Un groupe de femmes poursuit le maire de New York pour avoir empêché leur murale de rue, alors qu’il en a permis une au mouvement Black Lives Matter

Par Michael Wing
27 juillet 2020
Mis à jour: 27 juillet 2020

Une organisation conservatrice de femmes a intenté un procès contre le maire de New York, Bill de Blasio, pour ne pas les avoir autorisées à peindre une fresque de rue « autonomisante » sur une rue de Manhattan, tout en permettant au mouvement Black Lives Matter d’avoir la sienne devant la Trump Tower sur la 5e avenue.

L’Association Women for America First, basée en Virginie, affirme que le maire et le ministère des Transports violent leur droit à la liberté d’expression en vertu du premier amendement de la Constitution des États-Unis en étant sélectifs quant aux messages autorisés.

Le groupe souhaite afficher : « Que les femmes s’engagent, s’inspirent et s’autonomisent pour faire la différence ! »

La plainte a été déposée devant la Cour fédérale de Manhattan jeudi dernier.

Une nouvelle peinture murale affichant le message « Black Lives Matter » orne la Cinquième Avenue à l’extérieur de la Trump Tower le 10 juillet 2020 à New York. (ANGELA WEISS/AFP via Getty Images)

Ils ont fait référence au maire comme choisissant les messages autorisés à être peints en fonction de sa préférence « politique », et le fait de mettre « Black Lives Matter » devant la Trump Tower était un acte politique clair destiné à « améliorer ses perspectives d’avenir en tant que candidat démocrate ».

« Sur la base d’informations et de convictions, la conduite de de Blasio telle qu’elle est alléguée dans le présent document est conçue comme un geste politique envers le mouvement BLM et ceux qui lui sont sympathiques, qui a été fait afin d’améliorer ses perspectives d’avenir en tant que candidat démocrate à un poste ou à une nomination et en ralliant le soutien du BLM aux démocrates, y compris lors de l’élection présidentielle de 2020 », a écrit l’avocat Ronald Coleman, représentant de Women for America First, dans le procès.

Après avoir envoyé leur demande par lettre, on leur a fait croire qu’il n’existait aucun processus de candidature pour peindre une fresque murale ou un message politique à New York.

Elles affirment avoir découvert plus tard, grâce à un article du New York Post, que ce n’était pas le cas ; que selon un porte-parole de la Ville, il existe un processus pour le faire, mais qu’elles ne savent tout simplement pas de quoi il s’agit.

Le maire de New York, Bill de Blasio, sa femme Chirlane McCray et le révérend Al Sharpton participent à la réalisation d’une peinture murale de Black Lives Matter sur la Cinquième Avenue, juste en face de la tour Trump, le 9 juillet 2020 à New York. (David Dee Delgado/Getty Images)

Le groupe de femmes poursuivent pour obtenir un permis pour réaliser sa peinture murale ainsi que pour couvrir ses frais juridiques.

Jeudi, M. de Blasio a déclaré que la fresque murale du BLM n’était pas politique. « Je pense que c’est un message sur le respect et la valeur des êtres humains et sur le fait qu’un groupe parmi nous en particulier a été dévalorisé pendant des siècles », a déclaré le maire. « Et cela ne peut plus durer. Je pense que cela transcende toute notion de politique. »

Un juge à la retraite de la division d’appel du premier département a affirmé que le fait que le maire ait autorisé la réalisation de la fresque murale du BLM devant la tour Trump est un « manquement » à sa responsabilité de maire.

« C’est une déclaration politique, et pourquoi tous les autres n’auraient-ils pas le droit de faire la même chose ? » a déclaré l’ancien juge new-yorkais David Saxe. « Il ne me semble pas que la fonction d’un maire soit de commencer à écrire sur la voie publique des slogans qui expriment des sentiments politiques. Cela montre un manque de responsabilité au plus haut niveau en termes de gestion de notre ville. »

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ