Un juge ordonne une nouvelle élection après que 78 % des bulletins de vote par correspondance ont été jugés invalides et que le notaire a été arrêté

Par Jack Phillips
6 mars 2021
Mis à jour: 7 mars 2021

Un juge du Mississippi a ordonné un nouveau second tour pour une élection locale à Aberdeen lorsque plus des trois quarts des bulletins de vote par correspondance déposés lors du second tour des élections démocratiques en juin ont été jugés invalides, tandis qu’un notaire impliqué dans l’élection a été arrêté.

Le juge Jeff Weill, dans une ordonnance de 64 pages, a déclaré qu’il existe des preuves de fraude et d’activité criminelle dans la façon dont les bulletins de vote par correspondance ont été traités, la façon dont ils ont été comptés et les actions des individus dans les bureaux de vote lors du second tour des élections à Aberdeen, au Mississippi. En conséquence, selon le quotidien WCBI, un nouveau second tour de scrutin pour le siège d’échevin de Ward 1 est nécessaire.

Le juge a statué que 66 des 84 bulletins de vote par correspondance déposés lors de l’élection, soit environ 78 %, n’auraient jamais dû être comptés, selon WCBI. Nicholas Holliday a été déclaré gagnant du siège d’échevin par 37 voix, tandis que son adversaire Robert Devaull a contesté les résultats devant le tribunal.

Selon le juge, « le tribunal estime qu’il y a des motifs valables de penser que plusieurs personnes impliquées dans les problèmes survenus le jour du scrutin dans le bureau de vote ont « délibérément, et par corruption, violé » une ou plusieurs des lois pénales susmentionnées ».

« Le tribunal laissera aux autorités compétentes le soin de déterminer si les actions de Maurice Howard, Henry Randle et S. Nicholas Holliday constituent des crimes passibles de poursuites », peut-on lire dans les documents du tribunal, qui font également référence au chef de la police Henry Randle et à l’ancien maire Maurice Howard, qui, selon M. Weill et preuves à l’appui, ont été impliqués dans des actes d’intimidation et de harcèlement de la police électorale le jour du scrutin.

La notaire Dallas Jones dans une photo d’arrestation (Département du shérif du comté de Monroe)

Entretemps, le juge Weill a ordonné un mandat d’arrestation séparé et fixé une caution pour l’équivalent de 420 euros pour la notaire Dallas Jones, qui a notarié les bulletins de vote par correspondance en question. Selon le Northeast Mississippi Daily Journal, elle a ensuite été libérée sous caution. Selon les documents du tribunal, Dallas Jones a admis avoir violé ses devoirs de notaire et aurait dit avoir aidé un ou plusieurs individus qui ont fait fi de la loi de l’État sur la fraude électorale.

Mme Jones a témoigné lors d’une audience qu’elle avait été convoquée au domicile de Lady Garth, alors conseillère municipale, pour corriger les bulletins de vote par correspondance du père de la femme. Mme Jones a dit qu’elle avait notarié « environ 30 bulletins de vote », a rapporté WCBI, ajoutant que le juge a découvert que 83 bulletins de vote réguliers avaient été comptés sans être paraphés par les employés électoraux.

Le tribunal a déclaré qu’un autre notaire, Lu Stephens, a fait un témoignage qui a été jugé non crédible, selon le Northeast Mississippi Daily Journal. Le juge a noté que d’autres irrégularités ont été constatées, notamment l’intégrité des urnes et le fait de ne pas avoir certifié l’élection en temps voulu.

« Quand vous avez un bulletin de vote par correspondance, il y a une enveloppe, vous votez, vous pliez le bulletin, vous le mettez dans une enveloppe, vous léchez le rabat, vous signez en travers du rabat, puis le notaire signe votre certificat d’élection, elle a témoigné qu’elle n’a signé devant personne, qu’elle n’a vu personne le signer, elle l’a juste notarié, elle l’a juste tamponné », a dit Lydia Quarles, une avocate de Robert Devaull, au WCBI.

Une avocate de M. Holliday a dit au WCBI qu’ils « exploreront tous les recours juridiques offerts à M. Holliday en vertu de la loi, y compris, mais sans s’y limiter, une demande de réexamen de ses conclusions par la Cour ; un jugement en dépit du verdict ou un nouveau procès ; ou une procédure d’appel ».

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ