Un manchot débarque sans qu’on puisse l’expliquer en Nouvelle-Zélande après avoir parcouru 3000 km

Par Celeste Armenta - La Gran Epoca
15 novembre 2021
Mis à jour: 15 novembre 2021

Un manchot Adélie de l’Antarctique, épuisé et déshydraté, a été retrouvé au large des côtes de la Nouvelle-Zélande, à 3 000 km de son milieu naturel. Le pauvre animal était tellement désorienté qu’il est resté debout pendant une heure au même endroit avant d’être secouru.

Après une journée de travail épuisante, Harry Singh et sa femme ont décidé de se détendre en se promenant sur la plage de Birdlings Flat, une localité située au sud de la ville de Christchurch en Nouvelle-Zélande, au début de ce mois.

Alors qu’ils marchaient, ils ont vu au loin quelque chose qui ressemblait à un manchot en peluche. Jusqu’au moment où il a bougé.

« Soudain, le manchot a bougé sa tête, alors j’ai réalisé qu’il était réel », a déclaré M. Singh à la BBC.

Le couple est resté debout à regarder l’animal désorienté, qui « n’a pas bougé pendant une heure » et semblait épuisé. Ils ont ensuite pensé à la sécurité du pauvre animal – qu’ils ont appelé Pingu – qui risquait d’être harcelé par les animaux de la région s’il ne regagnait pas la mer.

« Nous ne voulions pas qu’il finisse dans l’estomac d’un chien ou d’un chat », a-t-il expliqué.

Ils ont donc décidé d’appeler Thomas Stracke du centre de réhabilitation des manchots de Christchurch, qui a dix ans d’expérience dans la réhabilitation des manchots sur l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande. L’homme est venu porter secours au manchot quelques heures plus tard, avec l’aide d’un vétérinaire. Il a été surpris de constater qu’il s’agissait d’un manchot Adélie.

« En dehors du fait qu’il avait certainement faim et qu’il était sévèrement déshydraté, il ne se portait pas vraiment mal, alors nous lui avons donné des boissons et un mélange de poisson », a déclaré M. Stracke, selon The Guardian.

Philip Seddon, professeur de zoologie à l’université d’Otago, a expliqué au même média que lorsqu’il a examiné Pingu, il avait l’air « vraiment bizarre ». Il s’agissait probablement d’un jeune manchot qui se serait trop éloigné de sa colonie pour échouer sur la côte néo-zélandaise.

« Je pense que si des manchots Adélie arrivaient chaque année , il faudrait en fait en déduire que quelque chose a changé dans l’océan et que nous devrions en comprendre les raisons », a déclaré le professeur.

Des manchots Gentoo sur l’île de Cuverville, à l’ouest de la péninsule Antarctique, le 04 mars 2016. (EITAN ABRAMOVICH/AFP via Getty Images)

Pingu sera relâché sur une plage sûre de la péninsule de Banks, où il n’y a ni chien ni chat pour le perturber. C’est le troisième manchot Adélie retrouvé en Nouvelle-Zélande. Les deux autres sont arrivés en 1962 et 1993, selon la BBC.

Le manchot Adélie est une espèce qui vit exclusivement sur la péninsule Antarctique et les petites îles avoisinantes. Selon le National Geographic, l’espèce dont est issu Pingu a un poids typique compris entre 3,8 et 5,4 kg et une hauteur maximale de 68 cm.

Heureusement, Pingu a trouvé de bons samaritains et n’est pas devenu la proie d’une autre espèce, après avoir effectué ce long voyage loin de chez lui.


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées:
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ