Un ancien toxicomane retrouve enfin son fils 20 ans après l’avoir donné à l’adoption

Par Louise Bevan
26 juin 2020
Mis à jour: 26 juin 2020

Un père qui a lutté contre la toxicomanie dans sa jeunesse a partagé ses retrouvailles avec le fils qu’il avait abandonné 20 ans auparavant.

Lors de leur rencontre, les deux hommes ont tout de suite accroché et ont bien été obligé de convenir : « Nous nous ressemblons beaucoup, c’est fou ! »

Randy Kemp, 55 ans, de Carlsbad en Californie, a confié son fils Noah Anderson, âgé de 20 ans, à un service social d’adoption alors que Noah n’avait que 6 mois. À ce moment-là, Randy, a fait le choix de changer de vie et a dû batailler dur pour vaincre sa toxicomanie et retrouver son âme prise dans la toile de ses addictions avant de retrouver son fils sur les médias sociaux.

À la surprise et au grand plaisir de Randy, Noah vivait dans le comté voisin de Riverside.

(Caters News)

Le 14 juin, les deux hommes se sont rencontrés pour la première fois depuis 20 ans. « La rencontre a été incroyable », a déclaré Randy, ouvrier de maintenance. « Je lui ai raconté ce qui s’était passé il y a vingt ans, mais la chose la plus importante que je voulais lui dire était que ce n’était pas dû à un manque d’amour. »

À 34 ans, Randy était en proie à une dépendance à la drogue et à l’alcool et purgeait une peine d’un an de prison pour possession de drogue lorsqu’il a découvert que sa partenaire de l’époque était enceinte. Lorsque Randy est sorti de prison, Noah avait déjà 6 mois.

Randy a eu 90 jours pour trouver un foyer, un emploi, et prouver sa sobriété, sinon son bébé serait adopté. « Je n’ai pas réussi », a admis Randy. « J’ai dû renoncer à mes droits et faire ce qui était dans l’intérêt supérieur de l’enfant. »

« C’était la chose la plus difficile que j’aie jamais eu à faire. »

Un ex- toxicomane et papa alcoolique a retrouvé son fils disparu depuis 20 ans après avoir été contraint de l’abandonner pour adoption. (Caters News)

Après avoir vécu ce moment si difficile, Randy a fait le choix de changer de vie. Depuis 2020, le père participe à un groupe de soutien à la guérison et travaille comme bénévole pour aider d’autres personnes qui luttent contre la toxicomanie. Le fait de renouer avec son fils Noah a été vécu comme la récompense suprême du périple de Randy.

« J’ai gardé mon Facebook ouvert et je le cherchais au hasard sur les médias sociaux », explique le père. « Ma famille est restée en contact avec lui jusqu’à ce qu’il ait 3 ans… C’est comme ça que j’ai su son nom. »

Début 2020, Randy a tapé le nom de son fils dans Instagram et l’a trouvé immédiatement, confirmant l’identité de son fils en faisant correspondre les photos de bébé en sa possession avec les photos d’enfance sur le flux Instagram de Noah.

Après avoir changé sa vie, Randy a trouvé son fils séparé sur les réseaux sociaux et a été choqué de découvrir qu’il vivait à seulement une heure et demie de chez lui, dans le comté de Riverside. (Caters News)

« Je lui ai envoyé un message, et il m’a répondu que c’était bien lui », a jubilé Randy. « J’aurais pu avoir une crise cardiaque, tellement je n’arrivais pas à y croire. J’étais fébrile, anxieux, bouleversé. »

Dès leur rencontre, le duo père-fils a immédiatement reconnu ce qu’ils avaient en commun malgré leurs 20 ans de séparation. Les deux hommes avaient occupé les mêmes postes au football et au baseball, jouaient tous deux de la guitare et détestaient les olives noires.

« Nous faisons tous les deux marche arrière pour nous garer plutôt que de rouler vers l’avant », a ajouté Randy, notant les « bizarreries » qu’il partage avec son fils. « Nous avons tous les deux le même sens de l’humour […] C’était vraiment merveilleux pour une première rencontre. Je suis vraiment heureux, ça change la vie. »

Randy Kemp, 55 ans, de Carlsbad, en Californie, a donné son fils, Noah Anderson, 20 ans, à l’adoption alors qu’il n’avait que 6 mois. (Caters News)

S’adressant à Mercury Press, Randy a regretté qu’il lui ait fallu autant de temps pour se remettre sur le droit chemin. Mais aujourd’hui, il s’épanouit. « J’ai reconstruit ma vie et pris soin de ma santé, je suis allé à des séances de réhabilitation en thérapie de groupe, j’ai aidé des personnes qui étaient dans une situation similaire », a-t-il déclaré.

« Je n’ai pas d’autres enfants, alors que j’ai toujours voulu avoir des enfants, ce qui rend cette situation si particulière », a ajouté le père. « C’est un chapitre de ma vie qui a été extrêmement douloureux, et c’était comme si le soleil brillait à nouveau sur moi. C’était ce pourquoi j’avais prié. »

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ