Un homme de 91 ans atteint d’un cancer passe ses derniers jours dans un centre de soins palliatifs à tricoter plus de 8 000 bonnets pour des sans-abri

Par Shanshan Hu
14 août 2019 Mis à jour: 14 août 2019

Si on vous disait que vous avez le cancer et que vous devez rester coucher tous les jours, passeriez-vous chaque moment éveillé dans un état de tristesse et isolé de tout ?

Au lieu de cela, un homme de 91 ans en phase terminale a tricoté plus de 8 000 bonnets pour les sans-abri au cours des 15 dernières années.

Connu sous le nom de Hat Man (homme à chapeau), Morrie Boogart a été emmené au centre de soins palliatifs Cambridge Manor à Grandville, au Michigan, pour un cancer de la peau en 2017. La maladie et son âge limitaient sa mobilité en l’obligeant à rester au lit toute la journée, tous les jours.

Contrairement à la plupart des patients alités, M. Boogart a trouvé quelque chose qui lui a donné « un but », a confié sa fille Karen. Dès qu’il se réveillait le matin, il attrapait la laine et commençait sa routine quotidienne de tricoter des bonnets. Avec quelques petites pauses repas intermittentes, M. Boogart tricotait jusqu’à ce qu’il aille se coucher le soir.

« Pourquoi est-ce que je fais ça ? Ça me fait du bien », a dit M. Boogart à WXMI, une filiale de CNN.

Son épreuve lui a inspiré de la sympathie pour d’autres malheureux dans le monde, pour les sans-abri en particulier. En hiver, quand il était au chaud dans son lit, les sans-abri étaient dans la rue, forcés de supporter les grands froids des nuits d’hiver. Il a décidé de consacrer tout son temps et ses efforts à leur tricoter des bonnets dans l’espoir qu’ils seraient épargnés par le froid.

M. Boogart a fait ce qu’il a pu pour faciliter la vie des moins fortunés, même si c’était quelque chose d’aussi peu que d’ajouter un bord au bas des bonnets pour garder les oreilles des sans-abri au chaud.

La réserve en laine de M. Boogart occupait presque tout l’espace libre dans sa chambre, les boîtes s’empilant les unes sur les autres contre le mur. Après avoir entendu parler de son projet, les visiteurs et les gens de la communauté ont commencé à lui donner de la laine. Puis, le mot est sorti sur les médias sociaux, et les gens sur l’Internet de partout dans le monde lui ont envoyé de la laine et aussi des lettres le félicitant de sa gentillesse.

Pendant les vacances, et même le jour de son anniversaire, il ne demandait qu’une seule chose en cadeau : de la laine.

Karen, la fille de M. Boogart, a contribué à la mise sur le marché des produits de cette « usine » unique. Il créait une étiquette et emballait les bonnets pour qu’ils soient expédiés à leur destination, Karen venait les chercher et les livrait personnellement. Les bonnets sont allés dans des refuges et à des organismes tels que Mel Trotter et l’Armée du Salut dans la région de Grand Rapids, au Michigan.

Rick Snyder, le gouverneur du Michigan, a été tellement ému par cette initiative qu’il a personnellement écrit et signé une lettre à M. Boogart.

Le performant « Hat Man » était heureux de son sort et ne voulait rien d’autre que de continuer à tricoter. Bien qu’il ne tricotait pas aussi vite qu’avant d’être placé dans un hospice, il réussissait quand même à faire un ou deux bonnets par jour. Il a dit : « Je vais le faire jusqu’à ce que je rentre à la maison vers le Seigneur. »

« Si vous m’enlevez ces bonnets, ma vie est finie », a dit M. Boogart aux nouvelles locales WZZM13. « S’il vous plaît, ne me les enlevez pas. »

Malheureusement, environ un an plus tard, M. Boogart a finalement succombé à la maladie. Il avait passé sa vie à donner aux sans-abri et a reçu beaucoup d’amour des gens en retour. Répandre la bonté et donner de l’amour peut prendre plusieurs formes. Essayer d’en donner un peu chaque jour créera un monde où il fait bon vivre.

RECOMMANDÉ