Un législateur ukrainien cherchant à combattre la corruption a rencontré l’avocat du président américain Rudy Giuliani à Kiev

Par Zachary Stieber
6 décembre 2019
Mis à jour: 6 décembre 2019

Un législateur ukrainien indépendant, Andriy Derkach, a déclaré le 5 décembre qu’il avait rencontré l’avocat personnel du président américain Donald Trump à Kiev pour discuter de la prétendue mauvaise utilisation de l’argent des contribuables américains par les organes de l’État ukrainien.

Dans une déclaration sur Facebook accompagnant les photos de la rencontre, Andriy Derkach a déclaré que lui et Rudy Giuliani ont discuté de la création d’un groupe interparlementaire pour combattre la corruption.

M. Giuliani, l’avocat de Trump, s’est rendu cette semaine à Budapest, en Hongrie, et à Kiev pour rencontrer des responsables ukrainiens actuels et anciens pour une série documentaire.

M. Giuliani n’a pas pu être joint pour un commentaire immédiat. Il a déclaré le 3 décembre qu’il « travaillait sur un projet important » avec One America News Network, un radiodiffuseur basé à San Diego, qui était « destiné à apporter au peuple américain des informations » que le président du Renseignement de la Chambre des États-Unis, Adam Schiff (D-Calif.), avait « dissimulées ».

« Restez à l’écoute », a-t-il écrit.

L’Ukraine est au cœur de l’enquête de destitution contre Trump en raison des allégations selon lesquelles le président aurait abusé de son pouvoir pour faire pression sur son président ukrainien Volodymyr Zelensky afin qu’il enquête sur l’ancien vice-président Joe Biden et son fils, Hunter Biden.

En 2016, Joe Biden a menacé de retenir un milliard de dollars à l’Ukraine, à moins que le président Petro Poroshenko n’évince Viktor Shokin, le principal procureur du pays qui enquêtait sur l’employeur de Hunter Biden, l’entreprise Burisma. Viktor Shokin a démissionné sous la pression, et son remplaçant a mis fin à l’enquête. L’actuel procureur en chef est en train d’examiner l’affaire.

Selon les démocrates, la demande adressée par Donald Trump à Volodymyr Zelensky pour qu’il « examine«  les allégations de corruption entourant les Biden constituerait une tentative d’ingérence dans les élections de 2020, puisque Joe Biden est en lice pour la nomination présidentielle démocrate. Ils allèguent également que la suspension par Trump de l’aide militaire approuvée par le Congrès à l’époque équivaudrait à de la corruption, bien que des responsables ukrainiens et américains, dont le président Zelensky lui-même, affirment que l’Ukraine n’a été au courant de cette suspension qu’au mois suivant.

Les bureaux du procureur général ukrainien à Kiev, en Ukraine, le 2 octobre 2019. (Sean Gallup / Getty Images)

Andriy Derkach, le législateur ukrainien qui a rencontré Rudy Giuliani, a tenu une conférence de presse en novembre pour faire des allégations explosives et non vérifiées contre Burisma et la famille Biden, notamment en disant que 16,5 millions de dollars reçus par Hunter Biden en paiement de Burisma ont été volés à des citoyens ukrainiens. Les détails dont il a parlé ont été cités par l’avocat de Trump comme preuve dans ses critiques de la famille Biden.

Andriy Derkach a déclaré après avoir rencontré M. Giuliani : « Malheureusement, notre pays a été au centre de scandales de corruption internationale. »

« Entre autres choses, il y a des faits sur l’utilisation inefficace de l’argent des contribuables américains par les représentants des organes de l’État ukrainien », a-t-il ajouté sur Facebook jeudi.

M. Derkach a également déclaré que lui et un législateur du parti du président Zelensky avaient invité plusieurs personnalités de haut rang à Washington pour aider à former le groupe interparlementaire sur la corruption, notamment Devin Nunes (Républicain – Californie), membre des services de renseignements de la Chambre des États-Unis, Lindsey Graham (Républicaine – Caroline du Sud), présidente du Sénat, et Mick Mulvaney, chef de cabinet intérimaire de la Maison-Blanche.

Le voyage de M. Giuliani a coïncidé avec la visite à Kiev de Philip Reeker, le secrétaire d’État adjoint par intérim aux affaires européennes et eurasiennes, qui n’avaient apparemment aucun lien entre eux.

Le sous-secrétaire d’État adjoint Philip Reeker s’exprime à Pristina, au Kosovo. (Armend Nimani/AFP via Getty Images)

Philip Reeker a témoigné dans l’enquête de destitution, affirmant que M. Giuliani et d’autres proches du président Trump ont joué un rôle « irrégulier » dans la politique américaine envers l’Ukraine.

M. Reeker a rencontré le nouveau procureur général Ruslan Ryaboshapka pour ce que l’ambassade des États-Unis a qualifié de discussion sur les réformes.

Le bureau de M. Ryaboshapka est surveillé de près, dans le contexte de l’enquête de destitution, parce qu’il prendra la décision d’ouvrir ou non une enquête sur la famille Biden en rapport avec Burisma. M. Ryaboshapka a déjà dit qu’il n’avait aucune preuve d’actes répréhensibles de la part de Hunter Biden. Mais il a déclaré le mois dernier que l’Ukraine approfondissait son enquête sur le fondateur de Burisma.

Lors de sa visite, M. Giuliani n’avait pas encore prévu de rencontrer des responsables de l’administration Zelensky. Le bureau du président Zelensky n’a pas répondu à une demande de commentaire.

M. Giuliani a également rencontré l’ancien procureur général Yuriy Lutsenko, selon des photos publiées sur Twitter et une déclaration sur Facebook de la porte-parole de M. Lutsenko. Alors qu’il était procureur général, M. Lutsenko a rencontré M. Giuliani en privé deux fois cette année : en janvier à New York et plus tard en Pologne.

RECOMMANDÉ