« Un dossier très crédible » prouvant que le régime chinois a perpétré un génocide contre les Ouïghours, selon des avocats britanniques

Par Lily Zhou
11 février 2021
Mis à jour: 11 février 2021

Un groupe d’avocats londoniens a publié lundi un avis juridique « historique » concluant qu’il existe un « cas très crédible » selon lequel le régime chinois a commis un génocide contre le peuple ouïgour au Xinjiang.

Ce premier avis juridique formel sur le traitement des Ouïghours par le régime chinois est arrivé la veille d’un vote crucial au Parlement sur un amendement qui vise à arrêter et empêcher le Royaume-Uni de faire du commerce bilatéral avec des pays génocidaires.

« Sur la base des preuves que nous avons vues, cet avis conclut qu’il existe un dossier très crédible selon lequel les actes commis par le gouvernement chinois contre le peuple ouïgour dans le XUAR [région autonome ouïgoure du Xinjiang] constituent des crimes contre l’humanité et le crime de génocide », peut-on lire dans le document (pdf), rédigé par des avocats du tribunal d’Essex.

Basé sur l’article 7 du Statut de Rome de la Cour pénale internationale, le document indique qu’« il existe des preuves suffisantes pour constituer un argument défendable » pour les crimes contre l’humanité, y compris la réduction en esclavage, l’emprisonnement ou toute autre privation grave de liberté physique, la torture, le viol, la stérilisation forcée, la persécution et la disparition forcée.

Les avocats ont fait valoir qu’il existe également des preuves suffisantes qu’un génocide a été commis contre le peuple ouïgour au Xinjiang sur la base de l’article 6 de la même loi.

« C’est un moment historique pour les Ouïghours », a déclaré Rahima Mahmut, directrice britannique du Congrès mondial ouïghour (WUC), dans un communiqué.

« Le constat est clair : il y a une intention de détruire les Ouïghours », a-t-elle ajouté.

Le WUC est l’une des organisations qui a travaillé à l’obtention de l’avis juridique, avec l’ONG juridique Global Legal Action Network (GLAN) et le Uyghur Human Rights Project (UHRP).

Siobhan Allen, juriste chez GLAN, a qualifié ce document de « révolutionnaire ».

« Cet avis juridique novateur conclut que les atrocités commises dans la région XUAR atteignent de manière crédible le niveau de gravité et de systématisation requis pour constituer des crimes contre l’humanité et un génocide », a-t-elle déclaré.

« Cette conclusion rend impossible pour les gouvernements responsables de continuer à traiter la Chine comme un membre normal de la communauté internationale », a déclaré Peter Irwin, responsable de la communication à l’UHRP.

« Que ce soit les Jeux olympiques de Pékin de 2022 ou la construction de véhicules Volkswagen à quelques kilomètres d’un camp d’internement, les gouvernements et les entreprises mondiales devront réévaluer leurs relations avec Pékin jusqu’à ce que ce genre de traitement prenne fin », a-t-il ajouté.

« L’histoire ne les traitera pas avec clémence s’ils favorisent le commerce en période de génocide. »

L’amendement sur le génocide

La Chambre des communes britannique doit voter mardi une série d’amendements à son projet de loi sur le commerce post-Brexit, dont un « amendement sur le génocide ». Une version précédente de l’amendement avait été rejetée aux Communes par seulement 11 voix.

L’amendement modifié a obtenu une majorité des deux tiers la semaine dernière à la Chambre des Lords. Imran Ahmad Khan, président du groupe parlementaire multipartite pour les affaires étrangères, a déclaré jeudi à NTD qu’il estimait qu’il y avait eu « un soutien important et croissant dans les deux chambres ».

Si l’amendement est adopté, les tribunaux britanniques seront les premiers tribunaux nationaux ayant le pouvoir de déterminer si un pays a commis un génocide. Si une telle détermination est faite, un ministre doit organiser une motion pour débat dans chaque chambre du Parlement, demandant au gouvernement de définir sa ligne de conduite, qui peut inclure l’arrêt des négociations ou le retrait d’un accord commercial avec ce pays.

Le gouvernement s’oppose à l’amendement, affirmant qu’il est inutile et inefficace. Il a proposé un amendement alternatif (pdf) donnant la tâche de rapporter les preuves de génocide à une « commission responsable ».

Toutefois, les députés ont fait valoir que les comités restreints ont déjà le pouvoir de le faire et l’ont déjà fait, et le gouvernement n’a pris aucune mesure.

« Une commission restreinte peut, si elle le souhaite, produire un rapport de génocide, comme elle le peut maintenant. Mais cela n’a pas de sens lorsque le gouvernement a déclaré à plusieurs reprises que le seul moment où il acceptera, utilisera et reconnaîtra le terme de génocide, c’est lorsqu’il aura été discuté, débattu, évalué et qu’une décision aura été prise dans un cadre judiciaire », a déclaré la députée Nusrat Ghani lors d’une conférence de presse virtuelle lorsqu’on lui a demandé pourquoi elle ne pouvait pas accepter l’amendement de compromis du gouvernement.

Sir Iain Duncan Smith, l’un des partisans de l’amendement sur le génocide, a publié sur Twitter une vidéo montrant un montage de responsables gouvernementaux affirmant que la détermination d’un génocide est une affaire judiciaire, dans un effort pour persuader davantage de députés de soutenir l’amendement.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ