Un bébé né plus petit que la main de son père, avec 10 % de probabilité de survie, rentre à la maison

Par Epoch Times
19 septembre 2020
Mis à jour: 19 septembre 2020

Un bébé prématuré né à vingt-cinq semaines et un jour de gestation n’avait que 10 % de probabilité de survie. Cependant, il a surmonté tous les pronostics négatifs contre lui et a étonné les médecins en rentrant chez lui.

Mirren Cook, de Dunfermline, une ville en Écosse, est née le 10 mai 2020 par césarienne d’urgence à la Royal Infirmary d’Édimbourg, elle pesait environ 463 g. Selon Kevin, le père de Mirren, âgé de 30 ans, la petite fille était plus petite que la taille de sa main.

(Caters News)

Katie est la mère de Mirren, sa grossesse était normale jusqu’à ce qu’elle se réveille à 25 semaines et réalise qu’elle ne sentait plus son bébé bouger.

Reconnaissant les symptômes que sa sœur avait éprouvés avec la pré-éclampsie, Katie, âgée de 28 ans, responsable de la petite enfance, est allée directement à l’hôpital pour un examen.

Les médecins ont trouvé des niveaux élevés de protéines dans son urine et ont diagnostiqué une pré-éclampsie – une maladie potentiellement mortelle qui provoque une augmentation de la pression sanguine et peut entraîner des convulsions causant une maladie grave pour la mère et le bébé.

Katie a mentionné : « On m’avait dit qu’il était très rare d’avoir une pré-éclampsie avant 30 semaines, mais j’avais déjà eu des symptômes comme des maux de tête et une augmentation de la pression sanguine. »

Faisant allusion à ce moment, Kevin a dit : « Je n’ai pas été autorisé à entrer à l’hôpital pendant tout ce temps, j’ai attendu sur le parking pendant cinq heures quand j’ai reçu un appel de Katie me disant de rentrer à la maison. »

Une fois rentré chez lui, dix minutes plus tard, Kevin a reçu un autre appel de l’hôpital l’informant que Katie devait subir une césarienne d’urgence à 15 heures le lendemain.

Le lendemain, la petite Mirren est née, pesant moins d’un demi-sac de sucre. « Elle était toute petite, ma main était plus grande qu’elle et sa peau était très transparente », se souvient Kevin.

Le médecin a également mentionné que s’ils avaient attendu plus longtemps, la mère et son bébé n’auraient pas survécu, car le diagnostic de pré-éclampsie les aurait tuées toutes les deux. Cependant, le duo mère-fille a eu de la chance.

Après sa naissance, Mirren a été emmenée aux soins intensifs et ses parents anxieux n’ont pas été autorisés à la prendre dans leurs bras avant dix jours.

(Caters News)

Kevin a dit : « C’était difficile parce que nous avons dû rester à l’écart dès sa naissance. »

Cependant, lorsqu’ils ont finalement pu la tenir dans leurs bras après 10 jours, le couple était clairement aux anges. « C’était une telle émotion que de pouvoir la tenir pour la première fois », a confié Katie. « J’aurais pu pleurer des larmes de joie. J’attendais ce jour depuis des lustres. Dans un sens, j’avais l’impression qu’elle n’était à moi que depuis cet instant. »

C’est alors qu’ils ont commencé à faire toutes les choses que n’importe quel parent ferait, comme changer les couches, lui lire des histoires et donner des câlins kangourou à leur précieuse fille.

Les spécialistes ont montré à Katie comment faire des « câlins kangourou » spéciaux avec son bébé, car le contact peau à peau permet d’augmenter le lien entre la mère et le bébé et aide à contrôler les battements de cœur du bébé.

En se remémorant ce moment, Katie a dit : « C’était un lien automatique et mon instinct maternel a pris le dessus. Les câlins kangourou ont vraiment fait la différence, car le contact peau à peau est crucial pour les liens d’affection et le développement, Mirren a adoré. »

(Caters News)

Cependant, les quatre mois qui ont suivi la naissance de Mirren ont été très agités pour les nouveaux parents. La petite fille a dû subir cinq transfusions de sang. Sa mère a dit : « [Elle] a vécu plus d’interventions à l’hôpital que la plupart des gens n’en vivront dans toute leur vie. »

Elle a ajouté : « En 12 heures, elle est passée de 10 % de probabilité de survie à 70 % et elle continue à lutter. »

Après les câlins quotidiens avec Katie, Mirren allait de mieux en mieux et a finalement été assez forte pour rentrer chez elle la première semaine de septembre après avoir passé 16 longues semaines à l’hôpital.

En rejoignant ses parents à la maison, Katie a dit qu’elle et son mari étaient immensément reconnaissants de pouvoir enfin former une famille ensemble.

(Caters News)

« Elle est née il y a déjà trois mois, mais quand nous avons reçu l’appel pour aller la chercher, c’est à ce moment-là que nous avons compris que nous étions désormais les parents d’un bébé en bonne santé », a-t-elle dit.

Le couple a partagé son histoire pour aider les futures mères à reconnaître les signes de pré-éclampsie afin qu’elles puissent se faire examiner si cela se produit.

(Caters News)

« Je suis si reconnaissante que nous sommes allées nous faire examiner. Cela nous a vraiment sauvé la vie », a dit Katie.

Katie a également exprimé sa gratitude pour le NHS (le système de la santé publique) et tous les médecins et infirmières qui ont permis à Mirren de rentrer chez elle.

« Maintenant, elle pèse trois kilos. Elle devient plus forte de jour en jour et nous vivons un jour à la fois », a-t-elle conclu.

FOCUS SUR LA CHINE – La fille du premier ministre canadien surveillée par la Chine

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ