Un Britannique rachète la banque qui lui avait refusé un prêt vingt ans plus tôt

Par Sarita Modmesaïb
4 octobre 2020
Mis à jour: 4 octobre 2020

Les banques ne devraient pas toujours refuser aux jeunes de réaliser leur rêve… Car s’ils le réalisent malgré tout, ils prennent parfois leur revanche.

Il y a 18 ans, Adam Deering, un jeune d’Urmston, dans le Grand Manchester, se présentait à la directrice de la banque afin d’obtenir un prêt. Le jeune homme de 21 ans était rempli d’espoir, car son projet professionnel ne demandait qu’à être financé pour être lancé, celui-ci ayant déjà investi ses quelques économies et quitté son emploi pour être opérationnel…

Ayant besoin de 10 000 livres sterling (environ 16 000 euros), Adam avait alors présenté un business plan à la banque.

« Avant d’entrer dans la banque, j’ai prié parce que je n’avais pas d’argent et que je n’avais aucune idée de la façon dont je réaliserais mon rêve sans cela », se souvient M. Deering, dans un post sur Instagram.

« Sur un ton très condescendant, elle a dit : ‘Le problème est que vous êtes un peu jeune et que vous n’avez aucune expérience dans les affaires. Ce n’est pas quelque chose que nous pouvons faire à ce stade.' »

« Triste et humilié », « sans plan B », le jeune homme s’est donc résolu à assumer ses premiers investissements : un loyer à payer, une ligne téléphonique ouverte afin de contacter ses premiers clients…

« Je n’avais pas d’argent pour acheter un bureau ou une chaise, alors j’ai passé 4 mois par terre », se rappelle-t-il.

Voir cette publication sur Instagram

Big thanks to @ladbible for writing this story. 🙌🏻 . . So last week I bought the bank building where I got knocked back for a loan at 21 years old! 🙌🏻😂 . . So when I was a broke ass 21 year old I had a dream to work for myself and setup my own business! 👍🏻 . . I created a business plan, made an appointment with the bank manager to speak about setting up and account and getting a business loan, before I went into the bank I prayed as I had zero cash and had no idea how I would realise my dream without it. 💯 . . I sat down with my fingers and toes crossed and the woman who was the bank manager took my business plan went through it quickly and in a really patronisingly tone said the problem is Adam you are a bit young and you have no business experience. This isn’t something we can do at this stage. 🤦🏻‍♂️😫 . . My heart sank, I felt humiliated, frustrated and sad. I had no plan B. 💔 😢 . . I had already quit my job and had managed to scrape enough money together to pay the first quarters rent and I got a phone-line off BT which was on 30 days credit terms. . . I didn’t have any money to buy a desk or chair so as a result I spent 4 months on the floor with the phone off BT and the Thompson Local. 😊 . . No marketing budget, no Google or Social media to even advertise in, just a burning desire to succeed! 🔥 . . So I bought the bank building where they declined me for the £10K business loan! 🙌🏻 . . For me this was a great day! 🤩 . . Remember your current situation is never your final destination! ✊🏻💪🏻 . . #findtheaction

Une publication partagée par Adam Deering (@adam_deering) le

Mais, la ténacité et l’abnégation sont récompensées : en 2014, Adam Deering revendait sa société de gestion pour un peu plus de 5 millions de livres (environ 6 millions d’euros) et créait de nouvelles entreprises tout aussi prospères !

Mais l’homme a la dent dure : ce jeune millionnaire de 39 ans a aussi annoncé avoir racheté la banque qui lui avait refusé ce prêt il y a 18 ans de cela.

FOCUS SUR LA CHINE – Deux explosions en une semaine dans une usine chimique

Le saviez-vous  ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ