commises non seulement sur le territoire national, mais aussi à l’étranger au préjudice de victimes françaises» ainsi que d’éventuels «auteurs de nationalité française», expliquait le procureur de Paris Rémy Heitz dans un communiqué. Cette enquête préliminaire a aussi été ouverte des chefs d’«association de malfaiteurs en vue de commettre des crimes» et «association de malfaiteurs en vue de commettre des délits punis d’au moins 5 ans d’emprisonnement».

Suite à la mort du financier, le parquet de Paris a ouvert une enquête, emboîtant le pas à la justice américaine.

Parmi les figures françaises présentes sur le carnet noir rendu public, on trouve :

Jacques de Crussol d’Uzès (héritier du domaine d’Uzès), Hermine de Clermont-Tonnerre (actrice), Jean-Yves Le Fur (hommes d’affaires), Marie Joseph Experton (avocate), Alberto Pinto (photographe et designer d’intérieur), Betty Lagardère (épouse de l’homme d’affaire Jean-Luc Lagardère), Albert Benamou (gérant d’une galerie d’art parisienne), les princes Louis Albert de Broglie et Pierre d’Arenberg, Azzedine Alaïa (designer de mode), Edouard de Rothschild (homme d’affaires et héritier de la famille Rothschild), Jacques Grange (décorateur et architecte d’intérieur), Philippe Junot (banquier, premier mari de Caroline de Monaco).

Photocopie du carnet noir de Jeffrey Epstein. (DOJ)

Le fait que les noms, adresses et numéros de téléphones soient consignés ne signifie pas forcément une complicité des personnes avec le milliardaire dans ses activités criminelles.

D’après les derniers avancements de l’enquête côté américain, le besoin d’informations et les instructions en cours devraient délier les langues.

Epstein avait de nombreuses relations en France, où il possédait un pied à terre. Qui donc fréquentait le 22 avenue Foch ? Dans les deux étages de l’immeuble appartenant au milliardaire, des témoignages dont celui d’une ex-assistante rapportent de nombreuses allées venues de jeunes femmes. Virginia Giuffre, victime supposée de Jeffrey Epstein, accuse le milliardaire de lui avoir ordonné de coucher avec son « ami français », Jean-Luc Brunel.

Mi-août, le parquet de Paris a demandé l’ouverture d’une investigation sur le possible réseau d’Epstein en France. Des révélations seraient à attendre. « Innocence en danger » est une des premières associations à avoir rapporté la voix de victimes intentant une action envers Epstein pour prostitution. Contactée par Epoch Times, l’association indique avoir reçu un grand nombre de demande de la part de la presse, et que dès que l’instruction le permettrait, les témoignages seraient susceptibles d’être rendus publics.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ