Un cerf japonais dans un parc national avec 3 kg de plastique dans l’estomac, laissés par les touristes

Par Robert Jay Watson
15 novembre 2019 Mis à jour: 15 novembre 2019

Sur l’immense terrain du parc de Nara, l’un des plus grands parcs du Japon, au pied du mont Wakakusa, des millions de touristes viennent chaque année pour voir des attractions très spéciales.

Beaucoup viennent voir le Tōdai-ji, un temple en bois vieux de 1300 ans qui abrite la plus grande statue de Bouddha en bronze au monde, mais l’attraction la plus populaire dans le parc est son troupeau de cerfs sika domestiqués.

Historiquement considérés comme des animaux sacrés, les cerfs règnent en liberté sur les terres et reçoivent régulièrement des biscuits de riz spéciaux (senbei) des visiteurs. Malheureusement, l’épidémie de plastique qui a transformé la planète a également touché ces animaux spéciaux. Avec les touristes apportant des craquelins emballés dans du plastique et abandonnant les déchets dans le parc, les 1 388 cerfs que comprend le troupeau tombent de plus en plus malades et même meurent en consommant les déchets.

Comme l’a déclaré la Nara Park Deer Preservation Foundation à The Epoch Times : « Du 14 mars au 13 octobre [2019], nous avons découvert que 12 des 18 cerfs morts dans le parc de Nara avaient des déchets en plastique dans leur estomac et 4 d’entre eux avaient plus de 2,6 kg. Nous pensons que les sacs en plastique sont la raison principale de la mort de 3 cerfs. »

(©Getty Images | Carl Court)

Alors que les touristes apportent illégalement de la nourriture provenant de sacs plastique à usage unique pour nourrir les cerfs, les animaux ont appris à associer le plastique à la nourriture. En tant que ruminants, les cerfs ingèrent de la nourriture dans leur premier estomac avant qu’elle n’aille dans les autres estomacs pour être entièrement digérée. Le vétérinaire Rie Maruko, de la Nara Deer Preservation Foundation, a expliqué à Kyodo News comment le plastique bloque le processus digestif normal. « Les cerfs qui sont morts étaient très maigres et j’ai pu sentir leurs os », a-t-elle dit. « S’il vous plaît, ne leur donnez rien d’autre à manger que le shika senbei [biscuits pour cerf]. »

Après la mort des cerfs, les autorités du parc ont installé des panneaux en anglais, en chinois et en japonais, partout dans la région. Ils ont également organisé un nettoyage de la zone, en enlevant la litière de l’habitat des cerfs ainsi que des zones autour des temples et des sanctuaires. Plus de 32 kg de déchets plastique ont été ramassés par des bénévoles, ce qui montre l’ampleur du problème.

(©Getty Images | Carl Court)

« La quantité de déchets plastique que nous avons ramassés dépassait nos attentes », a dit à CNN Yoshitaka Ashimura, le secrétaire général de la Fondation. « Nous craignons qu’un simple nettoyage ne résoudra pas le problème. Pour protéger les cerfs, il est important que les visiteurs cessent de jeter leurs déchets. »  Historiquement, les visiteurs n’avaient le droit de nourrir le cerf qu’avec les craquelins spéciaux fabriqués pour le parc et achetés à l’intérieur du parc. Ces craquelins sont emballés dans des feuilles digestibles plutôt que dans du plastique.

Le problème semble résulter en partie de l’afflux massif de touristes ces dernières années. Le nombre de visiteurs internationaux dans la préfecture de Nara a décuplé entre 2012 et 2017, pour atteindre plus de 2 millions par an.

(©Getty Images | Carl Court)

La légende de la population de cerfs de Nara Park remonte à l’an 768 et raconte qu’un des quatre dieux du sanctuaire de Kasugataisha a voyagé du nord du Japon jusqu’à Nara sur un cerf blanc. Depuis lors, les cerfs qui erraient autour des sanctuaires de Nara ont été considérés comme des messagers des dieux et ne devaient pas être touchés. De nos jours, les cerfs sont protégés par la loi japonaise comme « trésor naturel national », les blesser ou les harceler est un crime.

Malheureusement, la croissance du tourisme a fait en sorte que les cerfs vont de plus en plus vers les gens lorsqu’il s’agit de prendre leurs repas. En plus d’apprendre à s’incliner pour obtenir de la nourriture des visiteurs, comme l’explique CNN Travel : « Dans leur quête de shika-senbei, les cerfs fouilleront volontiers dans les sacs, les sacs à main et même les poussettes. » Le parc a essayé d’inculquer de bonnes pratiques alimentaires à ses visiteurs, mais beaucoup d’entre eux semblent plus préoccupés d’obtenir un bon selfie que par la santé des animaux.

Selon CNN, les règles sont simples et sensées. « N’apportez pas de collations ; ne taquinez pas les cerfs ; ne leur refusez pas une collation après qu’ils se sont inclinés. Ce sont aussi des créatures compliquées, et leur permettre de jouer pour vous sans leur offrir la récompense attendue peut causer de la confusion, parfois de la colère et de l’agressivité. »

Il n’y a pas que le problème du plastique qui cause du tort au cerf. Selon le Japan Times, des incidents avec des véhicules ont fait 37 morts alors que des cerfs traversent des routes pour essayer d’obtenir plus de nourriture des touristes. On espère que les efforts d’éducation et de nettoyage dans le parc feront une différence pour ces mammifères spéciaux qui sont devenus victimes de leur grande popularité.

RECOMMANDÉ