Un ancien policier de l’Internet fait des révélations sur les opérations de censure des sociétés chinoises de médias sociaux

Par Nathan Su
20 juillet 2020
Mis à jour: 18 mars 2021

Travaillant comme réviseur de contenu en Chine, Liu Lipeng était chargé de passer au crible les messages des réseaux sociaux et de repérer ceux qui violaient les directives de censure du régime chinois.

Il a vu de nombreux messages – qui devaient être supprimés – sur le mouvement des parapluie de Hong Kong en 2014, lorsque des foules ont occupé les principales artères de la ville pour réclamer le suffrage universel lors des élections. Lors du transfert de la souveraineté de Hong Kong de la Grande-Bretagne à la Chine en 1997, la ville s’est vu promettre des élections libres et équitables, mais Pékin a préféré choisir les candidats pour le poste le plus élevé de la ville.

En regardant les vidéos des manifestations de 2014, M. Liu Lipeng a vu de ses propres yeux le combat des habitants de Hong Kong pour la liberté et la démocratie. En les regardant, il s’est senti désireux et déterminé à défendre la liberté dans sa propre vie.

« Hong Kong est en première ligne pour la liberté et la démocratie en Chine. Elle a besoin du soutien du reste du monde », a-t-il déclaré.

Au cours de son interview avec Epoch Times, Liu Lipeng, qui a récemment immigré en Californie, portait un T-shirt noir avec un parapluie jaune et le mot « strong » en dessous.

CELA POURRAIT AUSSI VOUS INTÉRESSER

Le parapluie jaune est devenu un symbole pour le mouvement pro-démocratique de 2014, après que des dizaines de milliers de manifestants de Hong Kong ont utilisé des parapluies pour se protéger des policiers qui tiraient des gaz lacrymogènes pour tenter de les disperser.

Liu Lipeng aux États-Unis. (The Epoch Times)

Avec la récente mise en œuvre par Pékin d’une loi sur la sécurité nationale pour Hong Kong – qui criminalise les actes considérés comme de la subversion, de la sécession, du terrorisme et de la collusion avec des forces étrangères pouvant aller jusqu’à la prison à vie – les entreprises technologiques internationales opérant dans la ville se sont abstenues d’examiner les demandes du gouvernement concernant les données des utilisateurs, invoquant les craintes de violation de la liberté d’expression des utilisateurs.

TikTok, la populaire application chinoise de partage de vidéos, a bientôt annoncé qu’elle allait quitter le marché de Hong Kong. Liu Lipeng, qui envisageait auparavant de travailler pour le bureau chinois de la société dans un rôle de surveillance et de censure des contenus des utilisateurs étrangers, a déclaré que la société n’aurait probablement pas d’autre choix que de se conformer aux demandes des autorités de Hong Kong concernant les données des utilisateurs. Mais la société – qui a récemment fait l’objet d’un examen approfondi aux États-Unis et ailleurs pour sa collecte de données sur les utilisateurs internationaux – pourrait se méfier des retombées en termes de relations publiques résultant d’une telle conformité.

« Ils savent qu’il leur est impossible de prendre position contre la nouvelle loi sur la sécurité du Parti communiste chinois à Hong Kong », a déclaré M. Liu.

Il a ajouté qu’il serait impossible pour une application chinoise comme TikTok d’être complètement transparente, bien que la société ait promis de construire un « centre de transparence » pour apaiser les inquiétudes du public concernant ses opérations. L’application est développée et détenue par la société technologique ByteDance, basée à Pékin.

Le passé

Liu Lipeng a travaillé pendant deux ans comme réviseur de contenu pour Weibo, une plateforme chinoise de réseaux sociaux similaire à Twitter. Il a également travaillé pendant quatre ans en tant que responsable de la modération de contenu pour Leshi, une plateforme chinoise de réseaux sociaux similaire à YouTube.

M. Liu a décrit le rôle des réviseurs de contenu ou des modérateurs en Chine comme des postes à forte intensité de main-d’œuvre et de stress qui étaient étroitement surveillés et contrôlés par l’agence de censure principale du gouvernement central, l’Administration du cyberespace.

Il a déclaré que les réviseurs en Chine doivent se souvenir de nombreux mots, noms ou sujets considérés comme politiquement sensibles par le régime. Il a donné les exemples suivants : Falun Gong, une ancienne pratique de méditation avec des enseignements moraux basés sur les principes d’authenticité, de bienveillance et de tolérance, qui a été sévèrement persécutée par le régime chinois depuis juillet 1999 ; le 4 juin, également connu sous le nom de massacre de la place Tiananmen de 1989, lorsque les autorités ont envoyé des troupes et des chars pour écraser un mouvement pro-démocratie dirigé par des étudiants à Pékin ;

Liu Xiaobo, un dissident politique qui a remporté le prix Nobel de la paix en 2010, et Xi Jinping, le nom du dirigeant chinois, sont tous considérés comme politiquement sensibles.

Les utilisateurs chinois des réseaux sociaux ont essayé de nombreuses façons d’éviter que leurs commentaires sur Xi ne soient censurés. En conséquence, M. Liu a déclaré qu’il y avait plus de 35 000 mots, symboles ou différentes combinaisons de mots et de symboles liés à Xi qui étaient considérés comme politiquement sensibles, et donc, qui devaient être supprimés.

M. Liu a déclaré que dans la plupart des avis de recrutement pour ce type de poste, les entreprises indiquent « de préférence les membres du PCC (Parti communiste chinois) et de la Ligue de la jeunesse communiste chinoise ». Les exigences du poste comprennent également : « les candidats doivent avoir des sensibilités politiques », c’est-à-dire suivre la ligne du Parti.

Des études supérieures sont généralement exigées, mais pas d’exigences spécifiques pour les spécialités, a-t-il déclaré. Liu Lipeng a obtenu son diplôme universitaire avec une spécialisation en ressources humaines. Il est naturellement devenu la cible des chasseurs de têtes pour les postes de réviseurs de contenu.

Liu pense que la véritable raison des exigences d’études universitaires est qu’en Chine, les diplômés de l’université subissent un endoctrinement politique dans leur enseignement.

Liu a déclaré que la peur faisait partie de la vie quotidienne des réviseurs de contenu en Chine : « On ne la voit pas, mais vous savez qu’elle est là. Elle est dans l’air. »

M. Liu a déclaré que le PCC a des filiales du Parti dans les bureaux de toutes les sociétés de réseaux sociaux. « Nous savons tous qui sont les membres du Parti dans nos bureaux, et ils sont généralement très amicaux avec tout le monde », a déclaré Liu. « Ils ne vous disent jamais ce que vous devez faire. Mais sur les questions importantes, ils parlent haut et fort de ce qu’ils croient, et vous savez que c’est la position officielle », a-t-il ajouté.

TikTok

TikTok et sa version chinoise Douyin appartiennent toutes deux à ByteDance, une société chinoise de réseaux sociaux fondée par Zhang Yiming en 2012. La plateforme de réseaux sociaux permettant aux utilisateurs de télécharger des vidéos de 60 secondes est rapidement devenue populaire après son lancement.

En avril 2018, le programme de réseaux sociaux le plus populaire de ByteDance, Neihanduanzi, a été contraint de cesser ses activités par l’une des autorités de censure chinoises, l’Administration nationale de la radio et de la télévision.

Après l’interdiction, Zhang Yiming a fait des excuses publiques et a admis que « le produit allait dans la mauvaise direction et s’écartait des valeurs fondamentales socialistes […] [la société] s’est trop concentrée sur la technologie, mais a ignoré que les utilisations de la technologie doivent être sous la direction des valeurs fondamentales socialistes ».

Après l’interdiction, ByteDance a annoncé une augmentation de 67 % de son équipe de réviseurs de contenu.

Dans un précédent article d’Epoch Times, Liu Lipeng a rappelé son ressenti en 2018, lorsqu’il a été interviewé pour un rôle dans les vidéos de surveillance et de contrôle de ByteDance publiées par les utilisateurs internationaux de TikTok.

À l’époque, M. Liu a expliqué que les utilisateurs américains étaient habitués à la liberté d’expression et qu’ils seraient donc mécontents de la surréglementation de leur contenu. Il a finalement été écarté pour ce poste.

Bien qu’il soit un censeur professionnel, Liu a essayé de dévoiler la vérité au public chinois. Le 25 janvier, M. Liu a publié les directives du CDC américain (Center for Disease Control and Prevention) pour prévenir la propagation de Covid-19, y compris le lavage fréquent des mains, via son compte sur Toutiao, une autre plateforme de réseaux sociaux appartenant à ByteDance.

« Je pensais que c’était totalement légal, pas politique », a déclaré M. Liu. Mais sa publication a été supprimée par les censeurs de ByteDance.

La version chinoise de TikTok, appelée Douyin, a également publié l’affirmation farfelue d’un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères selon laquellele  Covid-19 avait été introduit en Chine par l’armée américaine.

Liu Lipeng a été dégoûté par la vie sous un régime autoritaire et a décidé d’immigrer en Californie avec sa famille.

En mai, il a reçu un SMS d’un chasseur de têtes lui demandant s’il allait retourner en Chine pour avoir à nouveau un entretien d’embauche avec ByteDance. M. Liu a refusé.

« Nous voulons rester loin de la peur », dit-il, avec sa femme et ses enfants autour de lui.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ