Un document classé révèle que Pékin a ordonné l’éradication d’un groupe spirituel, apportant les preuves d’un probable génocide

Par Alex Wu
13 novembre 2020
Mis à jour: 14 novembre 2020

Le journal Epoch Times a récemment obtenu un document d’État top secret publié il y a 20 ans, qui confirme que le Parti communiste chinois (PCC) a abusé du système judiciaire et manipulé l’appareil de sécurité du pays pour perpétrer un génocide contre les pratiquants de Falun Gong. Le journal a également interviewé deux avocats chinois qui estiment que la persécution n’a aucun fondement juridique.

Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, est une pratique spirituelle de méditation qui se concentre sur les valeurs universelles d’Authenticité, Compassion et Tolérance. L’ancien dirigeant du régime chinois, Jiang Zemin, a lancé une campagne de persécution contre le Falun Gong en juillet 1999, qui se poursuit encore aujourd’hui. Les pratiquants du Falun Gong ont été illégalement détenus, torturés et assassinés. Les médias et les manuels scolaires publiés par le PCC ont également diffusé une propagande qui qualifie ce groupe spirituel de « secte » dangereuse.

La persécution systématique par le PCC de cette pratique et le prélèvement forcé d’organes sur les pratiquants de Falun Gong ont été documentés et condamnés par des organisations internationales et des gouvernements étrangers.

Le document divulgué, classé « top secret », a été obtenu par le journal Epoch Times auprès d’une source fiable. Il s’agit d’un avis judiciaire émis le 30 novembre 2000 par la Cour suprême du régime communiste chinois, le parquet suprême, le ministère de la Sécurité Publique, le ministère de la Sécurité d’État et le ministère de la Justice. Il a été imprimé et distribué par le premier secrétaire du Bureau général de la Cour suprême.

Document classifié intitulé « Avis sur la répression sévère des activités illégales et criminelles de l’organisation hérétique Falun Gong par la loi », publié le 30 novembre 2000 par cinq départements du PCC. (Fourni à Epoch Times)

Intitulé « Avis sur la répression sévère des activités illégales et criminelles de l’organisation hérétique du Falun Gong par la loi », il stipule que « les départements politiques et juridiques de tous les niveaux doivent fermement mettre en œuvre » les « instructions importantes énoncées par Jiang Zemin pour éradiquer le Falun Gong ».

Il contient les noms des pratiquants de Falun Gong, les accusations criminelles liées aux diverses activités du Falun Gong et les peines encourues.

Par exemple, le document définit l’activité de compilation, d’impression et de diffusion de documents sur le Falun Gong comme une « incitation à la subversion du pouvoir de l’État », en citant le deuxième paragraphe de l’article 105 du droit pénal chinois (code pénal).

L’accusation de « diffamation des dirigeants du Parti et de l’État » s’applique à ceux qui s’expriment contre la persécution, dénoncent l’arrestation arbitraire et le traitement inhumain des pratiquants de Falun Gong (par exemple, passages à tabac, travaux forcés et séances de lavage de cerveau dans les centres de détention), et intentent des poursuites contre les autorités pour les tenir responsables de tout préjudice causé par la persécution. La personne serait « condamnée et punie conformément à l’article 246 du droit pénal », selon le document.

Le document affirmait également que le traitement par le PCC des affaires impliquant le Falun Gong était « politique, juridique et orienté vers la politique » et exigeait que « les départements politiques et juridiques de tous les niveaux coopèrent étroitement sous la direction unifiée du comité central du Parti ».

Les sceaux des cinq départements du PCC ont été apposés sur le document classifié « top-secret » sur la persécution du Falun Gong. (Fourni à Epoch Times)

La persécution du Falun Gong n’a pas de base légale selon des avocats

Le journal Epoch Times s’est entretenu avec deux avocats chinois pour obtenir leur avis d’experts sur la légalité de cet avis judiciaire.

Liu Ping (alias) a défendu de nombreux pratiquants de Falun Gong devant les tribunaux de Chine continentale au fil des années. Il a déclaré que, bien qu’il ait eu connaissance de documents similaires dans le passé, il reste choqué par le langage qui est utilisé à l’encontre du Falun Gong. « Il s’agit d’une guerre lancée par le PCC contre la communauté du Falun Gong en utilisant le pouvoir judiciaire de l’État », a-t-il déclaré.

Liu Ping a ajouté que parce que le document montre que le régime a mobilisé tout son appareil de sécurité pour lutter contre le Falun Gong, ce document est la preuve que le PCC a commis un génocide.

La Cour pénale internationale définit le génocide comme : « l’intention spécifique de détruire en tout ou en partie un groupe national, ethnique, racial ou religieux en […] causant des atteintes graves à l’intégrité physique ou mentale de membres du groupe ; [ou] en soumettant délibérément le groupe à des conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle ».

Chen Jiangang, avocat de Chine continentale qui vit actuellement aux États-Unis, avait également représenté de nombreux pratiquants du Falun Gong lorsqu’il vivait en Chine. Selon l’analyse de Liu Ping, la publication de ce document par les cinq départements en charge de la sécurité est intrinsèquement illégale car ils n’ont pas le pouvoir d’émettre des mesures politiques.

Chen Jiangang a déclaré que le document est un « avis des forces de l’ordre », qui s’apparente à la position du parti. Le document lui-même n’est pas une loi, ni ne se conforme à la nature de l’interprétation judiciaire, a-t-il expliqué.« Il est lui-même illégal d’un point de vue juridique, et le document n’a aucune caractéristique ou validité juridique », a-t-il déclaré.

Chen Jiangang a fait remarquer que même le régime du PCC lui-même n’a promulgué aucune loi pour identifier le « Falun Gong » comme une « organisation hérétique ». Durant les années où il a défendu les pratiquants de Falun Gong, Chen Jiangang a soulevé ce point devant la cour. Et aucun procureur, juge ou officier de police n’a jamais pu fournir une base légale pour définir le Falun Gong comme étant une telle organisation, a-t-il affirmé.

Un document « top secret » est illégal

Ce document est illégal, a souligné Liu Ping, car il est hautement confidentiel et n’a pas été annoncé publiquement.

« Les documents de nature juridique doivent être annoncés publiquement avant qu’ils ne puissent prendre effet. Le PCC conçoit une ‘loi’ secrète, alors comment les gens peuvent-ils s’y conformer ? Par conséquent, ce type de ‘loi’ est une méthode obscure utilisée pour justifier une persécution et démontre son illégitimité ».

Liu Ping a précisé que les départements politiques et juridiques de tous les niveaux en Chine ont probablement mentionné et relayé ce document judiciaire secret à l’intérieur du pays.

Liu Ping a révélé que selon l’article 15 de la « loi sur la confidentialité » du PCC, la période de confidentialité des documents top secret ne peut pas dépasser 30 ans, donc ce document bénéficie encore d’une période de confidentialité de dix ans. Maintenant que ce document est révélé, il constitue une « preuve de génocide » commis par le PCC, a-t-il affirmé.

Chen Jiangang a également commenté cette classification : « C’est un document top secret, qui montre que les cinq départements qui l’ont publié sont engagés dans des activités illégales et criminelles qui ne doivent pas être connues du public ».

Campagne politique pour persécuter le Falun Gong

Chen Jiangang a fait remarquer que la formulation et le langage du document rappellent la terminologie de l’époque de la Révolution culturelle. Des termes comme « réactionnaire » et « grève » qui apparaissent tout au long du document indiquent qu’il s’agit d’une persécution politique contre le Falun Gong, a-t-il dit. La révolution culturelle (1966-1976) a été une violente campagne nationale lancée par l’ancien leader Mao Zedong pour réprimer les « anti-révolutionnaires » et a conduit à un grand nombre de morts.

« Tant dans la publication de ce document que dans la persécution du Falun Gong qui a commencé en 1999, ce qui est mis en œuvre n’est pas la loi, mais la volonté personnelle de Jiang Zemin. Dans ce document, les mots clés les plus fréquemment utilisés sont ‘suppression’ et ‘répression’. Ces mots incarnent le non-droit », a déclaré Chen Jiangang.

La phrase « sensibiliser et unifier les pensées des forces de l’ordre » montre également que « ce document judiciaire vise uniquement à mettre en œuvre la volonté individuelle de Jiang Zemin, à savoir la persécution illégale du Falun Gong mise en œuvre par ce dernier en utilisant le PCC », a souligné M. Chen.

Le document classifié ordonne aux organismes de sécurité d’« utiliser pleinement la loi comme une arme pour mettre en œuvre la répression du Falun Gong » (fourni à Epoch Times).

Article 300 du droit pénal

Le document utilise l’article 300 du droit pénal – « utiliser une organisation hérétique pour porter atteinte à l’application de la loi » – pour justifier la persécution des pratiquants de Falun Gong. Il s’agit de l’accusation pénale la plus courante utilisée par les autorités chinoises chargées de l’application de la loi pour persécuter les pratiquants de Falun Gong.

Chen Jiangang a souligné que conformément à l’article 300, il y a au moins quatre conditions qui doivent être remplies pour que la pratique du Falun Gong constitue un crime:

1 – Les parties « utilisent » une organisation pour « porter atteinte » à la loi. Les pratiquants de Falun Gong ne s’engagent pas dans des activités qui répondent à ce critère et n’ont rien à voir avec « l’utilisation d’une organisation », a déclaré M. Chen.

2 – Le groupe est une « organisation hérétique ». Cependant, le PCC n’a jamais eu de base légale pour identifier le Falun Gong comme tel.

3 – Le groupe est une organisation qui dispose d’un personnel fixe et d’une division claire du travail. Mais dans le cas du Falun Gong, il n’y a pas d’organisation ou d’adhésion.

4 – Les lois et règlements administratifs nationaux pertinents qui ont été violés doivent être identifiés et confirmés. Le PCC déclare que les pratiquants de Falun Gong ne sont pas autorisés à pratiquer chez eux ou à produire du matériel lié au Falun Gong, mais il ne peut pas indiquer quelle loi nationale ou réglementation administrative a été violée par ces actions.

Puisque aucun de ces critères n’est rempli, l’affirmation du PCC selon laquelle le Falun Gong est persécuté « légalement » est basée sur une interprétation incorrecte de la loi, selon Chen Jiangang.

Chen Jiangang a ajouté que pour pouvoir déterminer un crime, il faut qu’il y ait une loi qui définisse l’activité illégale et criminelle, et que le comportement du prévenu soit préjudiciable à la société. Il a déclaré que les pratiquants de Falun Gong qu’il a rencontrés sont des personnes pacifiques et respectueuses de la loi.

« Plus je traite de cas de Falun Gong, plus je comprends la cruauté et le non-respect de la loi par le PCC », a-t-il déclaré.

« Le PCC viole ses propres lois. C’est le ministère de la Sécurité Publique du PCC, le ministère de la Justice et la police qui entravent et nuisent réellement à l’application de la loi … Ils ont fidèlement exécuté les instructions contenues dans ce document [classifié] … et ont brutalement persécuté le Falun Gong. »

Nouvel Horizon – La loi sur la sécurité menace nos libertés

Soutenez les médias indépendants et impartiaux, car il est désormais si difficile d’obtenir la vérité. C’est maintenant plus important que jamais. Partagez cet article pour aider davantage de personnes à connaître les faits. Merci.

RECOMMANDÉ