Un grand-père et son petit-fils trisomique qui partagent un « anniversaire de coeur » montrent des cicatrices correspondantes

Par Louise Bevan
21 décembre 2020
Mis à jour: 21 décembre 2020

Un grand-père et son petit-fils, originaires de Santa Rosa en Californie du Nord, partagent non seulement un lien indéfectible, mais aussi des cicatrices identiques dues à des opérations cardiaques qu’ils ont subies le même jour, à huit ans d’intervalle.

Après que le lien spécial entre le grand-père Jim Simpson et son petit-fils James O’Leary a été capturé dans une série de photos touchantes, la mère de James et fille de Jim, Larkin O’Leary, a souhaité partager l’histoire de leur « anniversaire de coeur » avec le monde pour inspirer l’espoir aux autres.

(Avec l’aimable autorisation de Lindsey Tatum Photography)

Jim a été opéré du cœur le 30 juin 2008, tandis que James a été opéré du cœur le 30 juin 2014. « Il fut un temps où je ne savais pas si mon père ou mon fils vivraient », a déclaré Larkin au journal Epoch Times par e-mail.

Le bébé James est né le 17 mars 2014 et a été le « miracle de la Saint-Patrick » pour ses parents. James était soupçonné d’être atteint de trisomie 21 à la naissance, un diagnostic qui a été éclipsé, pour Larkin, par la nouvelle d’une grave malformation cardiaque.

« Il n’avait poussé qu’un seul cri, puis s’était arrêté, alors ils l’ont emmené d’urgence à l’unité de soins intensifs néonatals et mon mari a suivi », se souvient-elle. La première fois que la nouvelle maman a vu son fils, c’était sur l’écran d’un iPhone.

(Avec l’aimable autorisation de Lindsey Tatum Photography)

On a découvert plus tard que James avait un problème cardiaque et avait besoin d’un transfert immédiat à San Francisco. Le couple a pu ramener leur « bébé au cœur brisé » à la maison huit jours plus tard.

James a ensuite dû prendre du poids pour subir une opération à cœur ouvert à l’âge de 6 mois, car il souffrait d’une anomalie du canal artrioventriculaire. Cependant, il a dû se faire opérer deux mois et demi plus tôt que prévu.  « Pendant la convalescence, nous avons failli le perdre », a déclaré Larkin.

Depuis, James a subi 28 autres opérations et a passé des centaines de jours à l’hôpital, mais on ne l’imaginerait jamais, confie sa mère, à en juger par le sourire sur son visage.

(Avec l’aimable autorisation de Common Ground Society)

Le père de Larkin, Jim, subissait quant à lui une intervention pour fibrillation auriculaire en 2008. En raison d’une complication en cours d’intervention, Jim a dû subir une opération à cœur ouvert en urgence, mais l’homme, alors âgé de 63 ans, s’en est sorti.

La séance de photos de leur anniversaire de coeur était l’idée de Larkin ; les photos ont été prises par la photographe Lindsey Tatum, qui a rencontré James pour la première fois alors qu’il n’avait que quelques semaines. « Ce fut un honneur de capturer ces moments spéciaux de sa vie », a déclaré Lindsey à Good Morning America.

L’amour de Jim et James l’un pour l’autre, a déclaré le photographe, est « palpable ».

(Avec l’aimable autorisation de Lindsey Tatum Photography)

Pour Larkin, les photos représentent la survie et la force. « La capture des turbulences du commencement d’une vie que nous avons maintenant », dit-elle. « Mon fils et mon père m’ont appris à quel point la vie est précieuse. »

Pour Jim, ces photos sont réconfortantes. « J’adore regarder celles que nous avons sur les murs et les étagères », a-t-il déclaré à Epoch Times. « Elles signifient tellement pour moi, le beau lien que nous avons. »

Larkin espère que l’histoire de l’ « anniversaire de coeur » de Jim et James aidera les autres, en citant Brene Brown : « Un jour, vous raconterez  comment vous avez surmonté ce que vous avez vécu, et cela constituera un guide de survie pour quelqu’un d’autre. »

Afin de soutenir et défendre les intérêts d’autres enfants handicapés et leurs familles, Larkin a également créé une association à but non lucratif : Common Ground Society.

« Alors que nous étions en pleine hospitalisation de 40 jours, j’ai craqué. J’ai perdu l’espoir », se souvient Larkin. « J’ai trouvé quelques mères qui vivaient les mêmes choses que nous. […] Elles écoutaient sans jugement. »

La mission de la Common Ground Society, a déclaré Larkin, est de mettre le monde au défi d’être inclusif et gentil. L’association a organisé des présentations pour près de 16 000 étudiants, et des centaines de membres de collèges et de communautés, à ce jour ; Larkin dit qu’ils « commencent à peine ».

Aujourd’hui, le lien entre Jim et James est plus fort que jamais. James grandit rapidement et, avec sa soeur, il est la lumière de la vie des O’Leary.

(Avec l’aimable autorisation de Common Ground Society)

« Nous leur sommes reconnaissants chaque jour », a déclaré Larkin, ajoutant que son plus grand souhait est de faire savoir aux autres que l’espoir existe. « Même si c’est une lumière faible au bout d’un très long tunnel », a-t-elle dit. « Elle est là. »

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ