Un artiste japonais transforme des milliers de minuscules grues en origami en bonsaïs symboliques

Par Louise Bevan
2 septembre 2021
Mis à jour: 2 septembre 2021

Un artiste japonais, qui a toujours considéré que la grue en origami était étroitement liée à la guerre et à la paix, lui donne maintenant un nouveau sens en incorporant des milliers d’entre elles dans ses œuvres d’art. De minuscules grues en papier pliées à la main prennent une nouvelle vie en tant que « feuilles » sur les branches de sculptures d’arbres de style bonsaï, invitant les spectateurs à la contemplation.

Pour l’artiste Naoki Onogawa, 30 ans, basé à Tokyo, l’origami est une passion depuis l’enfance.

(Avec l’aimable autorisation de Naoki Onogawa)

« Parmi les formes que l’on peut trouver dans l’origami, la grue se distingue comme une forme particulièrement célèbre et traditionnelle de cet art », a expliqué Naoki Onogawa à Epoch Times par e-mail. « Dans les grues, je vois un point de référence central pour moi-même, ainsi que ‘quelque chose’ de spécial, une qualité particulière. »

Naoki Onogawa commence chaque œuvre d’art en créant une tige asymétrique avant d’orner ses branches de 500 à 1 000 grues en papier monochrome, pliées de manière experte, chacune n’étant pas plus grande qu’un bout de doigt. Il faut environ un mois pour réaliser chaque œuvre d’art.

(Avec l’aimable autorisation de Naoki Onogawa)

Naoki Onogawa, qui a étudié à l’Institut Ochabi du Japon, affirme que ses principaux défis consistent à créer des œuvres qui font vibrer ses cordes sensibles et qui sont aussi proches de la « perfection » qu’elles peuvent le faire. « De plus, imaginer les réactions des gens lorsqu’ils se trouvent devant mes œuvres d’art est l’une des plus grandes joies que j’éprouve au moment de les créer », a-t-il confié.

L’artiste a développé sa relation unique avec la grue en papier après le grand tremblement de terre du Japon oriental. Un an après la catastrophe, au mois d’avril, il s’était rendu dans la ville de Rikuzen Takata, dans la préfecture d’Iwate, une région touchée par la catastrophe, pour se promener et parler avec les habitants. Il a constaté une dévastation totale partout.

(Avec l’aimable autorisation de Naoki Onogawa)

« Je me suis retrouvé terrifié par l’impuissance des humains face aux merveilles de la nature, a dit M. Onogawa, mais en même temps, je me suis senti renforcé par la force de la vie, la vitalité, qui brillait si fort au lendemain de sa colère […] [et] de temps en temps, nous vivons aussi en harmonie avec la nature et nous épanouissons grâce à ses bienfaits. »

Pendant cette période, M. Onogawa est tombé sur un monceau d’environ 1 000 grues en papier placé sur les décombres d’un bâtiment scolaire local, balayé par le tsunami. C’était la première fois qu’il voyait la grue utilisée comme un symbole de prière, plutôt que de guerre et de paix.

(Avec l’aimable autorisation de Naoki Onogawa)

« Pour une raison inconnue, j’ai senti qu’il était logique qu’elles soient là », a-t-il expliqué. « C’était comme assister à l’aboutissement d’un rituel désolé où les gens canalisaient leurs sentiments déstabilisés dans ces grues… J’ai du mal à trouver les mots pour le décrire, mais je pense que les grues que je plie maintenant viennent peut-être de ce lieu de prière solennelle. »

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les personnes en deuil envoient chaque année des tonnes de grues en papier à Hiroshima et Nagasaki. Pourtant, pour Naoki Onogawa, plier des grues en origami au nom de la paix est une « coutume particulière ».

(Avec l’aimable autorisation de Naoki Onogawa)

« Ce qui me paraît étrange dans ces grues en papier, c’est qu’elles servent de réceptacle aux émotions non partagées des gens », explique-t-il. « J’ai une grande révérence pour l’acte de prier pour la paix. Mais dans cette dynamique, j’ai eu l’impression que rien ne me reliait aux grues et que les grues ne sont pas, du moins dans mon esprit, là où elles étaient censées être. »

Ainsi, l’art de Naoki Onogawa est créé avec l’intention de donner aux grues en origami « un lieu d’appartenance ». Il espère et prévoit d’exposer à l’étranger, et en attendant, partage son art avec le monde entier sur Instagram.

(Avec l’aimable autorisation de Naoki Onogawa)

« Je crois que chaque personne familière des grues a sa propre histoire avec elles… mais j’espère que mes œuvres ouvrent la voie à un nouveau dialogue », a-t-il expliqué à Epoch Times. « À travers ce dialogue, j’espère qu’il y a quelque chose, de quelque nature que ce soit, qui remue le cœur du spectateur. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ