Un bébé phoque retrouvé mort après avoir ingéré du plastique

15 août 2018
Mis à jour: 15 août 2018

En juin dernier, un bébé phoque du Groenland a été retrouvé mort sur l’île de Skye, en Écosse, relate le National Geographic.

Celui-ci a réalisé une série d’articles rassemblés dans le cadre d’une campagne dénommée Planète ou plastique, consacrée à la crise mondiale des déchets plastiques.

Le corps du bébé phoque a alors été ramené au Scottish Marine Animal Stranding Scheme (SMASS), une organisation gouvernementale chargée d’enquêter sur la mortalité des mammifères marins. L’autopsie a été réalisée par le pathologiste vétérinaire Andrew Brownlow, qui a retiré un bout de plastique de l’estomac du petit animal, âgé entre 8 mois et 1 an. Mercredi, le vétérinaire a publié un post sur la page Facebook de la SMASS qu’il dirige aussi.

« Il est très rare que des phoques ou des cétacés ingèrent du plastique », a déclaré Andrew Brownlow. « Ces animaux sont intelligents et sont capables de faire la différence entre une proie et du plastique ».

La SMASS est généralement appelée après échouage de phoques gris ou de veaux marins, nombreux en Écosse. Mais les phoques du Groenland, qui vivent normalement en Arctique, se retrouvent rarement en Écosse.

Andrew Brownlow pense que le blanchon est né dans le nord de la Norvège et qu’il s’est mystérieusement dirigé vers le sud. Peut-être s’est-il perdu ? Ou a-t-il suivi d’autres phoques ou une proie ? On ne le saura jamais.

Quant au morceau de plastique froissé de 5 cm retrouvé dans l’estomac du bébé phoque, le vétérinaire estime qu’il a endommagé le tissu de l’estomac, permettant aux bactéries de l’intestin de se retrouver dans le sang de l’animal. En effet, le blanchon était déjà malade et n’aurait donc pas vécu vieux, mais le plastique a pu accélérer sa mort.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ