Un mari amer partage une leçon de vie : les pères qui se lèvent la nuit ne méritent pas d’être félicités

Par Louise Bevan
11 août 2020
Mis à jour: 11 août 2020

Clint Edwards, un écrivain en Oregon, aux États-Unis, est père de trois enfants. Il a appris une leçon d’humilité sur l’art d’être parent et a décidé de la partager avec le monde entier. Les pères ne méritent pas d’être félicités pour leur aide à la maison, dit-il.

De nombreuses familles modernes brouillent les rôles traditionnels entre les sexes pour s’adapter aux compétences et aux responsabilités de chaque parent. Certains pères abandonnent leur travail pour rester à la maison avec les enfants. Certaines mères sont le principal soutien de la famille. Mais pour Clint, il semble que les horaires durant la nuit posent un problème.

(Illustration – DGLimages/Shutterstock)

Une conversation franche avec son épouse, Mel, a alerté Clint sur le fait qu’il semblait penser qu’il méritait de la gratitude pour s’être levé la nuit pour s’occuper des enfants. Ce qu’il a compris l’a poussé à écrire un message fort sur son blog, intitulé « Ce n’est pas parce que je me lève la nuit que je mérite des éloges. »

Je discutais avec ma femme de la longue nuit que nous avions passée avec le bébé, quand j’ai dit : « Au moins, je me lève avec toi. Beaucoup d’hommes ne le font pas. Tu devrais être reconnaissante », a écrit Clint, en partageant son histoire avec The Huffington Post, auquel il contribue.

« J’étais fatigué », a-t-il ajouté. « Et je l’ai dit comme si elle avait vraiment de la chance de m’avoir. Comme si je me surpassais en tant que père. »

Il était 7 heures du matin, et la femme épuisée de Clint s’est penchée en arrière sur sa chaise avec le bébé du couple sur ses genoux. Elle a réfléchi aux paroles de Clint et a fini par répondre : « J’aimerais que tu arrêtes de dire ça. »

À l’époque, explique Clint, Mel était à l’université tout en s’occupant de trois jeunes enfants, en plus elle faisait du bénévolat à l’école à charte de nos enfants. Elle a souvent évoqué la pression qu’elle ressentait d’être la seule à s’occuper des enfants.

Père de trois enfants, Clint a réalisé qu’il ajoutait du poids à l’immense pression que ressentait déjà son épouse. Il insinuait que se lever la nuit était un « apport généreux » dans son rôle de parent.

(Illustration – zoff/Shutterstock)

« En tant que père, j’ai souvent l’impression de briser le moule parce que je m’investis au foyer », explique-t-il. « Mais pour une raison quelconque, je sentais que je devrais recevoir une attention particulière pour faire des choses qui ont été, pendant tant d’années, considérées comme le travail de la mère. »

Clint était sur le point d’aller au travail lorsqu’il a tenté de justifier sa position en disant : « Je fais beaucoup de choses que les autres pères ne font pas. Je suis un bon gars. » Mel a répondu que le besoin d’éloge de son mari portait atteinte à leur partenariat à parts égales.

« C’est ton bébé aussi », a-t-elle dit.

Clint est parti au travail en colère, mais son trajet de 30 minutes a atténué son indignation. « Le temps que je me gare et que je me rende à mon bureau, je me sentais vraiment mal à l’aise », a-t-il expliqué. « J’ai téléphoné à Mel du travail et je lui ai dit que j’étais désolé. »

Clint, avec humilité, a concédé qu’il avait tort de s’attendre à des éloges pour sa contribution. Mel est restée silencieuse avant de remercier son mari pour son changement d’humeur.

(Illustration – ShotPrime Studio/Shutterstock)

L’éveil personnel du père de trois enfants fait partie de son livre I’m Sorry… Love, Your Husband (Je suis désolé… ma chérie, ton mari). Clint continue de faire la chronique de sa vie quotidienne comme père de famille qui découvre des choses sur son Daddy blog, intitulé avec humour « No Idea What I’m Doing » (Je ne sais pas ce que je fais).

Enfant, explique Clint, il n’avait pas de père dans sa vie. Il espère donc que ses nombreuses frustrations et ses succès occasionnels aideront les autres à tirer les leçons de ses erreurs.

La conclusion de Clint est réconfortante : « C’est normal en tant que parent d’être frustré, confus et euphorique. »

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ