Un gardien d’éléphants depuis 11 ans partage son amour pour ces animaux

Par Louise Bevan
23 juillet 2020
Mis à jour: 23 juillet 2020

La relation entre un éléphant et son fournisseur de soins peut faire toute la différence entre sa survie et son épanouissement.

Babu Lal, du centre de conservation et de soins SOS Eléphants à Mathura, une ville du nord de l’Inde, possède 11 ans d’expérience dans le travail avec les éléphants. Il sait de première main ce qu’il faut faire pour donner aux éléphants sauvés l’amour qu’ils méritent et les soins dont ils ont besoin pour s’épanouir.

Wildlife SOS a partagé avec Epoch Times par e-mail l’histoire de Babu Lal, qui vient du petit village de Haryana, dans le nord de l’Inde, dans l’Uttar Pradesh, et comment il a consacré sa vie au soin des animaux.

Babu Lal, soignant d’éléphants, au centre de conservation et de soins des éléphants SOS faune sauvage à Mathura, dans le nord de l’Inde (avec l’aimable autorisation de SOS faune sauvage)

« J’ai entendu parler de Wildlife SOS le jour où ils ont sauvé le Champa, une éléphante dont je m’étais occupé », explique Babu Lal. « Elle était le premier éléphant du Centre de conservation et de soins des éléphants. Quand elle a été sauvée, Wildlife SOS m’a offert un emploi. »

Babu Lal a accepté de bon coeur le poste. « Je voulais rester près de mon éléphante et prendre soin d’elle dans cette nouvelle vie », a-t-il expliqué.

Babu Lal avec Suzy (G) et Asha (D). (Avec l’aimable autorisation de Wildlife SOS)

Wildlife SOS, dans le cadre de ses efforts pour améliorer la vie des éléphants en captivité à travers l’Inde, offre habituellement à l’ancien gardien de chaque éléphant sauvé la possibilité de travailler pour lui, tout en lui apprenant le respect, les soins et les principes du bien-être animal.

Le Centre de conservation et de soins des éléphants utilise des méthodes de formation basées sur le renforcement positif pour aider les éléphants et leurs gardiens à établir une confiance mutuelle. Tous deux ont la possibilité de poursuivre leur relation d’aide dans de meilleures conditions.

« J’ai passé 11 ans avec Wildlife SOS, et je suis maintenant entré dans ma 12e année », a déclaré Babu Lal. « Ce fut une expérience enrichissante […] Même si j’utilisais des techniques plus traditionnelles pour gérer les éléphants dans mon précédent emploi, mon passage à Wildlife SOS m’a permis d’acquérir une perspective plus large. »

Babu Lal avec Suzy (G) et Asha (D). (Avec l’aimable autorisation de Wildlife SOS)

Décrivant une journée typique de sa vie, Babu Lal, qui s’occupe actuellement de deux éléphants résidents, à savoir Asha et Suzy, a expliqué que sa journée commence à 4 heures du matin.

« Je me réveille et je vais voir Asha et Suzy, et je les aide à nettoyer leurs enclos », dit-il. « Quand elles reviennent de leur promenade vers 9 heures, je leur donne leur fourrage et leurs fruits. »

Suzy, qui est l’un des éléphants les plus âgés sous leur aile, ayant perdu ses dents, apprécie les smoothies à la pastèque et le fourrage finement haché, qui est plus facile à manger pour elle.

« Après leur repas, c’est l’heure de l’entraînement des cibles d’Asha, puis celle du bain pour les deux éléphants », poursuit Babu Lal. « Les vétérinaires viennent ensuite pour les traitements d’Asha et de Suzy, et je les assiste dans cette tâche. »

Le soignant se repose ensuite pendant une heure avant de préparer le deuxième repas de ses éléphants et de nettoyer une nouvelle fois leurs enclos. Asha et Suzy font ensuite une nouvelle promenade du soir jusqu’à 17 heures. Enfin, Babu Lal remplit leurs mangeoires, puis fait ses adieux à ses deux protégées pour la nuit.

(Avec l’aimable autorisation de Wildlife SOS)

Expliquant plus en détail le comportement d’Asha et de Suzy, Babu Lal a déclaré que les deux éléphantes sont « très douces et calmes », ajoutant qu’Asha est timide et adore dormir dans l’étang. « Je continue d’espérer qu’elle s’amuse, mais dès qu’elle entre dans l’étang, elle s’assoupit », s’est-il réjoui.

Suzy est complètement aveugle et n’a plus de dents. « Lorsque je lui donne du fourrage vert finement haché, elle le frotte contre ses pieds à plusieurs reprises pour le décomposer davantage avant de le manger », a décrit son soignant.

En réfléchissant à sa carrière de plus de dix ans, l’homme dévoué a dit qu’il aime tout en ce qui concerne son travail.

Il a ajouté : « Mais ce que j’aimerai et chérirai toujours le plus, c’est mon parcours pour prendre soin de tous ces éléphants. Quand je les calme pendant leur traitement », a-t-il dit, « quand ils lèvent leur trompe chaque fois qu’ils sentent que je suis là, je me sens très aimé ! »

Le dévouement de Babu Lal envers ses éléphants et le travail continu de Wildlife SOS serait presque impossible sans le soutien du grand public ; l’association de protection de la nature dépend entièrement de la générosité de ses donateurs.

« Je voudrais remercier toutes les personnes qui soutiennent nos éléphants en ces temps difficiles et je demande à chacun de faire tout ce qu’il peut pour que nos centres puissent survivre », a imploré Babu Lal.

Le rêve de Wildlife SOS est que les humains et les animaux sauvages coexistent pacifiquement et respectueusement dans leur paysage commun. L’amour, le dévouement et le travail acharné de Babu Lal contribuent à illustrer ce rêve.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ