Un couple ayant un problème de fertilité «gagne à la loterie» en concevant des triplés identiques, naturellement

Par Louise Bevan
17 juin 2020
Mis à jour: 17 juin 2020

Après avoir suivi un traitement contre l’infertilité pour pouvoir donner naissance à leur première fille, ce couple britannique a été stupéfait d’apprendre qu’il avait conçu naturellement des triplés identiques. Les chances sont d’environ une sur un million.

Les trois petits garçons du couple sont nés le 12 mars 2020, quelques jours avant l’entrée en vigueur des restrictions sanitaires en Angleterre. Depuis le confort de leur foyer, les fiers parents, Lina Sapia, 35 ans, et son mari, Fabio, 37 ans, présentent maintenant au monde leurs triplés identiques.

[G-D] Les trois triplés identiques, Louis, Piero et Rémi. (Caters News)
Lina et Fabio ont voulu agrandir leur famille après la naissance de leur première enfant, Alba, aujourd’hui bambin. « Nous avons essayé pendant trois ans avant de décider de faire une FIV avec Alba, qui a réussi la première fois », a déclaré la mère au foyer de Walton-on-Thames dans le Surrey, en Angleterre, selon Caters News.

Les parents ont supposé qu’ils allaient devoir suivre d’autres traitements contre l’infertilité s’ils voulaient avoir plus d’enfants. Cependant, en septembre 2019, ils ont tous deux été stupéfaits et ravis de découvrir que Lina était enceinte.

« J’ai fait une deuxième fausse couche trois mois avant de découvrir que j’étais enceinte de triplés en septembre, explique Lisa, mais je n’avais pas d’espoir, car je craignais que cela se reproduise. »

Une échographie à la semaine 6 a bouleversé de nouveau le couple, en lui révélant qu’il y avait non pas un, mais trois petits battements de coeur.

Une échographie à la 6e semaine a révélé la présence de triplés. (Caters News)

Lina avait dit à l’infirmière qu’elle se sentait « légèrement plus grosse qu’avant » quelques instants avant de découvrir qu’elle portait plus d’un bébé. « Nous étions totalement sous le choc », se souvient Lina. « Fabio, qui est un analyste des risques, riait nerveusement dans un coin […] Nous avions l’impression d’avoir gagné à la loterie. »

Autant Lina que Fabio n’ont jamais eu plusieurs frères et soeurs dans leur famille.

« J’étais anxieuse tout au long de la grossesse, car je craignais que quelque chose de grave n’arrive, a admis Lina, et je ne pouvais pas faire face à une autre fausse couche. Mais nous avions des scanners toutes les deux semaines pour nous assurer que tout allait bien ; c’était incroyable de les voir grandir. »

Selon les Centres américains de contrôle des maladies, les triplés sont beaucoup moins fréquents que les jumeaux, et les triplés identiques sont encore plus rares. La communauté médicale est parvenue à un vague consensus sur le fait que les triplés identiques surviennent environ une fois sur un million de grossesses, mais le Dr Victor Khouzami, président du service d’obstétrique du Greater Baltimore Medical Center, a déclaré au Baltimore Sun : « Personne ne le sait vraiment. »

Les grossesses multiples présentent toutefois un risque accru de complications, selon Stanford Children’s Health, et presque tous les « multiples de rang supérieur » – les grossesses de trois bébés ou plus – naissent prématurément.

Lina a déclaré, selon Caters News, qu’elle trouvait extrêmement fatigant de jongler entre la garde de sa fille, Alba, et les dernières étapes de la grossesse. Cependant, elle a bénéficié d’une grossesse saine et a tenu jusqu’à 32 semaines avant d’accoucher de ses triplés.

Elle a donné naissance à trois garçons : Luis, qui pesait 1,13 kg, Piero, qui pesait 1,53 kg et Remi, qui est né à 1,7 kg à l’hôpital St. Peters de Chertsey, dans le Surrey, le 12 mars. Les garçons ont eu la chance de rencontrer leurs grands-parents avant que le Royaume-Uni ne soit mis en quarantaine en réponse à la propagation de la pandémie peu après.

« Les triplés étaient comme des superstars, se rappelle Lina, car beaucoup de membres du personnel n’avaient jamais vu de triplés identiques auparavant. Cependant, leur père n’a pas été autorisé à rencontrer les nouveau-nés pendant les trois semaines où ils étaient à l’hôpital en raison des restrictions, explique Lina, seulement via FaceTime, ce qui a été difficile. »

Lina avec les trois frères : Louis, Piero et Rémi. (Caters News)

La maman avisée, souhaitant différencier le plus facilement possible ses bébés identiques, a utilisé des bracelets en velcro imprimés avec chacune des initiales des triplés – « L, P et R » – pour limiter la confusion. « Les bracelets sont principalement destinés aux tétées de nuit », a précisé Lina, « car il est déjà arrivé qu’un bébé ait failli être nourri deux fois. »

Lina et Fabio ont attribué au personnel du NHS de l’hôpital le mérite d’avoir été « absolument incroyable » pendant toute la durée de la grossesse de Lina et à la suite de l’accouchement, dans un contexte de restrictions de confinement. Heureusement, la mère reconnaissante a été en mesure de mettre l’accent sur les aspects positifs.

Les triplés identiques avec leurs parents, Lina et Fabio, et leur sœur aînée, Alba. (Caters News)

« Le confinement nous a aidés à créer un lien et à entrer dans une routine avec eux », a déclaré Lina, ajoutant que sa fille, Alba, adore ses petits frères et sœurs. La petite fille embrasse chacun de ses petits frères chaque matin et une fois de plus avant d’aller se coucher.

Lina et Fabio font maintenant la chronique de leur vie familiale sur leur page Instagram, judicieusement nommée « Trois petits hommes et une petite demoiselle ».

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ