Un homme pauvre donne son dernier centime à un vieux mendiant en haillons et reçoit mille fois plus en retour

Par Li Yen
3 septembre 2019 Mis à jour: 3 septembre 2019

Cette histoire d’un homme sans le sou, qui a été récompensé par une grande fortune après avoir donné son dernier centime à un vieux mendiant sans ressources, est la parfaite représentation d’un vieux dicton chinois : « Aider ceux qui souffrent des difficultés et avoir de la sympathie pour son prochain, c’est suivre le Tao. Béni est celui qui suit le Tao. »

Victor est né dans une famille pauvre de l’Angleterre. Même si ses parents travaillaient comme ouvriers, ils étaient travailleurs, honnêtes, gentils et compatissants.

Malgré le fait de vivre dans la pauvreté, les parents de Victor ont saisi toutes les occasions qui se présentaient pour lui montrer l’importance de donner et d’aider les autres.

Illustration – Shutterstock | Birute Vijeikiene

Un jour, alors que Victor était encore enfant, un mendiant âgé et misérable vint frapper à sa porte, demandant de la nourriture par une journée froide d’hiver.

Se promenant à l’extérieur par temps glacial et venteux, le vieil homme avait faim et froid, ce qui est compréhensible. Sans hésiter, la mère de Victor lui tendit tout ce qu’elle avait – quelques pièces de monnaie.

Victor regarda sa mère donner le peu d’argent qu’elle avait sans y croire.

Illustration – Shutterstock | Halfpoint

Quant à savoir pourquoi elle a donné un coup de main, sa mère a expliqué : « Bien qu’on manquera d’argent pour un repas, cela pourrait peut-être sauver une vie. »

Bien que privé de nombreux biens matériels, Victor a eu la chance de grandir dans un environnement où il a souvent vu ses parents accomplir des actes de gentillesse. Par conséquent, la valeur de donner et d’aider les autres était profondément ancrée dans l’esprit de Victor.

Illustration – Shutterstock | Rawpixel.com

Des années plus tard, Victor grandit, il devint un beau jeune homme et il tomba amoureux d’une belle jeune fille. Cependant, malheureusement, le père de la jeune fille, un juge estimé, n’approuvait pas la relation de sa fille avec Victor.

Le père pensait que Victor, qui n’avait ni statut, ni fortune, ni perspectives d’avenir, n’était pas digne de sa précieuse fille. Il ne permettrait à l’homme sans le sou d’épouser sa fille qu’à une seule condition : « Si vous trouvez 10 000 £. »

Victor venait tout juste de commencer sa carrière – comment pouvait-il amasser 10 000 £ ? Très déçu, il se rendit chez son ami Daniel pour lui demander conseil.

Quand Victor est venu chez Daniel, son ami peignait le portrait d’un vieux mendiant au front profondément ridé.

Le mendiant vêtu de vêtements en lambeaux avait été invité par Daniel à servir de modèle pour sa peinture. Le vieil homme se tenait debout, voûté, avec une canne, tout en tenant son bol de mendicité. En voyant cette scène, l’image du vieux mendiant qui était venu demander de l’argent chez lui il y a des années lui est venue à l’esprit.

Au cours d’une conversation avec le mendiant, Victor découvrit que Daniel n’avait offert de payer au vieil homme qu’un salaire de 10 pence (0,11 €) l’heure pour la tâche de modèle. Apprenant le maigre salaire, il a eu honte de son ami, qui était clairement un pique-sou.

Illustration – Shutterstock | mrmohock

Victor voulait aider le mendiant. Alors que Daniel se rendait à la porte pour recevoir un autre invité, il sortit rapidement son dernier penny et le remit entre les mains du vieil homme avant le retour de son ami.

Étonné, le vieil homme leva la tête, regarda Victor dans les yeux et accepta silencieusement l’argent.

Illustration – Shutterstock | Magsi

Victor n’a pris conscience de la véritable identité du vieux mendiant qu’à l’occasion d’un rassemblement avec des amis quelque temps plus tard.

Pendant la rencontre, il a demandé à Daniel comment se déroulait le portrait du mendiant. C’est alors que son ami a révélé que le vieil homme n’était en fait pas un mendiant mais un homme riche nommé Baron Alfred Adler.

Issu d’une famille noble, le baron Alfred Adler avait beaucoup de fortune. Chaque année, il donnait une importante somme d’argent à des organismes de bienfaisance et à des universités. Le vieillard à l’esprit curieux voulait voir à quoi il ressemblerait en tant que vieux mendiant, et ainsi, il a demandé à Daniel de le dépeindre comme tel.

Victor a été bouleversé d’apprendre la véritable identité du mendiant. Il était embarrassé par son manque de jugement. Comment avait-t-il pu donner son dernier sou à un homme riche ? « Tu ne t’es pas surestimé un peu ? » pensa-t-il.

Un peu plus tard, Victor reçut une lettre de Lord Alfred Adler par la poste. Dans la lettre, l’homme riche écrivait : « Jeune homme, j’ai été honoré par votre honnêteté, ton intégrité et ta bonté. Daniel m’a parlé de votre belle, mais tragique histoire d’amour. Cette lettre pourrait vous aider à garder votre bel amour vivant. »

Illustration – Pixabay | Pezibear

À part la lettre, il y avait une carte de vœux. Ci-joint, Victor a vu un chèque de 10 000 livres et un message qui se lisait : « Cadeau de mariage pour Victor et Alice. D’un vieux mendiant ! »

Que l’histoire vous inspire à faire le bien, à être bon et à aider les autres, car en faisant cela, vous accumulerez de la vertu et recevrez de multiples bénédictions en retour.

RECOMMANDÉ