Un groupe de journalistes demande à la Chine de libérer les 11 personnes qui ont fourni à Epoch Times des photos de la pandémie

Par Eva Fu
30 août 2021
Mis à jour: 30 août 2021

Un groupe de défense des journalistes demande la libération de 11 citoyens chinois qui sont détenus depuis qu’ils ont fourni à l’édition en langue chinoise d’Epoch Times des photos donnant un aperçu des premiers jours de la pandémie de Covid-19.

Les 11 personnes sont toutes des pratiquants du Falun Gong, une pratique spirituelle lourdement persécutée par le régime communiste depuis des décennies. Ils sont détenus dans un centre de détention chinois dans l’attente de leur procès depuis plus d’un an, depuis leur arrestation en juillet dernier.

Les autorités de Pékin les ont d’abord accusés d’avoir « utilisé une religion hérétique pour saboter l’application de la loi », une accusation souvent portée contre les pratiquants et les Chinois d’autres confessions, selon leurs avocats. Ce délit est passible d’une peine d’emprisonnement à vie, selon le Parquet populaire suprême, l’organe suprême de poursuite du régime.

Les arrestations ont eu lieu à Pékin le 19 juillet de l’année dernière, un jour avant le 21e anniversaire de la persécution du Falun Gong par le régime.

Outre la croyance spirituelle des détenus, ce qui a suscité la colère des autorités semble être les efforts déployés pour publier des photos et des informations pendant les premiers jours de l’épidémie de Covid-19 et les restrictions de confinement en Chine.

Xie Yanyi, l’un des avocats de la défense impliqués dans cette affaire, a déclaré dans une lettre ouverte du 23 août aux autorités qu’un acte d’accusation datant d’avril accusait les détenus d’avoir « pris des photos et de les avoir téléchargées sur des sites internet étrangers entre février et juin 2020 ». L’acte d’accusation accusait également le groupe d’organiser des rassemblements dans leurs résidences, selon Xie.

Le Comité pour la protection des journalistes, un groupe basé à New York qui défend la liberté de la presse, a déclaré que les 11 personnes avaient été inculpées pour avoir envoyé des documents à Epoch Times, citant une personne connaissant bien le dossier.

« Le régime chinois doit cesser d’empêcher ses citoyens de rapporter les informations et de publier des photographies sur les restrictions imposées pour le Covid-19 », a déclaré Steven Butler, coordinateur du programme Asie du Comité, dans un communiqué publié le 24 août.

Une étudiante passe devant la police et les autorités à son arrivée dans un lycée de Pékin, le 27 avril 2020. (Greg Baker/AFP via Getty Images)

« Les 11 personnes arrêtées pour avoir envoyé des photos et des informations à Epoch Times devraient être libérées de prison immédiatement, avec un abandon de toutes les charges. »

Un porte-parole d’Epoch Times a exprimé son inquiétude quant à la sécurité des pratiquants.

« Nous appelons la communauté internationale à condamner cette violation de la liberté de la presse », a déclaré le porte-parole.

Xu Na, l’une des pratiquantes détenues, est une poétesse et une peintre indépendante âgée d’une cinquantaine d’années. Elle a perdu son mari dans la persécution il y a plus de dix ans, après que tous deux ont été arrêtés pour leur croyance quelques mois avant les Jeux olympiques de Pékin en 2008, selon Minghui, un site internet basé aux États-Unis qui se consacre à la documentation de la campagne du PCC contre le Falun Gong.

Le mari de Xu, un musicien folklorique, a été torturé à mort moins de deux semaines après son arrestation, à l’âge de 42 ans ; Xu n’a pas été autorisé à assister à ses funérailles.

Yu Zhou et Xu Na. (Minghui.org)

Liang Xiaojun, l’un des avocats de Xu, a déjà fait remarquer que plusieurs autres personnes condamnées avaient encore une vingtaine d’années.

« Et tout cela pour avoir simplement capturé les moments les plus courants dans les rues de Pékin pendant la pandémie. Quel genre de pays est-ce là ? » a écrit Liang dans un message sur Twitter en avril.

Un juge a empêché l’autre avocat de Xu, Xie, de la défendre, malgré ses négociations répétées avec eux, ce qu’il a qualifié d’« abus de pouvoir apparent ».

« Ils ont peur que les gens disent la vérité », a déclaré Xie dans une interview accordée le 24 août à Epoch Times.

Il a qualifié les accusations de « concoctées ». Quelles que soient les convictions des détenus, il est « dans les règles de la loi » que des citoyens prennent des photos de l’épidémie dévastatrice et les mettent en ligne, a-t-il ajouté.

Le régime chinois a étroitement contrôlé les informations relatives à la pandémie dans le but de supprimer toute nouvelle qui lui serait défavorable, comme les chiffres exacts du nombre de morts, les effets de ses politiques strictes de confinement et les informations sur le fonctionnement du laboratoire de Wuhan, au centre de la théorie de l’origine du virus de la fuite de laboratoire.

Un policier passe devant des pancartes de défenseurs des droits détenus collées sur la clôture du bureau de liaison chinois, en signe de protestation contre la détention par Pékin de Xu Zhiyong, un éminent militant anticorruption, à Hong Kong, en Chine, le 19 février 2020. (Isaac Lawrence/AFP via Getty Images)

Les citoyens chinois qui ont cherché à relayer des informations non filtrées relatives à la pandémie depuis son apparition dans le centre de la Chine fin 2019 ont fait face à des sanctions.

Li Wenliang, un ophtalmologue de 34 ans de Wuhan, a mis en garde ses pairs médicaux contre des cas « similaires au SRAS » dans une application de médias sociaux en décembre 2019, alors que les autorités qualifiaient la maladie de « pneumonie inconnue ». Il a été réprimandé par la police et est ensuite lui-même décédé du virus.

Le journaliste citoyen Zhang Zhan purge actuellement une peine de quatre ans après avoir fait un reportage sur l’épidémie depuis Wuhan. Son poids est tombé à moins de 40 kg à la suite d’une grève de la faim prolongée en signe de protestation.

« Le gouvernement a la responsabilité de protéger son peuple », a dit Xie. « Si vous, en tant que gouvernement, n’avez pas divulgué suffisamment d’informations pour répondre aux besoins du public, comment pouvez-vous interdire aux citoyens de collecter ces informations et de les partager autour d’eux pour se protéger ? »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ