Un Australien autrefois athée, devenu chrétien depuis 25 ans, assure que la prière a sauvé des milliers de personnes fuyant les feux de brousse

Par Louise Bevan
12 janvier 2020 Mis à jour: 12 janvier 2020

Le matin du 31 décembre 2019, les habitants de la communauté très unie de Mallacoota, en Australie, ont fui vers l’océan pour tenter d’échapper à un énorme feu de brousse qui se dirigeait sur eux. Le résident local David Jeffrey affirme que ce sont les prières qui les ont épargnés.

« Nous nous préparions au pire », a reconnu M. Jeffrey sur les ondes de la BBC, depuis sa ville natale, dans la région du Gippsland oriental, dans le Victoria. « On était censés être en pleine journée, mais dehors c’était une nuit noire et on pouvait entendre le feu gronder. »

Jeffrey s’est décrit lui-même et la foule rassemblée comme ayant été « terrifiés pour nos vies ».

Le feu s’est approché de Mallacoota par l’ouest. Un chef local des pompiers a appelé et averti Jeffrey, qui possède un gîte, de rassembler ses voisins et de se mettre à l’abri. Les occupants se sont dirigés vers le quai.

« Un mur de pierre a été construit pour retenir la mer », a poursuivi Jeffrey dans des images qu’il a lui-même filmées du bord de l’eau. « C’est à cet endroit de la mer que nous avions prévu de sauter à l’eau si la chaleur rayonnante arrivait jusqu’à nous. »

Le personnel des services d’incendie et de sauvetage se dépêche de déplacer son camion alors qu’un feu de brousse brûle près de la ville de Bilpin à Sydney, en Australie, le 19 décembre 2019. (©Getty Images | David Gray)

Selon le site web chrétien Eternity News d’Australie, les deux enfants de Jeffrey étaient en sécurité ailleurs, mais le propriétaire de l’entreprise a emmené ses animaux de compagnie – deux chiens, un chat, un coq et deux canards sauvés – avec lui sur le rivage.

Un mur de feu haut de près 20 mètres avançant à une vitesse d’environ 90 km/h se dirigeait vers eux. « On pouvait en entendre le rugissement », a confié Jeffrey. « On aurait dit qu’un millier de trains de marchandises fonçaient sur nous. »

Deux kangourous naviguent dans un champ enveloppé de fumée dans la Snowy Valley, à la périphérie de Cooma, en Australie, le 4 janvier 2020. (©Getty Images | SAEED KHAN)

Jeffrey, qui s’est  défini comme étant auparavant « athée » avant de se convertir au christianisme il y a 25 ans, a commencé à prier aux côtés d’autres membres très proches de sa communauté, décrivant plus tard leurs supplications fiévreuses comme « le désespoir personnifié ».

« J’ai prié : ‘Seigneur, il faut que tu repousses ce feu maintenant, sinon… nous avons besoin de vent de l’est’ », se rappelle Jeffrey.  « Dès que j’ai fait cette prière, il a commencé à souffler un peu de l’est. Plus je priais fort et plus [le vent] devenait fort. »

Débris d’une maison brûlée à Sarsfield, en Australie, le 4 janvier 2020 (©Getty Images | Darrian Traynor)

Des rafales de vent ont soufflé des nuages noirs dans l’air au-dessus du quai. La fumée était si épaisse, a expliqué Jeffrey, qu’il devenait difficile de respirer. Mais peu après, la foule terrifiée a remarqué un changement à l’horizon.

« Je l’ai senti changer », a expliqué Jeffrey. « Je criais : ‘Au nom de Jésus, merci Seigneur d’avoir sauvé ces âmes !’. »

Alors que le ciel devenait rouge, la foule a momentanément paniqué en constatant que le front de feu poussait à travers le vent d’est. Mais à leur grand soulagement, la foule a réalisé que la rougeur était simplement le soleil qui brillait à travers.

Des milliers de personnes ont réussi à s’échapper et à préserver leur vie. Cependant, tragiquement, beaucoup ont perdu leur maison.

Les personnes évacuées de Mallacoota arrivent à bord du navire de la marine MV Sycamore au port de Hastings, en Australie, le 4 janvier 2020. (©Getty Images | Ian Currie-Pool)

Quelques jours plus tard, les responsables des services d’urgence de Victoria ont évacué un certain nombre de résidents déplacés de Mallacoota sur le HMAS Choules, long de 176 mètres, à titre de mesure temporaire. Le 3 janvier, un responsable des forces de défense s’est adressé aux évacués ; des images ont été diffusées plus tard sur YouTube par The Guardian.

« Une fois que vous serez à bord et que vous serez en sécurité, le décompte final sera fait », a expliqué un responsable, « et il faut compter environ 10 à 15 minutes pour se rendre là-bas. Une fois sur place, on vous fournira de la nourriture, de l’eau et un logement. »

De retour à Mallacoota, Jeffrey a décidé d’ouvrir son gîte, qui a été épargné par les flammes, pour nourrir et loger le personnel des services d’urgence. S’adressant à Eternity News, Jeffrey a réfléchi aux vies sauvées par « miracle » au quai de Mallacoota.

« Il est impossible que ce ne soit que de la chance », est-il convaincu.

RECOMMANDÉ