Un groupe de défense des droits de l’homme affirme que des entreprises publiques chinoises fournissent des armes à l’armée birmane

Des milliers de personnes protestent contre le soutien de Pékin au coup d'État
Par Alex Wu
23 février 2021
Mis à jour: 23 février 2021

Un groupe de défense des droits de l’homme a récemment accusé les entreprises publiques chinoises d’être le plus grand fournisseur d’armes de l’armée birmane. Pendant ce temps, des milliers de citoyens birmans ont récemment protesté contre le coup d’État et pensent que Pékin est derrière tout cela, bien que l’ambassade chinoise n’ait cessé de nier cette affirmation.

Citant les recherches du groupe de défense « Justice pour le Myanmar », Radio Free Asia (RFA) a indiqué que les cinq plus gros fournisseurs d’armes et d’équipements militaires à l’armée birmane sont le China North Industries Group (NORINCO), l’Aviation Industry Corp. of China (AVIC), le China Aerospace Science and Technology Corp. (CASC), la China Aerospace Science & Industry Corp. (CASIC), et la China National Aero-Technology Import & Export Corporation (CATIC).

Plus d’une douzaine d’autres fournisseurs ont été financés par la Chine ou Hong Kong. Un porte-parole de Justice For Myanmar a déclaré que les armes fournies par NORINCO au Tatmadaw (le nom officiel des forces armées birmanes) étaient utilisées sur des civils non armés lors des manifestations de masse qui ont suivi le coup d’État militaire du 31 janvier, selon le rapport de RFA.

L’armée a déclaré qu’elle avait mené ce coup d’État en raison d’une fraude électorale présumée lors des élections fédérales de novembre dernier. Le parti politique d’Aung San Suu Kyi, la Ligue nationale pour la démocratie, avait remporté une victoire écrasante. L’armée a placé le chef de l’armée birmane Min Aung Hlaing, 64 ans, à la tête du pays.

Zhang Shengqi, président de la Myanmar-Burma Assistance Association, a déclaré à RFA que c’est un secret de polichinelle que des entreprises chinoises vendent des armes à l’armée birmane depuis longtemps.

Zhang a déclaré : « Il y a dix ans, le gouvernement chinois a déplacé sa ligne de défense de sécurité de la province du Yunnan vers le sud et vers le nord du Myanmar. […] Il considère l’ensemble du Myanmar comme une zone de sécurité. »

Il pense que le régime chinois n’est pas prêt à voir que « le Myanmar s’est rapproché des États-Unis [sous un gouvernement démocratiquement élu] », selon RFA.

Bien que Pékin n’ait pas explicitement montré son soutien au coup d’État militaire, le peuple birman pense que le régime communiste chinois est derrière tout cela et même directement impliqué.

Des milliers de manifestants se sont rassemblés devant l’ambassade de Chine à Yangon, la plus grande ville de Birmanie, le 17 février, brandissant des banderoles et des affiches accusant Pékin et se moquant du dirigeant chinois Xi Jinping, selon les médias occidentaux. Une photo de Reuters montre un groupe de manifestants brandissant des affiches montrant Xi représenté comme un marionnettiste et manipulant le chef de l’armée Min Aung Hlaing. Les mots sur les affiches disaient : « S’il vous plaît, arrêtez d’aider l’armée ! »

Un soldat (C) porte un fusil de sniper lors d’une manifestation contre le coup d’État militaire où les forces de sécurité ont tiré sur des manifestants à Mandalay le 20 février 2021. (STR/AFP via Getty Images)

Depuis le coup d’État, le mécontentement du peuple birman à l’égard du régime chinois s’est aggravé, selon les médias chinois. Des rumeurs ont commencé à circuler sur les réseaux sociaux concernant l’aide apportée par la Chine à l’armée, notamment des allégations selon lesquelles des avions chinois auraient transporté des techniciens en Birmanie, la Chine aurait aidé la Birmanie à construire un pare-feu Internet et des soldats chinois seraient apparus dans les rues de Birmanie.

Le 10 février, l’ambassade de Chine en Birmanie a publié une déclaration sur Facebook, affirmant que les nombreux avions que la Chine a récemment envoyés en Birmanie ne transportaient pas de personnel technique, mais des marchandises d’importation et d’exportation telles que des fruits de mer. Cependant, le peuple birman n’a pas été convaincu et la déclaration est devenue une cible de moquerie. Certains ont interprété les « fruits de mer » comme un acronyme pour « Software Engineering Approach for Offshore and Outsourced Development » (l’acronyme Seafood signifiant fruits de mer) (« Approche du génie logiciel pour le développement offshore et externalisé »), a rapporté RFA.

Le 15 février, l’ambassadeur chinois en Birmanie a dû à nouveau démentir officiellement ces affirmations dans une interview aux médias nationaux birmans.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ