Un homme qui était sans abri il y a 4 ans change sa vie avec détermination et achète une maison

Par Keng Onn Wong
28 octobre 2020
Mis à jour: 28 octobre 2020

Un homme de 24 ans du New Jersey était au fond du gouffre il y a environ quatre ans et avait moins d’un euro sur son compte bancaire. Depuis, il a cependant réussi à changer sa vie et est aujourd’hui propriétaire d’une maison.

En 2016, Chris Atoki a fait face à plusieurs épreuves : il a été licencié de son travail, sa mère l’a mis à la porte après une dispute et il dormait dans une vieille voiture délabrée, sans endroit où aller.

« J’ai littéralement tout perdu », a-t-il confié dans une interview accordée à l’émission This Week in Startups.

(Avec l’aimable autorisation de Chris Atoki)

Tout perdre

Cependant, même avant toutes ces difficultés, la vie de Chris comme étudiant n’avait pas été vraiment facile, mais au moins il étudiait à plein temps dans un collège communautaire et avait un emploi à plein temps dans un entrepôt qui lui permettait de payer son loyer et ses frais de scolarité.

« Je me réveillais à 7 heures du matin et j’allais en classe jusqu’à environ 15 heures. Je faisais une sieste de 2 heures, puis j’allais travailler à 17 heures pendant 12 heures jusqu’à 5 heures du matin. Je faisais une autre sieste de 2 heures et je retournais à l’école. C’était difficile, mais j’ai tout simplement persévéré », a-t-il publié sur Twitter en juillet 2020.

Puis, un jour, son responsable à l’entrepôt où il travaillait lui a dit que ses heures de travail seraient réduites parce que la compagnie réduisait le temps de travail de quelques personnes et il avait été choisi, car il allait à l’école. Au début, Chris était très heureux de cet arrangement.

(Avec l’aimable autorisation de Chris Atoki)

« Je pourrais toujours payer le loyer de ma mère et je pourrais dormir, n’est-ce pas ? » a-t-il partagé. Cependant, deux semaines plus tard, il a été licencié parce qu’il « ne travaillait pas assez d’heures ».

Sans revenu, il a dû quitter l’école alors qu’il aurait obtenu son diplôme d’ingénieur trois mois plus tard, selon This Week in Startups.

Puis, en novembre, il s’est brouillé avec sa mère et elle l’a mis à la porte. Il a d’abord essayé de rester chez sa grand-mère, puis dans le dortoir de sa petite amie, mais malheureusement aucune de ces options n’a vraiment fonctionné.

Ses économies ont diminué, jusqu’au jour où, en décembre, il ne lui restait plus rien. « Par un froid glacial avec moins d’un euro sur mon compte en banque. Pas de famille. Pas d’amis. Pas d’argent. J’avais faim », a-t-il écrit dans son tweet.

Assis dans sa voiture devant un Walmart, Chris a dit dans l’interview : « J’avais envie d’abandonner, de me suicider littéralement. […] est-ce que j’abandonne et je me suicide ou est-ce que je me relève. »

Tout à coup, « c’était presque comme une révélation en moi » alors qu’il regardait dans le rétroviseur de sa voiture Ford Thunderbird ’95 d’une valeur de 850 euros. Il a alors réalisé que la seule personne sur laquelle il pouvait compter dans sa vie était lui-même.

Il a dit qu’il s’est senti comme une personne totalement différente lorsqu’il s’est rendu compte de cela.

C’est peut-être aussi le conseil de sa mère qui a déclenché cette révélation. « Une chose que ma mère disait toujours, plus souvent que tout ce qu’elle n’a jamais dit, c’est que tu es maître de ton propre destin », a dit Chris à la station de télévision WPVI. Il a pris cela à cœur et l’a assimilé.

Lutter pour joindre les deux bouts

Dans les jours qui ont suivi, Chris est allé à la bibliothèque et a postulé pour tous les emplois dans un rayon de 80 km.

« J’ai continué. En effet, je postulais pour tous les emplois qui étaient offerts, j’insistais pour postuler », a dit Chris.

Il a occupé tous les emplois qu’il a réussi à obtenir. De la mise en boîte de cornichons à ouvrier d’usine, en passant par emballeur de viande, assistant DJ pour les mariages, agent d’assurance et son premier emploi de vente dans le marketing à plusieurs niveaux. Mais le fait d’être dans la vente lui a ouvert les yeux.

(Avec l’aimable autorisation de Chris Atoki)

« Je dis toujours aux gens que l’une des premières choses que vous voulez faire, avant de faire quoi que ce soit pour vous améliorer, c’est d’apprendre à vous vendre », a-t-il dit.

Il a ensuite essayé d’autres emplois dans la vente et a finalement décroché un emploi à 26 000 euros par an dans une entreprise de vente de matelas. Il a ensuite appliqué la même discipline et la même persévérance pour trouver un appartement, et en a finalement trouvé un à 460 euros par mois.

Retourner à l’école

Au début, Chris était content de son travail et gagnait plus que le salaire minimum, mais après avoir travaillé pendant un certain temps, il a décidé qu’il ne voulait pas passer sa vie dans la vente.

« J’avais malheureusement dû abandonner l’université, mais je voulais toujours me lancer dans la technologie », a-t-il dit à WPVI.

Cependant, maintenant qu’il avait un emploi à plein temps, il ne pouvait plus aller à l’école en personne comme il le faisait auparavant. En 2017, alors qu’il cherchait des écoles en ligne, il a vu une annonce de l’école Lambda qui « répondait à toutes ses attentes ».

Le cours de six mois était entièrement en ligne et ne nécessitait pas de paiement préalable. Il précisait aussi que ce n’est qu’après avoir obtenu un emploi bien rémunéré (au moins 42 000 euros par an) qu’il fallait payer les frais de scolarité. Cependant, en examinant les détails, il a découvert que l’école Lambda ne proposait pas de cours à temps partiel (à l’époque) ; ils étaient tous à temps plein. Chris était découragé.

Mais avec un vif désir de continuer à étudier, il a écrit au directeur de l’école Lambda, Austen Allred, lui-même.

« Le directeur ne m’avait jamais parlé de quoi que ce soit », a écrit Chris dans son tweet. « Je ne savais même pas qui était le directeur de Mattress Firm (je ne le sais toujours pas), mais le fait de lui parler m’a encouragé à le faire. »

La conversation a été brève, mais c’était l’argument décisif pour Chris. Il s’est inscrit au cours de six mois à plein temps de l’école Lambda. Le cours se faisait en ligne, mais ni l’appartement de Chris ni sa compagnie ne disposaient de Wi-Fi ; il a néanmoins persisté grâce à un hotspot.

Pendant qu’il étudiait, son fils est né. Chris y a vu « une raison supplémentaire de lutter et de faire des efforts ».

Après avoir obtenu son diplôme de l’école Lambda, il est devenu assistant d’enseignement.

« Je voulais aider les étudiants à atteindre les mêmes objectifs que moi et à obtenir les mêmes conseils que je voulais », a écrit Chris. « J’ai tout donné à chacun d’entre eux et ils le savent. Ils le savent tous. »

Passer à l’industrie des technologies

Chris a ensuite postulé à des emplois techniques avec sa façon typique de faire. Cette fois-ci, dans un rayon de 160 km, et il a réussi à obtenir son premier emploi technique à Philadelphie.

Il a été engagé comme développeur junior dans une entreprise de technologie pour un salaire de 55 000 euros, soit le double de ce qu’il gagnait à Mattress Firm. Cette fois, « J’ai adoré ce que je faisais », a-t-il écrit.

« J’ai continué à m’améliorer et à apprendre, et je suis passé à un autre travail où je gagnais encore plus », a-t-il ajouté. Maintenant, en 2020, Chris travaille comme ingénieur logiciel chez Comcast et a économisé suffisamment pour acheter sa propre maison.

« Mon objectif est de montrer aux gens que, quelles que soient les circonstances, on peut y arriver », a-t-il écrit. « Je suis un homme noir de 24 ans avec des tatouages et j’étais sans abri il y a tout juste 4 ans. Je suis maintenant propriétaire d’une maison d’une valeur de 300 000 euros sur un terrain de 1,24 hectare. Si je peux le faire. Tu peux certainement le faire. »

FOCUS SUR LA CHINE – Le président Xi lance une nouvelle menace contre les États-Unis

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ