Un aquarium forcé de fermer indique qu’il pourrait avoir à euthanasier des centaines d’animaux s’il ne sont pas repris

Par Louise Bevan
21 juin 2020
Mis à jour: 21 juin 2020

Un aquarium au Royaume-Uni, contraint de fermer au milieu de la pandémie, admet que son personnel devra peut-être euthanasier des centaines d’animaux s’ils ne peuvent pas retrouver un environnement correct.

Le zoo Living Coasts dans la ville de Torquay dans le Devon, au sud-ouest de l’Angleterre, a fermé ses portes aux visiteurs de façon permanente, invoquant d’énormes pertes financières depuis la mise en œuvre des mesures de confinement du pays. L’installation abrite des centaines d’animaux marins, notamment des manchots du Cap, des gorfous dorés, des otaries à fourrure australe, des canards de mer, des combattants, des sternes et de nombreuses autres espèces d’oiseaux marins.

La Fondation Wild Planet Trust, l’organe directeur du zoo, a expliqué dans une F.A.Q. sur le site Web de Living Coasts que le personnel pourrait devoir envisager l’euthanasie si des abris appropriés ne sont pas trouvés pour les animaux après la fermeture définitive du site.

(Illustration – Megan Baldeshwiler / Shutterstock)

« Dans le cas peu probable où nous ne pourrions pas trouver un habitat qui réponde à leurs besoins, nous devrons peut-être prendre la décision difficile d’euthanasier », a expliqué le Wild Planet Trust. « Dans l’état actuel des choses, nous ne prévoyons pas ce scénario. »

Le site de Torquay a ouvert ses portes en 2003 avec un accent sur la conservation et la protection des espèces marines. Aujourd’hui, l’installation a besoin d’une « maintenance substantielle », ce que Wild Planet Trust admet ne plus faire partie de ses capacités financières. « La prochaine étape consiste à trouver des abris pour les animaux », ont déclaré des responsables, « une fois les restrictions de déplacements levées. »

Dans une déclaration d’assurance au public, Wild Planet Trust a affirmé que Living Coasts est « confiant dans le fait que de nouveaux habitats pour les animaux seront trouvés », mais que la durée du processus n’est pas définie.

« Notre priorité est le bien-être de nos animaux », ont-ils ajouté.

(Capture d’écran / Google Maps)

Le site de Torquay a été conçu pour reproduire les habitats sauvages de ses habitants marins. Le site comprend une « plage » pour les oiseaux marins tels que les manchots, une mangrove tropicale et des zones d’observation sous-marine pour les visiteurs.

« Living Coasts fait partie d’un réseau mondial de zoos et d’aquariums et nous chercherons des sanctuaires pour les animaux en leur sein », a expliqué Wild Planet Trust. « La plupart des animaux détenus sont des espèces marines qui auront besoin d’installations spécialisées. De tels endroits existent, et nous travaillons déjà en étroite collaboration avec eux. »

Répondant à la question de savoir si le site pouvait simplement relâcher ses animaux marins dans la nature, Wild Planet Trust a expliqué qu’il « pourrait être possible » de libérer certaines espèces présentes localement, sous réserve de l’approbation du vétérinaire et conformément aux directives du Groupe de spécialistes de la réintroduction de l’UICN.

Pour la plupart des animaux élevés, nés et éclos dans Living Coasts, ont-ils déclaré, la libération ne serait pas une option, car les animaux « ne seraient pas en mesure de faire face à la vie dans la nature ».

(Illustration – SAORI / Shutterstock)

Les animaux résidents de Living Coasts ne sont pas les seuls touchés par la fermeture soudaine du zoo.

Selon le Daily Mail, les 44 employés du site de Torquay sont susceptibles de perdre leur emploi. Deux autres attractions gérées par la même autorité, le zoo de Paignton et le zoo de Newquay, risquent également de devoir fermer définitivement leurs portes.

Lors d’un débat parlementaire en juin 2020, le député conservateur Andrew Rosindell a fait part de ses inquiétudes quant au risque de fermeture définitive de nombreux établissements animaliers au Royaume-Uni en raison de pertes financières importantes, rapporte The Mirror. « La réalité est que nous allons voir certaines de ces organisations fermer définitivement si le gouvernement ne repense pas le soutien supplémentaire dont elles ont besoin en ce moment », a-t-il averti.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ