Un homme a acheté 100 générateurs pour aider les gens aux Bahamas, ils seront livrés par bateau

Par Wire Service Content
6 septembre 2019 Mis à jour: 6 septembre 2019

Un homme est entré dans une Costco, en Floride, et est reparti avec 100 générateurs qu’il enverra aux Bahamas.

Sa quittance indiquait 49 285,70 $ US (44 656 euros) et la plus grande partie de cette somme provenait du paiement de 100 générateurs à 400 euros chacun. Des pois, des haricots, du café, du sel, du poivre et d’autres produits de première nécessité constituaient le reste de son méga achat mercredi à un Costco de Jacksonville, en Floride.

« Tout cela ira à ceux qui sont dans le besoin sur les îles durement touchées du Grand Bahama et d’Abaco », a-t-il dit.

« Une centaine de générateurs et un camion rempli de nourriture et de tronçonneuses partiront par bateau jeudi à Marsh Harbour, aux Bahamas. C’est terrible et je suis sûr que vous avez vu les photos », a dit un agriculteur de Jacksonville à CNN mercredi.

L’homme veut rester incognito. Il a dit qu’il ne voulait pas attirer l’attention et qu’il préférait que les gens se concentrent sur l’aide aux personnes touchées par l’ouragan Dorian aux Bahamas.

« C’est important qu’on s’entraide. C’est mieux que de rester assis là », a-t-il dit. « Tu vois un besoin et tu le combles. »

Le monde entier est au courant de la bonne action de cet homme parce que quelqu’un d’autre achetait aussi un générateur chez Costco, alors qu’il sortait. Il a entendu quelqu’un parler de ce que l’agriculteur venait de faire.

J’ai dû aller le voir et lui dire : « Merci de votre action », a dit Alec Sprague. « Je suis si content de voir quelqu’un faire ça. »

M. Sprague a pris une photo de dos du donneur anonyme et a également partagé une image des générateurs qu’il a achetés.

Acheminer les générateurs, la nourriture et d’autres biens de Jacksonville aux Bahamas sera tout un périple.

Les biens seront transportés par camions à Stuart, en Floride, à environ 400 km au sud. L’agriculteur a dit qu’il avait une installation d’entreposage à cet endroit pour que les articles puissent ensuite être transportés aux Bahamas par bateau.

C’est là qu’un ami de longue date vivant aux Bahamas entre en jeu. Errol Thurston est un capitaine de bateau qui dirige un service de guide touristique à Marsh Harbour, une ville des îles Abaco, aux Bahamas. Les deux hommes sont de bons amis depuis le début des années 2000 lorsqu’ils se sont rencontrés aux Bahamas.

La ville natale de M. Thurston a été dévastée par l’ouragan Dorian, qui a traversé l’île en tempête de catégorie 5 cette semaine.

Il avait quitté l’île pour mettre le bateau d’un client en sécurité en Floride quelques jours avant la tempête. Il est avec sa femme, Mercedes, qui vit et travaille en Floride comme doyenne dans un collège.

M. Thurston a un réseau d’amis et de compagnons de navigation qu’il utilise comme lien pour aider et ramener les provisions aux Bahamas.

« Nous essayons de réserver une place sur un porte-conteneurs qui dessert régulièrement les Abacos et le Grand Bahama », a dit M. Thurston à CNN. « Les gars font tout leur possible pour nous faire entrer dans un créneau. Ils savent que les gens ont désespérément besoin de ces objets. »

Si l’attente pour un porte-conteneurs est trop longue, M. Thurston a dit que son plan B impliquera beaucoup de bateaux et beaucoup d’avions.

« Nous avons beaucoup de gars avec des avions pour le prendre en charge. Il y a des centaines de capitaines locaux avec des bateaux qui sont prêts à prendre les générateurs et les tronçonneuses par bateau, » dit-il.

« Les avions commenceront à transporter des bâches, de la nourriture, de l’eau, des médicaments et d’autres produits de première nécessité par avion. Les bateaux transporteront les articles les plus lourds, comme les générateurs », a-t-il dit.

M. Thurston a collecté des produits de première nécessité dans toute la Floride, de la nourriture et de l’eau jusqu’aux médicaments et aux vêtements. La priorité absolue est d’apporter de la nourriture et de l’eau le plus rapidement possible. Les magasins de bateaux et d’autres commerces locaux servent de points de chute pour les dons d’articles, dit-il.

Il sera difficile d’approvisionner les îles, car la mer est encore agitée et il y a encore beaucoup de débris, a dit M. Thurston.

Son épouse a joué un rôle essentiel dans la planification de tout cela. Elle est originaire de la Floride, mais se sent chez elle à Abaco aussi.

« Abaco est le foyer de mon mari et c’est aussi le mien. Nous avons donc le cœur brisé », a-t-elle dit.

« Ce sont les gens les plus forts que je n’ai jamais rencontrés dans ma vie. Ce sont eux qui ont le plus grand cœur. J’ai l’impression qu’il est de notre devoir de les aider à se remettre sur pied. Ils vont reconstruire », a-t-elle dit.

RECOMMANDÉ