Un entrepreneur du Nigeria rend disponibles des classes virtuelles et permet à plus de 900 enfants de poursuivre leur apprentissage

Par Louise Bevan
16 octobre 2020
Mis à jour: 16 octobre 2020

Un entrepreneur social nigérian a trouvé une solution novatrice pour pallier les fermetures d’écoles dans le contexte de la pandémie. Il a rendu les cours accessibles à des centaines d’élèves défavorisés, grâce à un tout nouveau programme d’apprentissage virtuel.

Otto Orondaam est le fondateur du programme Slum2School Africa, géré par des bénévoles, et a jusqu’ici connecté 948 étudiants à son programme d’apprentissage à distance. Il vise loin, en espérant en atteindre 10 000 étudiants.

(Avec l’aimable autorisation d’Otto Orondaam et de Slum2School Africa)

« Il y a environ trois mois, nous avons constaté que des milliers de nos enfants dans les écoles secondaires et primaires des bidonvilles et des communautés mal desservies n’apprenaient plus », a déclaré M. Orondaam au Technext du Nigeria en juillet, « et que beaucoup subissaient de mauvais traitements de toutes sortes. »

Il a qualifié le lancement de la première classe d’apprentissage virtuel de Slum2School de « décision très audacieuse », et estime que c’est aussi le cas de ses démarches pour arriver à fournir des tablettes et ordinateurs portatifs à des milliers d’élèves. Pourtant, M. Orondaam a eu du succès. Depuis l’été, son programme touche des communautés isolées dans toute l’Afrique.

(Avec l’aimable autorisation d’Otto Orondaam et de Slum2School Africa)

L’entrepreneur s’est rendu sur Facebook le 14 juillet pour annoncer ses premières recrues, en publiant : « Rien n’est impossible quand on travaille ensemble. »

Le studio et la classe d’apprentissage virtuel de Slum2School invite tous les élèves participants à se connecter en même temps pour participer à des sessions de classe en direct avec leurs pairs, les enseignants et les formateurs. La plateforme est plus intime que l’apprentissage solitaire à distance, admet M. Orondaam, cela peut faciliter l’apprentissage mixte et hybride, et le tout est abordable.

(Avec l’aimable autorisation de Otto Orondaam et Slum2School Africa)
(Avec l’aimable autorisation de Otto Orondaam et Slum2School Africa)

La solution novatrice de M. Orondaam pour pallier à la fermeture généralisée des écoles est née presque au même moment où le ministre nigérian de l’Éducation, Adamu Adamu, a annoncé que les écoles secondaires sous le contrôle du gouvernement fédéral ne rouvriraient pas pour les examens du West African Senior School Certificate (WAEC).

Tolu Ogunlesi, le principal assistant du président, a relayé l’annonce via un fil de tweets le 8 juillet, en publiant notamment : « La WAEC devrait suspendre les examens et exhorte les gouvernements des États à suivre la ligne du gouvernement fédéral. »

(Avec l’aimable autorisation d’Otto Orondaam et de Slum2School Africa)

Alors que les ordres de fermeture d’écoles ont été respectés dans tout le pays, les répercussions sur les élèves ont été multiples. Peu après le lancement de la classe virtuelle de Slum2School, l’élève Kannou Robert a partagé son témoignage.

« J’ai essayé d’apprendre par moi-même, mais je me sentais seul et isolé », explique le jeune Kannou Robert. « J’étais vraiment enthousiaste lorsque certains de nos mentors à l’école de Slum2School nous ont envoyé des denrées alimentaires et nous ont informés que même si les écoles étaient fermées, nous allions pouvoir apprendre. »

(Avec l’aimable autorisation d’Otto Orondaam et de Slum2School Africa)

« Cela m’a rendu heureux », a-t-il poursuivi. « On nous a donné des ordinateurs portables et des tablettes électroniques, des casques, et on nous a fourni les outils nécessaires pour continuer à apprendre numériquement. »

Robert reste toutefois préoccupé par le fait que nombre de ses pairs aient perdu l’espoir de poursuivre leur éducation. La continuité du programme de M. Orondaam repose sur des dons, mais l’entrepreneur estime que la cause est d’une importance indéniable.

(Avec l’aimable autorisation d’Otto Orondaam et de Slum2School Africa)

« À Slum2School, nous pensons que l’avenir de l’éducation est numérique », a expliqué M. Orondaam à Technext, « et chaque enfant mérite d’avoir accès aux meilleurs outils éducatifs pour apprendre et réussir au XXIe siècle, quel que soit son milieu social et économique. »

Le 5 octobre, M. Orondaam a été nommé parmi les 100 personnes les plus influentes d’ascendance africaine (MIPAD) pour son travail humanitaire, et a été nommé pour prononcer le discours de la classe de 2020 aux côtés de Dahlia Ducreay du Commonwealth de la Dominique.

(Avec l’aimable autorisation d’Otto Orondaam et de Slum2School Africa)

Regardez la vidéo :

(Avec l’aimable autorisation d’Otto Orondaam et de Slum2School Africa)

FOCUS SUR LA CHINE – ETAC : lutter contre le prélèvement forcé d’organes

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ