Un enfant de 2 ans dans le coma après avoir bu du rhum

Par Suzanne Durand
25 septembre 2019
Mis à jour: 25 septembre 2019

Le bébé de 2 ans présentait un taux de 3 g/l d’alcool dans le sang.

Le 23 septembre dernier, selon Ouest-France, le tribunal correctionnel de Rennes en Ille-et-Vilaine a condamné un beau-père pour maltraitance sur un enfant âgé de 2 ans.

Les faits remontent au 30 août 2015. Le petit garçon avait été hospitalisé en coma éthylique alors qu’il se trouvait sous la surveillance de son beau-père. Il avait bu un verre de rhum. Les médecins lui ont relevé un taux de 3 grammes d’alcool dans le sang.

Hospitalisé pour des brûlures

D’autres épisodes suspects vont venir alourdir le dossier du beau-père. Entre  2014 et 2015, le garçonnet qui avait été hospitalisé pour des coliques, présentait sur son petit corps des ecchymoses et des hématomes.

Puis, en septembre 2015, après plusieurs hospitalisations successives, dont une pour des brûlures, les médecins finissent par signaler que l’enfant est en danger.

D’après le beau-père, le gamin aurait bu le verre d’alcool sans qu’il s’en aperçoive et pour les brûlures, le garçonnet se les serait faites tout seul sous la douche. Des déclarations qui n’avaient pas convaincu les médecins.

Prison avec sursis

La procureur de la République, qui avait requis deux ans de prison avec sursis, a déclaré que « ce n’est pas un psychopathe tortionnaire d’enfants, mais le petit ne s’est pas fait ça tout seul ».

Les faits ont été qualifiés par l’avocate de la défense d’ »accidents domestiques ». Le beau-père a été finalement condamné à quinze mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve.

La famille vit toujours ensemble et s’est même agrandie, avec l’arrivée de deux autres enfants.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ