Un jeune homme bat un record mondial du Guinness Book qui consiste à courir un marathon tout en poussant le fauteuil roulant de sa maman

Par Celeste Armenta - La Gran Epoca
25 novembre 2021
Mis à jour: 25 novembre 2021

Un jeune Espagnol a battu un record mondial du Guinness Book consistant  courir un marathon tout en poussant le fauteuil roulant de sa maman, qui souffre de sclérose en plaques. Lui et sa mère voulaient sensibiliser le public à cette maladie. Au-delà de cette noble intention, c’est une histoire de persévérance et d’amour pour la vie et la famille.

Alors qu’il n’était qu’un adolescent de 14 ans, Erik Domingo Roldán, de Barcelone, en Espagne, a appris que sa mère était atteinte de sclérose en plaques, une maladie qui endommage les nerfs et empêche la communication entre le cerveau et le corps. À cet âge, le jeune homme a compris que lui et son père allaient désormais devoir s’occuper de sa mère, Silvia.

Erik, aujourd’hui âgé de 28 ans, a expliqué à LBDC Sport que sa mère était comptable et qu’il se souvient d’elle comme de « la femme la plus active du monde » jusqu’à ce que sa santé décline à cause de la maladie. Sans se plaindre, le jeune homme s’est habitué à répondre rapidement « OK, j’arrive » lorsque sa mère l’appelait parce qu’elle était tombée quelque part dans la maison et ne pouvait plus se relever.

Vingt ans ont passé depuis le diagnostic, et aujourd’hui Silvia ne peut pratiquement plus se déplacer. Cela ne l’a pas empêchée de participer à des courses sur sa chaise roulante, poussée par son fils unique.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par E R I C 🐗 (@eeriic)

L’idée est née en 2016 auprès de la Fondation pour la sclérose en plaques, qui cherche à sensibiliser le public à cette maladie dévastatrice. Erik et sa mère ont commencé à courir ensemble, profitant du talent et de la discipline que le jeune homme s’est découvert et a développé à 17 ans, troquant les terrains de football pour les pistes de course.

Le marathon de Séville 2020 a été leur plus grand défi. Ils étaient déterminés à battre le record du monde du Guinness Book. Ils ont presque réussi. Mais ce jour-là, avant d’atteindre la ligne d’arrivée, Erik s’est effondré tombant à côté de sa mère, deux minutes avant de battre le record.

« Nous n’avons pas réussi, mais je me suis promis que le record porterait le nom de ma mère [pour la cause] de la sclérose en plaques », explique Erik dans une vidéo YouTube.

Se rendre au prochain marathon – qui aurait dû avoir lieu à Barcelone, sa ville natale – était compliqué à cause du virus du PCC qui provoque le Covid-19. Silvia est tombée gravement malade, ce qui signifie que tous les efforts étaient concentrés pour vaincre la maladie.

« Cette année (2021) a été spéciale. Ma mère a eu le Covid-19 en août et a frôlé la mort. Mais grâce à sa force et à sa volonté de vivre, elle s’est rétablie », a écrit Erik sur la plateforme de la fondation « Mi grano de arena » (Mon grain de sable).

« Sa motivation était de pouvoir franchir à nouveau une ligne d’arrivée, de faire un autre marathon, dans son pays, avec ses amis,  sa communauté, en écrivant l’histoire », a-t-il ajouté.

Après le rétablissement de Silvia, la mère et le fils se sont fixé pour objectif le marathon de Barcelone 2021. « Pour elle, pour tous ceux qui sont touchés par la sclérose en plaques et pour tous ceux qui sont victimes du Covid-19, pour entrer dans l’histoire », a expliqué le coureur déterminé.

« Cette année, ma motivation est très grande, puisque cette année a été très dure, j’ai vécu de très mauvais moments. Et cela m’a motivée à faire le marathon, à le faire dans ma ville, avec mes concitoyens, avec mes amis, avec tous les coureurs », a déclaré Silvia dans la même vidéo YouTube.

Déterminés à atteindre leur objectif, ils ont terminé le marathon le 7 novembre, enregistrant un temps de 2 : 53 : 28, suffisant pour battre le record. Erik a confié à Runner’s World qu’il s’est senti heureux du premier au dernier kilomètre, motivé par sa mère, qui a soutenu les autres coureurs tout au long du parcours.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par E R I C 🐗 (@eeriic)

« Le rêve est devenu réalité », a déclaré Erik. « Je regardais constamment ma montre pour voir si nous étions dans les temps, et les 195 derniers mètres ont été les plus belles secondes de ma vie. »

« Lorsque nous avons franchi la ligne, je voulais juste serrer maman dans mes bras et lui dire que nous avions réussi, pour elle et pour [sensibiliser les gens à] la sclérose en plaques. Franchir cette ligne signifie que nous avons tenu nos promesses après avoir traversé la période la plus difficile de notre vie », a-t-il ajouté.

Ravi d’avoir réalisé son rêve, le jeune homme a déclaré sur Instagram que ce jour était « le plus beau jour de sa vie ». Il a remercié sa famille et toutes les personnes impliquées qui ont rendu ça possible.


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées:
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ