Un enseignant chinois perd sa licence pour avoir remis en question les chiffres officiels sur le coronavirus

Par Eva Fu
5 mars 2020
Mis à jour: 5 mars 2020

Un enseignant chinois du primaire a passé 10 jours en détention et a vu retirée sa licence d’enseignement pour avoir propagé des « remarques inappropriées » liées à l’épidémie du coronavirus.

Song Junhong, 48 ans, est professeur d’école primaire à Wudang, un district de la province méridionale du Guizhou.

Le 3 février, il a écrit sur un groupe de discussion WeChat, l’une des plus grandes plateformes chinoises de médias sociaux, affirmant qu’il ne pouvait pas se fier aux nombres de décès causés par le coronavirus signalés par les autorités chinoises.

Les pompes funèbres de Wuhan, l’épicentre de l’épidémie, fonctionnent 24 heures sur 24 sans interruption pour incinérer les corps, a-t-il écrit dans un message, ajoutant : « Je n’ose pas imaginer le nombre de morts. »

Dans un autre message, il accuse les autorités de sous-estimer le nombre de décès.

« Le nombre de morts déclaré est tout à fait faux. Chaque jour, environ 500 personnes meurent dans la seule ville de Wuhan, sans parler de l’ensemble du pays », a-t-il écrit.

Il a rapidement supprimé ses remarques.

Vers 23 heures ce jour-là, la police locale est arrivée à sa porte et l’a emmené au poste de police pour l’interroger, a déclaré M. Song dans une interview téléphonique accordée le 2 mars à l’édition chinoise du journal Epoch Times. La police lui a montré une capture d’écran de ses messages prise par une autre personne du groupe de discussion, et l’a accusé de répandre des rumeurs.

Il a ensuite été condamné à 10 jours de détention administrative pour « fabrication de faits visant à perturber l’ordre public », selon un document fourni par la police lors de la libération de M. Song.

Avis de libération de M. Song, détenu à Guizhou, en Chine, le 14 février 2020. (Fourni par Song Junhong)

Trois jours après sa libération, M. Song a raconté avoir appris que le bureau local de l’éducation l’avait convoqué à un entretien sur ses agissements, au cours duquel ils ont décidé de lui retirer sa licence d’enseignant. Il est considéré désormais comme un travailleur logistique plutôt que comme un employé technique professionnel, ce qui réduira son salaire de 60 000 yuans (7740 €), selon M. Song.

Il a également été critiqué publiquement dans le district de Wudang et on lui a annoncé qu’il serait disqualifié de l’évaluation professionnelle de cette année. Un certain nombre de fonctionnaires, dont le chef du Parti communiste chinois au bureau de l’éducation et le directeur de l’école, ont fait des autocritiques ou ont été réprimandés à cause de ses messages, selon une capture d’écran du discours d’ouverture de la réunion fournie à Epoch Times.

Notes clés de la réunion du comité du parti du bureau de l’éducation sur les remarques de M. Song, à Guizhou, en Chine, le 7 février 2020. (Fourni par Song Junhong)

Epoch Times a discuté avec M. Song par téléphone le 2 mars, mais l’interview a été interrompue à la suite d’un avertissement de la police.

« Un avis de la police vient d’arriver. Ils ne veulent pas que je sois interviewé », a-t-il déclaré avant de mettre fin à l’appel.

Censure

Les autorités chinoises et les médias d’État ont mis en garde à plusieurs reprises les citoyens contre la propagation de « rumeurs » liées à l’épidémie.

L’article 291 du droit pénal chinois stipule que les personnes qui diffusent de « fausses informations » sur les catastrophes et les épidémies sur Internet ou sur les médias sociaux sont passibles d’une peine de prison pouvant aller jusqu’à sept ans.

Le 1er mars, une nouvelle réglementation provenant du bureau de l’administration du Cyberespace, le bureau principal du régime pour la censure d’Internet, est entrée en vigueur, interdisant aux internautes de diffuser tout ce qui pourrait « mettre en danger la sécurité nationale, divulguer des secrets nationaux, compromettre le pouvoir de l’État et saboter l’unité nationale ».

Il a également appelé les producteurs de contenu internet à résister de manière proactive aux « commentaires inappropriés sur les catastrophes, y compris les catastrophes naturelles et les accidents majeurs », ainsi qu’à « tout autre contenu pouvant avoir un impact négatif sur l’écosystème internet ».

Ces mesures s’inscrivent dans le cadre du renforcement du contrôle des informations partagées sur le coronavirus, dans le but de donner l’impression que l’épidémie est sous contrôle.

Li Wenliang, l’un des premiers médecins du pays à avoir tiré la sonnette d’alarme sur l’épidémie, a été convoqué en janvier par la police locale et a dû signer une déclaration d’avertissement. Il est mort du virus à l’âge de 33 ans. Au moins trois journalistes citoyens, Fang Bin, Chen Qiushi et Li Zehua, ont disparu à Wuhan après avoir partagé sur les médias sociaux chinois des vidéos de première main en ligne documentant la crise.

« Il devrait y avoir plus d’une voix dans une société saine », a déclaré M. Li aux médias chinois depuis son lit d’hôpital peu avant sa mort en février.

Le 15 février, la province de Hubei, dont la capitale est Wuhan, a engagé au moins 1 600 agents de censure pour effacer les informations « sensibles » d’Internet, en travaillant 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

Les défenseurs chinois des droits de l’homme à but non lucratif basés à Washington ont documenté 254 cas d’arrestations au cours de la semaine du 22 et 28 janvier, dans lesquels des citoyens chinois ont été punis sous forme d’amendes, d’avertissements verbaux, d’aveux forcés ou d' »éducation » forcée pour avoir propagé des rumeurs en ligne sur le coronavirus.

Les conducteurs de train sont présents lorsque le train s’arrête à la gare de Wuhan le 4 mars 2020. (Noel Celis/AFP via Getty Images)

Réduction du nombre de cas signalés

Epoch Times a déjà révélé que les autorités ont sous-estimé le nombre d’infections et de décès par le coronavirus dans plusieurs régions.

Un document qui a fait l’objet d’une fuite a montré que les autorités de la province orientale du Shandong ont, du 9 au 23 février, sous-estimé le nombre d’infections de 1,36 fois à 52 fois.

Début février, un haut fonctionnaire d’un grand crématorium de Wuhan a décrit une augmentation spectaculaire de la quantité quotidienne de crémations depuis le 22 janvier.

Le 3 février, le jour même où M. Song a été arrêté, le funérarium a reçu près de 127 corps, a déclaré le fonctionnaire au journal Epoch Times. Il a affirmé que ce nombre est cinq fois supérieur à leur charge de travail normale.

Dans le funérarium Caidian, un autre funérarium de Wuhan, 90 % des travailleurs travaillent 24 heures sur 24 depuis le 28 janvier, a déclaré un employé lors d’une interview le 4 février. Ce travailleur, identifié comme Yun, a expliqué que le personnel a besoin d’au moins 100 sacs mortuaires par jour. En raison de cette forte pression, les employés ne peuvent s’asseoir sur leur chaise et faire la sieste que quand ils peuvent réussir à le faire.

« Toutes les chambres de crémation de Wuhan fonctionnent 24 heures sur 24 », a déclaré M. Yun.

RECOMMANDÉ