Un couple vit sur une île flottante autonome qu’ils ont construite eux-mêmes pendant 29 ans

Par CNN
28 juillet 2020
Mis à jour: 28 juillet 2020

Le confinement à domicile à cause de la pandémie en cours a obligé plusieurs d’entre nous à apprendre à aimer la solitude et à reprendre contact avec leur foyer, mais la vie de ce couple, elle, est restée pratiquement inchangée.

À 16 km au nord de Tofino, en Colombie-Britannique, au large de la côte ouest de l’île de Vancouver, Catherine King et Wayne Adams vivent dans un complexe flottant durable. Il s’agit de « Freedom Cove », une œuvre d’amour, construite manuellement avec des matériaux recyclés et récupérés. C’est leur foyer depuis 29 ans.

Freedom Cove, une forteresse insulaire durable flottant au large des côtes de l’île de Vancouver. (Avec l’aimable autorisation de Great Big Story)

Freedom Cove se trouve à 25 minutes en bateau de la ville la plus proche, mais ne pensez même pas à monter dans une voiture. « La seule option pour arriver ici est par la voie d’eau », dit M. Adams. « Il n’y a pas d’accès routier. L’eau est notre autoroute. »

Une île de 450 000 kg

Le complexe a la taille de deux terrains urbains et pèse plus de 450 000 kg, il flotte librement sur l’océan.

Bien qu’il y ait un genre de lignes qui attachent le complexe au rivage, ces lignes ne sont pas ancrées au fond de l’océan.

Le complexe flottant abrite une piste de danse, une galerie d’art, une usine de bougies, quatre serres, six panneaux solaires et une petite cascade qui fournit de l’eau courante en permanence. (Avec l’aimable autorisation de Great Big Story)

Dès votre arrivée, ce que vous voyez en premier ce sont des bâtiments de couleur magenta clair avec des garnitures turquoise foncé. Un portique en os de baleine vous accueille à l’intérieur. L’enceinte possède tout ce à quoi vous pouvez penser et plus : une piste de danse, une galerie d’art, une usine de bougies, quatre serres, six panneaux solaires et l’accès à une petite cascade qui fournit de l’eau courante en permanence.

Le complexe dispose de son propre système de gestion des déchets

Le couple a même mis au point son propre système de gestion des déchets.

« C’est la question la plus courante que l’on nous pose », dit M. Adams.

Ils ont installé un réservoir flottant pour, comme il le souligne avec humour, « faire face à l’affluence ».

S’ils le voulaient, Mme King et M. Adams pourraient se débrouiller seuls sur Freedom Cove sans jamais avoir besoin d’aller en ville.

Inspiré par la nature

En tant qu’artistes, Mme King et M. Adams ont toujours puisé leur inspiration dans la nature.

M. Adams est un sculpteur qui utilise des éléments trouvés dans la nature, comme des plumes et des os, pour créer ses œuvres. Mme King est une artiste, une danseuse et une thérapeute ayant étudié l’homéopathie. Mais pourquoi vivre en reclus ?

« Je voulais être un artiste prospère et riche, vivre à Tofino et avoir un studio dans la nature, comme tout bon artiste riche qui se respecte », dit M. Adams. « J’espérais gagner beaucoup plus d’argent en tant qu’artiste. Nous n’aurions jamais pu acheter un bien immobilier, alors nous avons dû nous en fabriquer un »

La nature les a interpellés et les a poussés à faire de leurs rêves une réalité.

C’était le résultat d’un accident

Après que le couple a séjourné dans la cabane d’un ami à Cypress Bay, une grosse tempête a soufflé des débris de bois et de branches sur la propriété. Mme King et M. Adams ont ramassé le bois et l’ont utilisé pour construire la charpente de ce qui allait devenir leur future maison.

« Je pense que c’était un signe pour nous dire que c’était le moment de commencer », se souvient M. Adams.

En agrandissant leur maison, le couple a continué, comme au début, en n’utilisant que des matériaux recyclés et récupérés.

De nombreuses pièces ont été récupérées auprès des bûcherons et des pêcheurs de la ville. M. Adams échangeait ses œuvres d’art contre ce qu’ils avaient dans leur cour, qu’il s’agisse de vieilles piscicultures ou de flotteurs.

Un morceau de plexiglas récupéré à la patinoire de hockey de Victoria forme un plancher en verre transparent dans leur salon que M. Adams peut soulever pour pêcher depuis le confort de son canapé.

M. Adams peut pêcher depuis le confort de son canapé grâce à un morceau de plexiglas dans leur salon. (Avec l’aimable autorisation de Great Big Story)

Au début, il s’agissait d’une sorte de « réduction des effectifs »

Avant Freedom Cove, le couple vivait dans un appartement à Tofino, sur l’île de Vancouver. Ils appellent leur passage à vivre dans la nature un « processus de ralentissement ».

« Nous avions toutes sortes de choses comme des robots ménagers et des articles qui nécessitaient beaucoup d’électricité », se souvient Mme King. « Nous les avons donnés aux gens et nous nous sommes débarrassés de beaucoup de choses en préparation pour cette nouvelle façon de vivre. »

Ils n’avaient pas le choix. La première version de leur maison flottante n’avait ni eau courante ni électricité.

Aujourd’hui, leur quotidien est bien différent de ce qu’il était à Tofino.

« En vivant ici, vous ne pouvez pas obtenir quelque chose instantanément », dit Mme King. « On ne peut tout simplement pas commander une pizza… on ne peut pas aller au magasin du coin… Si vous voulez quelque chose, vous devez travailler pour l’obtenir. »

C’est plus qu’un simple foyer

Faire ce travail est un processus continu d’apprentissage, de changement et de croissance. Mme King commence sa journée en balayant et en secouant les tapis. « Dans la nature, il y a toujours beaucoup de saleté et de poussière », dit-elle.

Elle arrose ensuite ses milliers de plantes et son potager – tous issus de graines – et part dans son canoë pour ramasser des algues qui serviront de compost.

Les artistes Catherine King et Wayne Adams ont élu domicile à Freedom Cove depuis 1992. (Avec l’aimable autorisation de Great Big Story)

M. Adams commence sa journée en allant ramasser du bois de chauffage et allumer un feu pour s’assurer que la maison est bien chauffée. Ils travaillent tous deux à la construction de nouveaux éléments pour leur maison.

« C’est un projet », dit M. King. « C’est un projet de cultiver la nourriture pour subvenir aux besoins de la famille. C’est un projet artistique… C’est un projet d’avoir un espace pour bouger, danser, jouer de la musique, faire des choses spontanément que vous ne pourriez pas faire de la même manière si vous étiez en ville. »

Leurs voisins sont peu ordinaires

Même s’ils n’ont pas de voisins humains à des kilomètres à la ronde, le couple a toujours de la compagnie. « Nous avons quelques corbeaux résidents ici qui font partie de la famille », dit M. Adams. « Nous connaissons tous les oiseaux ici. »

« Nous leur avons donné des noms : Harry le héron, Sylvie le phoque, Gertrude et Heathcliff les mouettes », ajoute Mme King.

« J’avais vécu dans une grande ville, je savais ce que c’était », dit Mme King. « J’avais vraiment besoin de la paix de la nature. »

Vingt-neuf ans plus tard, c’est toujours le plus grand attrait de leur foyer.

« Aller en ville est tout simplement traumatisant du point de vue sonore, dit Mme King, ça me fait vibrer à l’intérieur … le bruit commence à me tomber sur les nerfs et je suis facilement déstabilisée. »

« Nous nous sommes construit un petit paradis ici », dit-elle. « Nous pouvons vivre de façon unique, différemment de n’importe qui d’autre sur la planète. »

Mais qu’en est-il du mal de mer ? « Je n’ai pas le mal de mer », dit M. Adams. « Quand je vais en ville, j’ai le mal de terre. »

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ