Un autre directeur d’hôpital infecté par le coronavirus, dans un état critique

Par Nicole Hao
20 février 2020
Mis à jour: 20 février 2020

Le chef d’un grand hôpital de l’épicentre du virus à Wuhan est dans un état critique après avoir été infecté par la maladie, selon les médias publics chinois le 19 février.

La nouvelle arrive moins de deux jours après que le directeur d’un autre grand hôpital de Wuhan est mort du nouveau coronavirus, connu sous le nom de COVID-19.

Wang Ping, le directeur de l’hôpital n° 8 de Wuhan, a contracté le nouveau coronavirus après avoir traité des patients infectés à l’hôpital, a rapporté le journal officiel Beijing News le 19 février.

Dans la ville verrouillée, les travailleurs de la santé ont dû faire face à une pression physique et mentale intense dans les hôpitaux surchargés qui se débattent face à une pénurie de matériel, de lits et de main-d’œuvre.

Le 18 février, Liu Zhiming, 51 ans, directeur de l’hôpital de Wuchang à Wuhan, est le plus haut responsable de la santé à avoir succombé au virus.

Wang Ping, spécialiste en gastroentérologie, est également directeur adjoint de l’hôpital central de Wuhan. Le médecin dénonciateur, Li Wenliang, travaillait pour cet hôpital avant de décéder du virus le 7 février.

Le site web chinois Tencent a rapporté le 17 février que plus de 230 membres du personnel médical de l’hôpital central de Wuhan ont été diagnostiqués atteints du nouveau coronavirus le 9 février. Parmi les personnes infectées, 130 sont traitées à l’hôpital, tandis que les autres, qui présenteraient des symptômes relativement bénins, auraient été mis en quarantaine à domicile.

Wang Ping est actuellement soigné à l’hôpital Jinyintan, le premier hôpital désigné pour les coronavirus à Wuhan, selon Beijing News.

Les professionnels de la santé de Wuhan

En raison de la forte censure exercée par le régime sur les informations relatives à l’épidémie, les informations détaillées sur les professionnels de la santé infectés sont généralement supprimées.

Cependant, l’expérience tragique de Liu Fan, une infirmière de l’hôpital de Wuchang à Wuhan, et de sa famille a récemment été rapportée par les médias publics.

Mme Liu est décédée le 14 février à l’âge de 59 ans.

Le 15 février au matin, un internaute du nom de Tiantian a ensuite posté sur WeChat, une plateforme de médias sociaux semblable à Facebook : « Mme Liu traitait des patients atteints de coronavirus le 26 janvier. Elle n’avait pas de combinaison de protection… en conséquence, toute sa famille a été infectée et ses parents sont morts de la maladie. »

Quelques heures après la publication du message de Tiantian, la police d’Internet a affirmé que les informations relatives à Mme Liu étaient une rumeur « malicieusement créée par des forces étrangères ». La police a déclaré que Mme Liu avait pris sa retraite depuis plusieurs années.

Cependant, une heure plus tard, l’hôpital de Wuchang a confirmé que Mme Liu était une infirmière qui travaillait pour eux et qu’elle est tombée malade en soignant des patients.

Le 16 février, le média chinois Caixin a rapporté que le père de Mme Liu a été infecté par le virus en janvier et est décédé. Plus tard, sa mère est morte de la même maladie.

Le 14 février, le jeune frère de Mme Liu, âgé de 55 ans, est mort du virus, quelques heures avant son décès. La belle-sœur de Mme Liu a également été infectée et se trouve dans un état critique.

Le mari et la fille de Mme Liu sont en quarantaine. Seul le fils de son frère, qui se trouve au Royaume-Uni, est en sécurité et n’est pas concerné.

L’épidémie de nouveau coronavirus est apparue à Wuhan début décembre 2019. Depuis lors, des dizaines de milliers de personnes ont été infectées et plusieurs milliers sont mortes en Chine, tandis que de nombreux pays ont également enregistré des cas.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ