Un coiffeur-barbier de Trappes devient subitement mixte à la suite des propos de Didier Lemaire

Par Emmanuelle Bourdy
16 février 2021
Mis à jour: 16 février 2021

Récemment, le professeur de philosophie Didier Lemaire a indiqué qu’il n’y avait plus de coiffeurs mixtes dans la ville de Trappes. Nombre d’entre eux ont contredit cette déclaration. Pourtant, un coiffeur-barbier, qui a lui aussi démenti, n’a affiché la mention « (mixte) » sur son site qu’après la déclaration du professeur.  

Récemment, Didier Lemaire, professeur de philosophie à Trappes, regrettait qu’il n’y ait pas de salons de coiffure mixtes dans sa ville, rapporte CNews. Didier Lemaire, qui avait notamment dénoncé « la menace islamiste dans sa ville » dans une lettre ouverte après l’assassinat de Samuel Paty, est depuis sous protection policière.

Après la déclaration du professeur de philosophie, certains coiffeurs de la ville ont indiqué que celle-ci était erronée. L’un d’entre eux a signalé sur CNews : « Nous n’avons pas le luxe de choisir notre clientèle. » Ce coiffeur-barbier, gérant d’un salon, mentionnait que l’année 2020 avait été « très difficile ». « Mon objectif, c’est que mes clients soient satisfaits, on accepte tout le monde, il y a des hommes et des femmes qui viennent tous les jours et on ne se pose vraiment pas ce genre de question chez nous », a-t-il ajouté.

Cependant, CNews souligne que si la mention « salon mixte » figure bien sur le site internet de ce gérant, il soulève néanmoins le fait qu’avant le 9 février dernier, une autre mention stipulait : « salon de coiffure et barbier exclusivement masculin. »

Par ailleurs, le salon n’affichait pas non plus le tarif des brushings, ce service ne figurant pas parmi ceux proposés il y a encore quelques semaines. Ce qui a également été rectifié depuis, précise CNews.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ