Un bébé trisomique devient mannequin lorsque sa mère, âgée de 46 ans, a partagé ses photos en ligne

Par Caters News Agency
2 janvier 2021
Mis à jour: 2 janvier 2021

Un bébé atteint de trisomie a défié les probabilités pour devenir mannequin.

Marnie Pree, qui a maintenant 2 ans, a été repérée par une agence de mannequins lorsque sa fière maman, Sarah Pree, âgée de 46 ans, de Kent, a partagé ses photos en ligne.

Sarah a dit que bien qu’elle ait été initialement dévastée par le diagnostic de Marnie lors de sa grossesse, elle se sent incroyablement chanceuse d’avoir Marnie et son « chromosome supplémentaire ». La famille espère briser les préjugés liés à la trisomie en partageant l’histoire de leur fille.

Sarah Pree, âgée de 46 ans, avec sa fille Marnie (Caters News)

Sarah a dit : « J’affichais toujours des articles sur Marnie, elle avait un fan-club assez important et finalement elle a été repérée par un dépisteur. »

« Marnie en était à son premier tournage pour l’agence et elle a absolument adoré. Elle était tout à fait naturelle devant les caméras. »

« En signant avec cette agence, cela signifie que Marnie aura potentiellement l’occasion de poser pour des marques de vêtements pour enfants, tels que Next et River Island, avec lesquelles l’agence a déjà travaillé. »

« C’est fabuleux, d’autant plus que je peux voir à quel point elle aime être devant la caméra. »

« Marnie a récemment été approchée par la marque JoJo Maman Bebe, qui est une marque très inclusive, qui a dit qu’elle allait nous garder dans ses dossiers pour les tournages une fois que la situation du coronavirus se sera calmée. »

« Lors de la dernière séance photo que nous avons eue pour son portfolio, la photographe a dit qu’elle leur avait rendu la tâche extrêmement facile. »

(KIRSTY GRANT/Caters News)

Sarah, qui a deux enfants dans la vingtaine issus d’une relation précédente, raconte que lorsqu’elle a rencontré le père de Marnie qui n’avait pas d’enfants, ils ont décidé qu’ils aimeraient essayer d’avoir un bébé ensemble.

Après un an de tentatives, Sarah est tombée enceinte, mais a malheureusement fait une fausse couche à 11 semaines.

« C’était épouvantable, car nous voulions vraiment avoir un enfant ensemble », a confié Sarah. « Avant de rencontrer Colin, âgé de 47 ans, je pensais que mes jours de maternité étaient terminés, je n’avais jamais pensé que j’allais essayer d’avoir un autre enfant. »

« Cependant, les situations changent et c’était quelque chose que nous voulions tous les deux en tant que couple. »

(Caters News)

« Deux mois après avoir fait une fausse couche, je suis retombée enceinte de Marnie », a-t-elle ajouté.

« À neuf semaines, nous avons passé un scanner pour nous assurer que tout allait bien. Nous pensions donc que tout allait bien. »

Lorsque le couple est allé passer le scanner à 12 semaines, Sarah, déjà mère de deux enfants, a dit que leur monde s’est écroulé.

(Caters News)

Sarah a ajouté : « Lors de l’examen de 12 semaines, les médecins nous ont dit que Marnie allait probablement naître avec la trisomie. »

« J’étais complètement bouleversée, c’était la dernière chose à laquelle je m’attendais. J’étais anéantie. C’était un moment terrifiant d’entendre ces mots de la bouche d’un médecin. »

« Il y avait un autre examen plus intrusif que je pouvais faire qui nous dirait si elle allait naître avec la trisomie ou non. Je voulais en être sûr afin de pouvoir commencer à me préparer et à m’instruire. »

« J’ai passé l’examen qui nous confirmait qu’il était certain qu’elle naîtrait avec la trisomie. J’étais terrifiée, j’avais le cœur brisé et j’avais peur pour l’avenir. »

« On m’a proposé un avortement, mais je savais que je ne voulais pas faire ça. »

(Caters News)

Sarah a dit : « Je pense que la façon dont la nouvelle est transmise aux futures mamans fait partie du problème de la stigmatisation qui entoure la trisomie. Ils utilisent des mots comme ‘il y a un risque’ par opposition à ‘il y a une chance’, ils disent ‘je suis désolé de vous dire ça’, ce qui est extrêmement négatif. »

« C’est presque comme si lorsque vous découvrez que votre bébé pourrait naître avec la trisomie, la prochaine étape consiste à savoir quand vous voulez être inscrite pour une interruption de grossesse, mais cela ne doit pas forcément être le cas. »

« Tout se passe bien. Il n’y a pas de quoi avoir peur et la vie est très stable. Le chromosome supplémentaire de Marnie fait d’elle ce qu’elle est et je ne le changerais pour rien au monde parce qu’alors elle ne serait pas Marnie. »

« Je suis si heureuse que Marnie ait la possibilité de s’inscrire dans une agence de talents et de devenir un mannequin pour qu’elle puisse changer la perception que les gens ont des personnes atteintes de trisomie. »

(KIRSTY GRANT/Caters News)

Sarah dit qu’elle est enthousiaste pour l’avenir de Marnie en tant que mannequin et qu’elle est impatiente de commencer à travailler avec certaines marques.

« Nous sommes impatientes de commencer à travailler avec d’autres marques de mode enfantine et, espérons-le, avec des campagnes qui mettent en avant les points positifs des personnes atteintes de trisomie », a dit Sarah.

« Je veux dire à toute femme qui reçoit cette nouvelle bouleversante pendant sa grossesse, et qui s’inquiète pour l’avenir, que tout ira bien et qu’il n’y a pas de quoi avoir peur », a-t-elle dit.

« Nous sommes une famille normale, nous faisons les choses normalement, même si les médecins semblent vouloir nous faire peur pour l’avenir. »

Focus sur la Chine – Un climat inhabituel en Chine

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ