Un avocat chinois aveugle spécialisé dans les droits de l’homme décrit la vie difficile des pauvres des zones rurales de Chine

Par SOPHIA LAM et MARY HONG
23 juillet 2021
Mis à jour: 23 juillet 2021

Dans une récente interview accordée à l’édition en langue chinoise d’Epoch Times, Chen Guangcheng, un éminent militant des droits de l’homme et avocat chinois, a évoqué la situation de la pauvreté dans les zones rurales de la Chine d’aujourd’hui. Il a évoqué certaines idées fausses concernant les données sur la pauvreté en Chine. Selon Chen, la pauvreté est traitée différemment en Chine, qui ne dispose pas d’un seuil de pauvreté bien défini et n’offre pas les mêmes avantages sociaux que les pays libres comme les États-Unis.

Chen est devenu célèbre en Chine parce qu’il a aidé de nombreux groupes vulnérables, comme les paysans et les handicapés, à défendre leurs droits.

Il figurait sur la liste du TIME 100 de 2006 et a reçu le prix Lantos des droits de l’homme en 2012, entre autres titres et récompenses.

« Quelqu’un doit se battre pour les personnes sans voix », a déclaré Chen, « je suppose que cette personne, c’est moi. »

Le 28 mai 2020, Li Keqiang, premier ministre du Conseil des affaires d’État de la Chine, a déclaré à un journaliste que 600 millions de Chinois avaient un revenu mensuel moyen de seulement 154 dollars, a rapporté le South China Morning Post basé à Hong Kong.

Chen a mis en garde contre le fait que la situation réelle n’était pas reflétée avec précision dans les données.

« Cela ne signifie pas nécessairement que les 600 millions de personnes ont en moyenne 154 dollars par mois », a déclaré Chen.

Selon lui, seuls ceux qui ont vécu dans les zones rurales de la Chine connaissent très bien la situation du « seuil de pauvreté ».

« Si un habitant [des zones rurales] ne travaille pas en ville et ne gagne pas d’argent en effectuant des travaux de main-d’œuvre et s’appuie exclusivement sur les revenus de la terre, laissez-moi vous dire qu’il ne pourra peut-être pas gagner 154 dollars pour toute l’année, sans parler du mois. »

Chen a donné l’exemple d’un producteur de blé possédant plus de 600 m² de terres agricoles. Il a dit : « Les meilleures terres agricoles peuvent donner un maximum d’environ 300 à 350 kg de blé par 600 m² chaque année. Faisons maintenant le calcul. En Chine, un kilogramme de blé se vend 33 cents. Combien cela coûte-t-il au total pour 300 à 350 kg de blé ? Moins le coût des semences, des pesticides, des engrais chimiques, de l’irrigation et de la récolte, reste-t-il de l’argent ? »

Un agriculteur tire son buffle d’eau le long de sentiers jonchés de détritus dans un village situé à l’extérieur de Yueyang, dans la province du Hunan (Chine centrale), le 30 octobre 2004. (Frederic J. Brown/AFP via Getty Images)

M. Chen a fait remarquer qu’aux États-Unis, les prestations sociales accordées aux personnes vivant sous le seuil de pauvreté sont suffisantes pour assurer la nourriture et les soins médicaux. Cependant, le monde libre devrait comprendre que vivre sous le seuil de pauvreté n’a pas la même signification lorsque le régime l’évoque.

« C’est parce qu’aux États-Unis, le seuil de pauvreté est très clair. Lorsque vos revenus sont faibles dans une certaine mesure, vous bénéficiez de vos prestations sociales », a déclaré Chen. « Je pense que beaucoup de personnes vivant aux États-Unis savent clairement que vous ne serez pas laissé sans produits de première nécessité. Les soins médicaux et les autres prestations sociales sont tout à fait suffisants pour qu’une personne puisse vivre seule », a-t-il ajouté.

À son avis, le peu d’argent que la population frappée par la pauvreté peut obtenir du régime communiste, « est vraiment très, très pathétique, même aujourd’hui ».

« Il n’y a aucun avantage social, quel qu’il soit », a déclaré Chen.

En plus de l’absence d’avantages gouvernementaux, le régime les oblige à payer des taxes et divers frais aux gouvernements locaux au niveau du village, de la ville et d’autres niveaux gouvernementaux, au nom des services et de la gestion communautaires. S’ils ne s’acquittent pas de ces taxes et de ces droits, ils sont traités de manière brutale, notamment en les battant et en détruisant leurs biens.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ