Un footballeur turc avoue avoir tué son fils de 5 ans probablement atteint du coronavirus

Par Emmanuelle Bourdy
14 mai 2020
Mis à jour: 14 mai 2020

Des aveux qui font froid dans le dos…

Cevher Toktas, un joueur turc du club de Bursa Yildirim Spor, a avoué avoir tué son fils, Kasim, âgé de 5 ans, ainsi que le relate Le Parisien. L’enfant avait été admis à l’hôpital car il présentait des difficultés respiratoires, une forte fièvre et une toux, indiquant qu’il était sans doute atteint du coronavirus.

Cevher Toktas, qui s’est trouvé placé en quarantaine à l’hôpital avec son enfant, aurait fait une crise de nerfs, et c’est à ce moment-là que le drame se serait produit. « J’ai appuyé un oreiller sur le visage de mon fils alors qu’il était allongé sur le dos. J’ai appuyé avec l’oreiller pendant quinze minutes. Mon fils se débattait », a-t-il déclaré à la police onze jours après le décès de l’enfant, selon l’Agence Demirören.

Il a poursuivi : « Après qu’il a cessé de bouger, j’ai levé l’oreiller. Ensuite j’ai crié pour que les médecins m’aident à dissiper tout soupçon. » L’enfant a immédiatement été transféré dans le service des soins intensifs, mais en vain, car il est mort quelques heures plus tard.

Il a conclu son récit en avouant de manière brutale : « Je n’ai jamais aimé mon fils cadet. Je ne sais pas pourquoi, je ne l’aime pas. La seule raison pour laquelle je l’ai tué ce jour-là, c’est parce que je ne l’aimais pas. Je n’ai aucun problème mental. »

CORONAVIRUS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

C’est parce que la culpabilité éprouvée par Cevher Toktas était trop pesante qu’il à avoué son horrible crime à la police. De ce fait, les autorités ont demandé à exhumer le corps de l’enfant afin de réaliser une autopsie. Cevher Toktas risque la réclusion à perpétuité.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques, car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

RECOMMANDÉ