Un enfant de 8 ans tombe du 9e étage après avoir été battu par ses parents

Par Anastasia Gubin - La Gran Epoca
20 septembre 2019 Mis à jour: 20 septembre 2019

Anton, un petit garçon ukrainien de 8 ans, est tombé d’une fenêtre du neuvième étage et la police a classé l’affaire comme étant un suicide. La tragédie s’est produite dans la ville d’Energodar le 26 août, et quelques jours plus tard, des témoins ont raconté ce qui s’était passé.

Media-TV a interviewé plusieurs voisins de l’immeuble où l’enfant vivait avec ses parents et ils ont dit douter que l’enfant ait pu sauter par la fenêtre de sa propre initiative.

Ce jour-là, vers 22 heures, les résidents ont entendu les parents saouls, hurlant et battant Anton pendant que ce dernier pleurait. Après quelques minutes de silence, ils ont entendu le bruit fort de son corps qui touchait le sol.

Une voisine, Zoia Pershina, a déclaré à Media TV qu’elle avait entendu la mère crier après le garçon alors qu’il allait sortir avec les chiens.

Shanna, de son côté, encore sous le choc de ce qui s’est passé, a raconté qu’elle avait l’impression « qu’ils le frappaient et qu’il pleurait ». Après « environ 5 minutes de silence », elle a entendu « un tap, tap, tap, tap et c’est tout ». Le garçon était mort.

Image d’illustration (Pressmaster/Shutterstock)

Un autre résident, Andrei, a dit avoir vu la famille arriver environ 10 minutes avant la mort de l’enfant. Les parents étaient saouls. Un coup porté au sol l’a averti que l’enfant était tombé.

« Après le bruit, ses parents sont descendus en courant. Les ambulanciers sont arrivés rapidement sur les lieux et l’ont déclaré mort à la suite de la chute. Ils ont déclaré qu’il est mort sur le coup quand sa tête a cogné contre le sol », a-t-il raconté à Media TV.

Les résidents n’arrivent pas à expliquer comment Anton aurait pu sauter tout seul. De plus, il était nu.

« Il ne portait aucun vêtement, absolument aucun », se souvient Zoia. « On pouvait voir que les parents ne se souciaient pas de l’enfant », a-t-elle ajouté plus tard.

L’affaire a bouleversé tout le quartier.

« J’ai de la peine, je suis vraiment triste. Je pense que c’est de la faute des parents. C’est évident », a accusé Maria.

L’enfant étudiait à l’école NSC № 5. Les enseignants ont indiqué à la télévision qu’ils soupçonnaient que l’enfant avait des problèmes familiaux. Il était si mauvais à l’école qu’il avait raté son année scolaire et avait été forcé de redoubler.

Après la mort d’Anton, une affaire criminelle a été ouverte en vertu de la première partie de l’article 115, qui correspond à des affaires d’homicide selon le Code pénal ukrainien, mais a été classée comme un « suicide ».

Les parents font également l’objet d’une enquête en vertu de l’article 166 du Code pénal ukrainien pour manquement malicieux dans l’accomplissement de leurs tâches de s’occuper de leur enfant.

RECOMMANDÉ