Un ancien membre du personnel de Biden dépose un rapport de police l’accusant d’agression sexuelle

Par Zachary Stieber
16 avril 2020
Mis à jour: 17 avril 2020

Une ancienne collaboratrice du candidat démocrate à la présidence Joe Biden a intenté un procès l’accusant d’agression sexuelle en 1993.

La plainte, déposée la semaine dernière auprès de la police du district de Columbia, a été rapportée pour la première fois par le site web d’informations Business Insider.

Tara Reade a déclaré à l’agence qu’elle avait dit à la police que Joe Biden l’avait agressée au Capitole américain alors qu’elle faisait partie de son personnel au début des années 1990. Joe Biden, vice-président de 2008 à 2016, a été sénateur américain pendant des décennies à partir de 1973.

« Je l’ai déposée parce que j’avais été très harcelée en avril dernier », a déclaré Mme Reade, 56 ans, en référence à la première fois qu’elle a porté plainte contre Joe Biden, 77 ans.

« Je voulais également dire clairement que je serais prête à prêter serment ou à coopérer avec toute application de la loi à ce sujet, car cela s’est produit. Même si c’était il y a 26 ans », a-t-elle déclaré.

Tara Reade a déclaré à l’Associated Press que Joe Biden l’avait poussée contre un mur du sous-sol d’un des immeubles de bureaux se trouvant à Capitol Hill avant de l’agresser sexuellement.

« Je me souviens avoir voulu lui dire d’arrêter, mais je ne sais pas si je l’ai dit à haute voix ou si je l’ai juste pensé. J’étais comme paralysée », a-t-elle dit, ajoutant que lorsqu’elle s’est éloignée, M. Biden semblait bouleversé et lui a dit : « Allez, j’ai entendu dire que tu m’aimais bien. »

Mme Reade a d’abord rendu publiques des allégations contre M. Biden l’année dernière dans une interview à The Union. À l’époque, elle a décrit ce qui s’est passé comme du harcèlement sexuel, mais le rapport indique que des agressions sexuelles ont eu lieu. Elle a dit qu’elle avait caché des détails parce qu’elle craignait ce qu’allait provoquer par ses allégations.

« J’étais déjà menacée et un peu salie, et je n’étais pas prête », a déclaré Mme Reade à l’AP. « J’ai donc parlé du harcèlement sexuel et de ce dont j’étais à l’aise de parler, mais je n’étais pas prête à parler d’agression sexuelle. »

Aucun ancien membre du personnel de Biden n’a corroboré l’histoire de Mme Reade, mais une amie était au courant de ce qui s’était passé en 1993. Tara Reade a également déclaré à Business Insider qu’elle l’avait dit à sa mère, qui est décédée depuis. Le frère cadet de Mme Reade, Collin Moulton, a déclaré que la mère de Tara Reade voulait qu’elle parle à la police à ce sujet. Mme Reade dit qu’elle n’est pas allée à la police à l’époque mais qu’elle a déposé un rapport de harcèlement sexuel auprès d’un bureau du Sénat, ce qui n’a pas été confirmé.

La campagne de Joe Biden n’a pas répondu aux demandes de commentaires. Dans une déclaration envoyée à d’autres médias, la porte-parole Kate Bedingfield a déclaré : « Les femmes ont le droit de raconter leur histoire, et les journalistes ont l’obligation d’examiner rigoureusement ces affirmations. Nous les encourageons à le faire, car ces accusations sont fausses. »

Joe Biden alors Sénateur, à gauche, s’adresse aux journalistes le 12 mars 1993. (J. David Ake/AFP via Getty Images)

En 2018, M. Biden a suggéré que les femmes qui entrent sur la scène nationale pour accuser des hommes de haut rang de méfaits sexuels doivent être entendues.

« Pour qu’une femme se présente sous les feux des projecteurs, au niveau national, il faut commencer par présumer qu’au moins l’essentiel de ce dont elle parle est réel, qu’elle oublie ou non des faits, que cela ait été aggravé ou amélioré avec le temps. Mais personne ne manque de comprendre que c’est comme sauter dans un chaudron », a-t-il déclaré.

Mme Reade a déclaré à Business Insider qu’elle estimait devoir déposer un rapport de police, même si cela n’entraînait pas de poursuites pénales.

« Il est très impératif que je pense, pour moi, que ma voix soit entendue. J’ai déjà été réduite au silence et menacée dans le passé, et je me sens libre maintenant », a-t-elle déclaré. « Et après avoir raccroché avec ce détective, j’ai senti un élan, comme si tout allait bien, ma voix a été entendue et les forces de l’ordre ont cela. Et je me sens plus en sécurité. »

D’autres femmes ont également accusé Joe Biden d’inconduite sexuelle. En avril 2019, M. Biden a répondu dans une vidéo qu’il ferait plus attention à ne pas envahir l’espace personnel des gens.

« Les normes sociales changent », a déclaré M. Biden dans un message Twitter accompagnant la vidéo. « Je comprends cela, et j’ai entendu ce que ces femmes disent. »

RECOMMANDÉ