Un couple se retrouve 33 ans après s’être fréquenté pendant l’adolescence : ils ont conservé les lettres qu’ils s’envoyaient !

Par Celeste Armenta - La Gran Epoca
21 septembre 2021
Mis à jour: 21 septembre 2021

Une ancienne légende orientale veut que le chemin des personnes soit prédestiné par un fil rouge que les dieux attachent aux pieds de ceux qui sont appelés à devenir des âmes sœurs. Peu importe le temps qui passe ou les événements qui surviennent dans leurs vies respectives, le fil qui les relie peut s’emmêler ou s’étirer, mais jamais se rompre. C’est l’histoire d’un couple qui est parvenu à retrouver son chemin grâce à ce fil rouge invisible.

Ximena Gray et Carlos Daniel Pérez se sont rencontrés quand ils avaient respectivement 15 et 16 ans, à Viña Del Mar, au Chili. La famille de l’intéressé, originaire de Mendoza, en Argentine, s’y rendait chaque année pour y passer les vacances.

« Quand je l’ai vu la première fois, j’étais bouleversé », a déclaré Carlos à la station de radio Cadena 3.

« Ce jour-là, nous nous sommes simplement présentés et le lendemain, je suis parti, en lui laissant une lettre », a-t-il ajouté.

(Avec l’aimable autorisation de Ximena Gray)

C’était en 1977, jusqu’à ce qu’ils se retrouvent à nouveau en janvier 1978. Mais tout au long de l’année, ils se sont écrit des lettres romantiques, qu’ils ont gardées intactes jusqu’à ce jour.

La relation du jeune couple s’est nourrie pendant 6 ans de ces lettres, et de leur rencontre quand Carlos partait en vacances avec sa famille en Été. Cependant, la relation s’est progressivement « refroidie », et les lettres sont devenues de moins en moins fréquentes.

Ximena a terminé ses études, obtenu son diplôme et commencé à travailler. Même s’ils se parlaient au téléphone de temps en temps, les lettres restaient leur unique réalité.

(Avec l’aimable autorisation de Ximena Gray)

« Nous avions chacun notre vie, moi au Chili et lui en Argentine. À chaque fois qu’on se voyait, tout coulait de source. Nous nous sommes toujours très bien entendus », a déclaré Ximena à Infobae.

La vie a continué et Ximena, surnommée affectueusement Luli, a rencontré l’homme qui est devenu son mari pendant 20 ans. En 1984, Carlos est arrivé au Chili par surprise, pour apprendre que sa bien-aimée se mariait, selon le média argentin Vía Mendoza.

« Je suis arrivé trop retard ! » a expliqué Carlos.

Luli se souvient encore de cette phrase car « c’était dur » pour elle. Avant de lui dire adieu, Carlos lui a confié sa dernière lettre, alors qu’ils avaient 22 et 23 ans.

« Il m’a écrit une lettre pour me souhaiter d’être heureuse », même s’« il était dévasté », a appris Luli plus tard, lorsque le frère de Carlos le lui a expliqué.

(Avec l’aimable autorisation de Ximena Gray)

Il aura fallu 33 ans pour que Luli et Carlos se retrouvent grâce aux médias sociaux, au cours de l’année 2016.

« Quand il m’a retrouvé, il m’a envoyé un message sur Facebook Messenger. Quand j’ai découvert qu’il m’avait écrit, j’ai dû m’asseoir car je n’arrivais pas à y croire », se souvient Ximena, très émue.

Par coïncidence, les deux étaient divorcés. Ximena est thérapeute en Gestalt, et a eu deux enfants. Carlos est œnologue et propriétaire d’une discothèque à Mendoza, il n’a jamais eu d’enfants. Deux mois après ce premier message sur FaceBook, ils se sont retrouvés à Mendoza.

« Lorsque je suis retourné au Chili, Carlos était déjà dans mon cœur », a déclaré Ximena.

En 2017, Luli et Carlos ont voyagé en Argentine et au Canada, pour confirmer « que leur vie commune était formidable et leur amour intact ».

(Avec l’aimable autorisation de Ximena Gray)

Le couple avait prévu de se marier avant la pandémie mondiale, mais comme ils ont dû reporter les fiançailles, ils attendent avec impatience l’année 2022 pour rejoindre le fil rouge de leur destin.

Lorsque l’histoire de Luli et Carlos est devenue publique, de nombreuses personnes les ont contactés pour leur faire part de leur propre expérience, « d’autres étaient pleines d’espoir, elles voulaient retrouver un tel amour », a déclaré Ximena au journal Epoch Times.

« Il y a tellement de gens qui n’osent pas à cause de leur âge ou parce qu’ils pensent que leur vie est terminée. Mais quel plaisir d’oser, de franchir le pas et de ne pas rester avec le sentiment de ‘et si’ », a confié Ximena.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ