Un artiste crée de superbes images d’animaux en utilisant des milliers de photos de la nature à l’unisson

Par Louise Bevan
21 mai 2021
Mis à jour: 21 mai 2021

L’illustrateur photographique Josh Dykgraaf réinvente complètement la photographie animalière en combinant numériquement des animaux et des paysages, qui ne font qu’un, pour créer quelque chose de spectaculaire et d’unique.

Inspirée par des objets et des paysages trouvés dans la nature ainsi que par des photographies d’animaux, sa série numérique « Terraform » invite les spectateurs à contempler certains des merveilleux motifs de la nature qui, lorsqu’ils sont combinés, offrent à la fois contrastes et harmonie.

« Je surfais et regardais des images que j’avais prises dans le cadre d’un tout autre projet et j’ai remarqué que certaines formations rocheuses des Alpes suisses ressemblaient à la peau d’un éléphant », a expliqué à My Modern Met, Josh Dykgraaf, originaire de Melbourne, en Australie, au sujet de la création du projet.

L’image des Alpes, associée à celle d’un animal tout aussi massif et majestueux, est devenue sa première pièce hybride, intitulée Ourea.

Ourea est une combinaison de photos des Alpes pour créer une image hybride d’un éléphant d’Afrique. (Avec l’aimable autorisation de Josh Dykgraaf)

Josh Dykgraaf, qui travaille comme artiste indépendant depuis près de dix ans, ne s’est pas arrêté là. Remarquant que certaines feuilles ressemblent à des plumes d’oiseaux et certains pétales de fleurs à des écailles, il a approfondi son exploration et élargi son projet.

Chaque création est un travail d’amour. Avec une petite installation d’éclairage, il photographie des collages de feuilles et de fleurs sous plusieurs angles avant de superposer jusqu’à 3000 images dans Photoshop. Le processus de réalisation d’une image prend entre 30 et 60 heures.

Techniquement, je travaille avec l’idée que « toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie », a-t-il dit lors d’un entretien avec Design Boom.

Les pétales des fleurs d’un magnolia sont agencés pour ressembler aux écailles d’un pangolin. (Avec l’aimable autorisation de Josh Dykgraaf)
Des centaines de petites feuilles sont amalgamées pour créer deux podarges. (Avec l’aimable autorisation de Josh Dykgraaf)
Les fleurs de protéa imitent parfaitement les écailles d’un lézard à collerette. (Avec l’aimable autorisation de Josh Dykgraaf)

Dans l’une de ses œuvres, un pangolin enroulé, dont les écailles grossières et durcies sont entièrement créées à partir de délicats pétales de magnolia, crée un contraste saisissant ; dans une autre, un couple de podarges est constitué d’innombrables petites feuilles superposées dans une composition astucieuse. Dans une autre encore, les écailles d’un lézard à collerette trahissent une ressemblance frappante avec les fleurs de protéa.

Le pangolin, a dit Josh, est « probablement mon œuvre préférée en ce moment ».

Les magnolias, trouvés en fleurs en longeant une rue près de chez lui, avaient exactement l’ambiance et la palette de couleurs qu’il recherchait. Pendant le confinement en 2020, il s’est entièrement concentré sur les objets naturels et les matériaux qui pouvaient être trouvés près de chez lui, assemblant ses créations dans un studio de cuisine improvisé qu’il a installé.

La roselle orientale est composée de feuilles de différentes couleurs. (Avec l’aimable autorisation de Josh Dykgraaf)
Un échidné est créé à partir de photos de pousses de gommiers dans la série « Bushfire » de Josh Dykgaard. (Avec l’aimable autorisation de Josh Dykgraaf)

Sa véritable passion, dit-il, est de créer un art qui touche les gens. « Tous les efforts déployés en valent la peine lorsque je vois quelqu’un regarder attentivement mon œuvre », explique-t-il sur son site web. « Le buzz que je ressens à ce moment-là peut m’encourager pendant des jours. »

Outre son site web, Josh Dykgaard présente son travail sur Instagram.

En plus du succès substantiel de la série « Terraform », Josh utilise également sa plateforme comme un forum de discussion sur les menaces qui pèsent sur la faune sauvage.

Cette photo d’un wombat, composée de photos prises dans les Grampians, près de Halls Gap, fait partie de la série « Bushfires » de l’artiste. (Avec l’aimable autorisation de Josh Dykgraaf)

« Au fil du projet, je suis passé à d’autres sujets qui me tiennent à cœur », a-t-il expliqué. « La dévastation que nous avons connue ici en Australie avec les feux de brousse l’année dernière a tué quelque trois milliards d’animaux et on peut prévoir la disparition des koalas dans les régions sauvages au cours des prochaines décennies. »

La tragédie des feux de brousse a motivé Josh à se rendre sur les sites des incendies et à créer une série basée sur les matières premières qu’il y a trouvées. D’autres œuvres dérivées de ces sources sont en préparation, dit-il.

Des photos de plage sont transformées par l’artiste en une mère girafe et son petit. (Avec l’aimable autorisation de Josh Dykgraaf)
Des feuilles jaunies composent cette image de hibou. (Avec l’aimable autorisation de Josh Dykgraaf)
Les écailles d’un poisson sont représentées à l’aide de plumes, dont certaines proviennent d’un paon blanc du Yarra Valley Nocturnal Zoo. (Avec l’aimable autorisation de Josh Dykgraaf)
Un kookaburra rieur est composé d’innombrables feuilles. (Avec l’aimable autorisation de Josh Dykgraaf)
Des photos de paysages hivernaux sont transformées en une photo de cerf prise en Écosse. (Avec l’aimable autorisation de Josh Dykgraaf)
Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ