Un jeune péruvien meurt de l’explosion de son téléphone portable: il se serait endormi en regardant des vidéos

Par La Gran Epoca
8 novembre 2019 Mis à jour: 8 novembre 2019

Les médias péruviens ont annoncé la mort d’un garçon de 18 ans le week-end dernier. Jusqu’à présent, on sait que le garçon était dans sa chambre, utilisant son téléphone portable branché, et qu’il a reçu un choc électrique.

Selon ce que soutient le journal Correo, le garçon aurait été identifié comme Ronaldiño Carlos Eulogio, qui étudiait la psychologie dans la ville de Huancayo, au Pérou.

Le corps du jeune homme a été retrouvé dans son lit par sa tante, avec des blessures à la poitrine et aux bras, ce qui signifie que l’appareil mobile a explosé alors qu’il était toujours entre ses mains.

Jusqu’à présent, la police a deux théories concernant la mort de Ronaldiño. L’une d’entre elles soutient qu’il aurait reçu un choc électrique en essayant de réparer l’un des fils de l’installation électrique de la pièce.

Illustration (KristopherK/Pixabay)

Plus précisément, le jeune homme aurait voulu modifier le câble d’une extension électrique, mais aurait reçu un choc en raison des défaillances du système présent.

Par ailleurs, selon le journal péruvien La República, selon les premières enquêtes, Ronaldiño se serait endormi sur son lit en regardant des vidéos du téléphone qu’il chargeait. Apparemment, l’appareil aurait surchauffé et aurait finalement explosé.

La police a décrété la levée du corps lundi dernier et il a été transféré à la morgue de la ville de Huancayo, où ils détermineront la cause exacte du décès du garçon, qui étudiait en première année de son cursus.

L’un des premiers éléments connus concernant le dispositif est que le chargeur qu’il utilisait à ce moment-là n’était pas l’original de la marque, mais un autre dont la marque n’a pas été divulgué.

Parallèlement, les experts ont indiqué que la blessure à la poitrine de Ronaldiño avait une taille de cinq sur trois centimètres, à laquelle s’ajoutaient des blessures aux bras et aux doigts ; ce qui donnerait plus de poids à la seconde thèse sur sa mort.

RECOMMANDÉ