Un bébé prématuré de 900 grammes qui n’a eu aucun visiteur pendant 5 mois est adopté par une infirmière

8 avril 2019 Mis à jour: 5 septembre 2019

Une petite fille de trois mois née prématurément n’a reçu aucune visite pendant cinq mois de sa vie, jusqu’à ce que quelqu’un la repère et l’adopte.

Quand bébé Gisèle est née, elle a eu des complications et ne pesait que 900 grammes (2 lb). On lui a diagnostiqué le syndrome d’abstinence néonatale (SAN), qui résulte de l’usage d’héroïne, de cocaïne et de méthadone par sa mère biologique pendant sa grossesse, selon les rapports.

Gisèle est née dans un hôpital inconnu jusqu’à ce qu’elle soit transférée au Franciscan Children’s Hospital à Brighton, Massachusetts, à l’âge de 3 mois. Pendant les cinq mois qui ont suivi, elle était sous observation – ses complications nécessitaient une sonde d’alimentation et des soins spécialisés pour ses poumons.

À ce moment-là, l’État du Massachusetts avait pris la garde de Gisèle, jusqu’à ce que Liz Smith arrive.

Mme Smith, la directrice du service des soins infirmiers, a vu Gisèle se faire rouler dans le couloir de l’hôpital. Elle a été intriguée par l’enfant de 8 mois et a posé des questions sur le bébé. Bien que le bébé ait passé des mois à l’hôpital, Mme Smith ne l’avait jamais remarqué auparavant.

Selon le Richmond Times-Dispatch, Mme Smith a demandé à l’infirmière : « Qui est ce bel ange ? »

Mme Smith a ensuite appris les origines de Gisèle – elle est née dans un autre hôpital, a eu des complications et dépendait d’un niveau élevé de soins pour lui sauver la vie.

Selon le site March of Dimes, lorsque la mère d’un bébé prend des drogues comme des opioïdes pendant la grossesse, les drogues peuvent traverser le placenta et causer de graves problèmes au bébé.

Dans une entrevue avec TODAY, Mme Smith a dit que Gisèle prenait de la nourriture par une sonde d’alimentation pendant 16 heures chaque jour.

« Elle perdait rapidement du poids », se souvient Mme Smith, « étant née à 14 onces (1 lb), vous pouvez imaginer que vous avez à rattraper. »

Les connaissances et l’expérience de Mme Smith lui ont permis de ramener Gisèle à la maison et de prendre soin d’elle, et elle a vite su qu’elle voulait adopter la petite fille.

Mme Smith avait toujours voulu devenir mère – son autre rêve de devenir infirmière s’était réalisé, mais tout au long de sa vie, la chance de devenir mère n’a jamais existé.

« Une nuit,[Gisèle] prenait sa tétée (…) et l’idée de la perdre m’est venue à l’esprit, se souvient Smith, cela m’a rendue malade jusqu’à mon estomac. »

Elle avait ses propres raisons de vouloir être mère. À l’âge de 45 ans, elle avait vu tous ses frères et sœurs se marier et avoir des enfants. Tout en étant une tante pour ses nièces et neveux, son désir ardent de devenir mère était devenu plus évident. Mme Smith était une enfant du milieu, et elle a toujours pensé qu’elle trouverait quelqu’un et qu’elle fonderait une famille pour elle-même, mais cela ne s’est jamais produit.

Elle se souvient que sa mère altruiste s’occupait de tout pour Mme Smith et ses frères et sœurs. Depuis le divorce de ses parents, sa mère avait tout mis en œuvre pour les élever et s’occuper d’eux. La nature désintéressée de sa mère, tant à la maison qu’au travail, l’a inspirée à devenir infirmière.

« Je n’aurais jamais imaginé que devenir maman serait un défi », se souvient Smith. « C’est un désir que tu peux essayer de repousser et de remplir d’autres distractions, mais il ne disparaît jamais. »

Ses frères et sœurs pensaient aussi qu’elle ferait une bonne mère malgré le temps qui passait, en disant : « C’est une nourricière par nature. »

Quoi qu’elle ait fait, ça n’a jamais marché. Sa compagnie d’assurance ne couvrait pas ses traitements de fertilité et, à l’époque, elle n’envisageait pas de recourir à l’accueil ou à l’adoption.

Mais Gisèle a changé tout cela – grâce à cette petite fille, Mme Smith a pu faire de ce rêve une réalité.

Après neuf mois d’accueil de Gisèle, les droits des parents biologiques ont pris fin, et Mme Smith se souvient que c’était un moment très émouvant pour elle.

« Tout d’un coup, j’ai compris que ma vie avait changé », dit Mme Smith.

Pendant les 30 jours suivants, les parents biologiques de Gisèle n’ont fait appel à aucun changement. Mme Smith savait que ses rêves étaient à portée de main.

« Le jour où j’ai reçu l’appel téléphonique avec la date d’adoption, c’était le jour où je sautais de haut en bas, se souvient Mme Smith. « Ils ont dit le 18 octobre. Et c’est l’anniversaire de ma grand-mère, et je me suis mise à pleurer. »

Mme Smith a dit lors de l’entrevue que lorsque le juge a parlé d’elle comme d’une mère, c’est à ce moment-là que tout s’est effondré pour elle. Elle était enfin une mère.

La femme de 45 ans a dit que la maternité était meilleure qu’elle ne l’imaginait. Elle a dit à Today qu’elle a pu vivre des moments qu’elle n’aurait pas pu vivre autrement en tant que tante ou infirmière.

« Les choses qui la font rire,[ou] les fois où elle remarquera que je suis triste et viendra me faire un câlin, ou la voir se réveiller le matin. On les aime tellement qu’on ne peut pas imaginer autre chose », dit-elle.

Gisèle est actuellement une petite fille de 2 ans, heureuse et en bonne santé. Bien qu’elle ait encore besoin de la sonde d’alimentation, son état s’est grandement amélioré.

Version originale

Si cet article vous a inspiré, n’hésitez pas à le partager et à nous laisser vos commentaires.

RECOMMANDÉ