Un enseignant dévoué travaille la veille de sa mort, sa fille plaide pour les aider à fixer des limites

Par Louise Bevan
25 décembre 2020
Mis à jour: 25 décembre 2020

Les enseignants changent des vies. Cependant, après avoir vu son père, un enseignant dévoué, corriger des copies de son lit d’hôpital avant son décès, une fille en deuil a lancé un appel à d’autres familles pour qu’elles aident leurs proches dans la même profession à fixer des limites.

« Voici mon père Alejandro Navarro qui, la veille de son décès, s’inquiétait de finaliser des notes pour les rapports de progrès », a publié Sandra A. Venegas sur Facebook le 17 décembre, avec une photo de son père malade dans son lit d’hôpital. « Il savait qu’il allait aux urgences, alors il a préparé son ordinateur portable et son chargeur pour pouvoir les apporter. »

Les médecins allaient et venaient faisant des examens et demandaient à son père ce qu’ils devaient faire si son cœur s’arrêtait de battre. « Il répondait à leurs questions et reprenait ses corrections », a-t-elle dit.

(Avec l’aimable autorisation de Sandra A. Venegas)

Mme Venegas est une mère de deux enfants qui a passé chez son père, pour la dernière fois, trois jours avant sa mort. En le regardant travailler, elle a souhaité par la suite « éteindre son ordinateur portable » pour que les deux puissent profiter de la compagnie l’un de l’autre.

M. Navarro est décédé à l’hôpital d’une maladie non liée à la COVID.

Selon Hype, Mme Venegas est elle-même une enseignante dans le district scolaire indépendant de San Felipe Del Rio, au Texas. Selon elle, la pandémie a rendu le travail des enseignants plus exigeant que jamais.

« Les enseignants font tellement d’heures supplémentaires, des heures dont beaucoup ne se rendent pas compte », a-t-elle écrit sur Facebook. « Même pendant une pandémie, même pendant une crise sanitaire, les enseignants s’inquiètent d’accomplir leurs tâches. »

Mme Venegas a également profité de l’occasion pour implorer avec gentillesse les étudiants, les conjoints et les enfants des enseignants de « les aider à fixer des limites » et leur demande avec gentillesse de ne pas les autoriser à travailler une fois qu’ils sont rentrés chez eux.

De plus, afin d’aider les enseignants à normaliser leurs heures de travail et à gérer leur temps efficacement, elle a conseillé : « Vous êtes remplaçables au travail. Vous n’êtes PAS remplaçables à la maison », tout en ajoutant qu’il ne fallait pas les obliger à se coucher tard.

Mme Venegas a terminé en écrivant qu’elle aime beaucoup son père et qu’il lui manque.

(Avec l’aimable autorisation de Sandra A. Venegas)

Le post de la fille en deuil a trouvé un écho auprès des internautes et a suscité plus de 186 000 réactions. De nombreux utilisateurs de médias sociaux se sont rendus dans la section « Commentaires » pour présenter leurs condoléances, tandis que d’autres enseignants ont partagé leur propre expérience de longues heures de travail.

« J’ai dû arrêter de travailler, car cela avait un impact sur ma santé de travailler de longues heures et même le samedi », a écrit l’un d’entre eux. « Je travaillais avec 381 élèves par semaine et je me tuais lentement ainsi que la relation avec ma famille. Nous pouvons être remplacés, mais nous sommes irremplaçables pour nos familles. »

Focus sur la Chine – Vaccination en Chine avec 100 millions de doses locales et 100 millions venant d’Allemagne

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ